Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DEVO - Duty Now For The Future (1979)
Par ARP2600 le 23 Novembre 2015          Consultée 1387 fois

Il ne sera pas facile de parler longuement de ce deuxième album de DEVO. L'histoire du groupe est étrangement dénuée de surprises : ce sont les cinq mêmes musiciens sur tous les disques qui comptent, leur style a évolué continûment d'album en album, leur message ironique, futuriste et décadent était fixé dès leurs débuts et est resté sensiblement le même... à part le look et les producteurs, il n'y a pas grand-chose à raconter.

Question look, donc, ils ont ajouté un accessoire chaque année, auquel s'est relié un étrange merchandising geek. En 1979, c'était encore assez simple... ils avaient l'habitude de monter sur scène en tenues de technicien jaunes, auxquelles ils ont ajouté à l'époque de Duty now for the future ces étranges lunettes qu'on voit sur la pochette américaine. C'est seulement un peu plus tard qu'ils ont inventé le fameux chapeau dont nous parlerons la prochaine fois.

Question production, ils n'ont pas renouvelé leur partenariat avec Brian ENO. Ils sont quand même restés dans les eaux de David BOWIE en employant les services de Ken Scott qui avait produit sa fameuse trilogie du début des années 70. Il est également connu pour son travail d'ingénieur avec les Beatles et bien d'autres, bref une valeur sûre. Il a voulu laisser le groupe s'exprimer en fournissant un travail clair et propre. Il garde un bon souvenir de son expérience avec DEVO même si elle n'a de nouveau duré qu'un album. Ce n'est pas forcément réciproque, le bassiste Gerald Casale ayant récemment critiqué son approche trop sage.

Eh bien, on ne peut pas forcément lui donner tort même si ce n'est pas la seule raison pour laquelle Duty est inférieur aux disques qui l'entourent. On ne peut pas vraiment parler d'album de transition, car le style est bien défini, constant et cohérent. Cependant, il y a bien une évolution, vers plus de sons électroniques, et cet album n'en capture pas le meilleur moment. On peut rappeler que le premier album était plutôt axé sur les guitares, presque punk en fait, les synthés n'y étaient pas encore très présents et servaient surtout d'assaisonnement, vraisemblablement suivant les conseils d'ENO. Il n'était donc pas grave que les mélodies soient basiques voire absentes.

Ici par contre, la musique devient beaucoup plus new wave, les synthés sont très présents, ainsi que des effets de guitare plus étranges. Ils ont clairement compris que leur option futuriste et geek demandait plus de technologie dans la musique proprement dite. Malheureusement, l'écriture ne suit pas... les chansons sont encore fort punks, une bonne partie n'ont pas de vraie mélodie et cela peut être ennuyeux sur la durée dans ce contexte plus propre. On peut cependant difficilement affirmer que ce n'est pas un bon album. Les mélanges sonores sont agréables, à comparer avec WIRE, en plus sec et plus aigu. Les rythmes sont également très bons, DEVO est un groupe qui rocke bien. Comme passages relativement complexes et donc plus savoureux, on peut citer l'accrocheuse « Clockout », la bien nommée « Strange Pursuit », la reprise de « Secret Agent Man » (chantée à l'origine par Johnny Rivers) et la suite « Smart Patrol/Mr. DNA ».

Sans rentrer dans le détail des paroles, il suffit de voir le programme offert par les titres des chansons pour constater qu'on est en plein dans le trip new wave. Les textes sont ironiques, bien mordants voire cyniques. Ce « devoir pour le futur » n'est évidemment pas sérieux, on ne professe peut-être plus la dé-évolution explicitement, mais on reste bien évidemment dans les mêmes eaux. L'instrumental « Devo Corporate Anthem » est un genre d'hymne parodique calqué sur le film Rollerball. Son complément « Triumph of the will », étrangement ferryesque, parodie le fascisme, avec une ambiguïté typique du punk et de certains groupes de new wave, rien de bien inquiétant en fait.

Duty now for the future est une performance honnête de la part de cet étrange bande de plaisantins qu'est DEVO. Pas leur meilleur, mais certainement pas un intrus non plus... il paraît évident que la plupart des gens qui accrochent à leur albums les plus connus aimeront celui-ci également. Ensuite, c'est une question d'affinités, que je n'ai malheureusement pas tellement avec eux, les groupes anglais me semblant décidément plus inventifs en général.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


TOYAH
Anthem (1981)
Un disque important de new wave.




JAPAN
Gentlemen Take Polaroids (1980)
Leur meilleur, un sommet de new wave racée


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Bob Casale (guitares, claviers, chant)
- Gerald V. Casale (basse, claviers, chant)
- Bob Mothersbaugh (guitares, chant)
- Mark Mothersbaugh (chant, guitare, claviers)
- Alan Myers (batterie)


1. Devo Corporate Anthem
2. Clockout
3. Timing X
4. Wiggly World
5. Blockhead
6. Strange Pursuit
7. S.i.b. (swelling Itching Brain)
8. Triumph Of The Will
9. The Day My Baby Gave Me A Surprize
10. Pink Pussycat
11. Secret Agent Man
12. Smart Patrol/mr. Dna
13. Red Eye



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod