Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Marianne Faithfull , Bob Dylan

Lucinda WILLIAMS - The Ghosts Of Highway (2016)
Par BAYOU le 22 Mars 2016          Consultée 1143 fois

Un de mes amis américain me disait un jour : « Pour comprendre les USA, il faut rouler, rouler, rouler encore pendant des miles au milieu des paysages, sur des routes droites, à perte de vue, prendre les highway, traverser les états et s’apercevoir que le paysage qui semble statique, se modifie peu à peu ».
Alors, seulement, on prend la dimension de ce pays, de son immensité, de ses villes plus ou moins abandonnées qui ne sont plus qu’une étape rapide et sans âme ni souvenir, pour l’essence ou pour avaler un truc souvent indigeste avant de repartir.
L’Highway 20 n’est pas la route la plus connue, son nom n’évoque pas les mêmes fantasmes de la 66 ou la 61 chères à Bob Dylan et Robert Johnson.
Elle part de la Caroline du Sud, pour se terminer au Texas, en passant par la Géorgie, l’Alabama, le Mississippi et le Nord de la Louisiane.
Lucinda Williams est née et a grandi dans cette Louisiane, loin de la Nouvelle-Orleans, elle a entendu des tas d’histoires et de légendes, de celles qui se racontent depuis la nuit des temps, dans les veillées ou dans les bars sombres au comptoir usé, dans ces états du Deep South où le diable, les fantômes, les morts et les vivants se côtoient.
Je ne connais pas bien la discographie de la dame, mais cet album est superbe.
Sa voix possède ce grain, cette patine des gens qui ont passé trop de temps dans des bars enfumés, et est, ici, assez proche de celle de Marianne Faithfull, une autre grande dame un peu cabossée elle aussi, par la vie et les épreuves.

Ce double album, remarquablement écrit, qui intègre deux superbes reprises, « House of Earth » de Woody Guthrie et « Factory » de Bruce Springsteen, bénéficie d’un accompagnement musical d’excellence. Bill Frisell (tiens, tiens autre similitude avec Marianne Faithfull avec qui il a joué en 2013) qui officiait déjà sur l’album West, est revenu. Greg Leisz (lap steel, pedal steel) apporte ce côté roots americana aux chansons. Val McCallum (guitare) Butch Norton (batterie) et David Sutton (basse) complètent le groupe, les deux derniers musiciens accompagnant la chanteuse depuis de nombreuses années.

L’osmose entre Frisell qui est plutôt un musicien de jazz, et le reste du groupe formé à l’Americana est réussie et donne une teinture originale aux compositions qui ainsi sortent du cadre étroit du folk-rock pour explorer merveilleusement d’autres horizons, comme ces treize minutes de « Faith and Grace » envoûtante mélopée gospel ou des climats jazzy.

Ce disque est riche, les chansons se révèlent au fur et à mesure des écoutes, il est mélancolique, brumeux comme le jour qui se lève en dissipant le brouillard, il flotte entre rêve et réalité.
On retrouve les clochards célestes de Kerouac, les vagabonds de Guthrie, la route de la désolation de Dylan, et l’envie de partir pour un avenir meilleur de « Born to Run ».

Crépusculaire et envoûtant, à écouter sur les routes qui emmènent vers un avenir qui ne peut être que meilleur !

A lire aussi en BLUES par BAYOU :


PROFESSOR LONGHAIR
Live In Chicago (2016)
La leçon de piano du professor




Muddy WATERS
Muddy Waters 100 (2015)
Pour le centenaire de la naissance de Muddy.


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



Non disponible


Non disponible



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod