Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA BLUESY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Marianne Faithfull , Bob Dylan

Lucinda WILLIAMS - West (2007)
Par LE KINGBEE le 8 Avril 2016          Consultée 1129 fois

Lucinda WILLIAMS est une formidable conteuse d’histoires, normal me direz-vous puisque son père n’est autre que Miller Williams, professeur de littérature, écrivain, poète et accessoirement grand défenseur du Civil Right Movement durant les années 60. Nul doute que les chiens ne font pas des chats et que la chanteuse doit avoir récupéré des gènes paternels.

Auteure compositrice réputée, Lucinda a toujours fait preuve d’un gros caractère. Influencée par diverses tendances (Folk, Country, Blues et Rock), elle a beaucoup tourné en Californie au Texas et dans sa Louisiane natale au cours des années 70. Après avoir enregistré une poignée d’albums durant les années 80 elle se fait remarquer en 1988 avec L.W. après avoir passer environ huit ans à voyager et à écrire. En 1992 elle met en boite l’excellent Sweet Old World. Courtisée par de grosses firmes, notre chanteuse guitariste reste intransigeante, elle tient à garder la main sur ses productions artistiques. En 1998, elle lançait un pavé dans la marre avec l’album Car Wheels On A Gravel Road, une référence en matière de Country Folk.

Neuf ans plus tard, elle récidive avec West. La chanteuse retrace certains aspects biographiques, des tranches de vie, mais dévide aussi ses impressions sur le quotidien américain et plus particulièrement celui du Grand Sud. Enregistré au célèbre Village Studio à West Los Angeles un an après le décès de Georgie Hormel, un ingénieur du son visionnaire et novateur, WILLIAMS nous invite à voyager le long des rives du Mississippi. Mais la chanteuse ne se contente pas de nous emmener en croisière avec des arrêts impersonnels pour touristes lambda, elle propose des escales dans les bayous, le Golfe du Mexique jusqu’aux bouges texans afin de redimensionner son art et son répertoire. Pour bien comprendre la sonorité de cette superbe narratrice, il suffit de vous imaginer dans une barque ou un canoë, trimbalé au gré des caprices du courant, vous vous retrouvez dans un état second, parfois le vent contraire vous apporte une variation agréable un peu comme si vous étiez sur une table de massage Thaï ou dans une séance Ayurvédique ou sophrologique. Votre esprit vogue et oscille selon les différences de tempo et immerge de sa léthargie selon les envies de votre subconscient. De l’état second !

La voix éraillée et rauque de Lucinda WILLIAMS est ici mise en valeur par un accompagnement envoûtant proche de l’hypnotisme qui oriente irrémédiablement votre pensée à mi chemin entre songe, illusion, mirage et fantasme idyllique. Et pourtant, tout n’est pas toujours rose dans l’univers dépeint par la chanteuse. Sur cet album, la chanteuse est secondée par une formidable équipe incroyablement soudée et pleine de cohésion malgré un répertoire et des textes chaotiques. L’organiste Rob Burger (ex Norah Jones, Rufus WAINWRIGHT, Tracy CHAPMAN) maintient la trame mélodique dans laquelle s’engouffrent les guitares de Doug Pettibone et Bill Frisell, tandis que l’accordéon de Field Organ apporte une touche veloutée comme en témoigne "Words". Le violon de Jenny Scheinman (déjà entendue auprès de Lou REED, Aretha FRANKLIN ou Norah JONES, la viole de Gambe de Rob Brophy et le violoncelle de Tim Loo (ex accompagnateur de Rod STEWART et de la soulwoman Ledisi) suscitent de la mélancolie et de l’ambigüité.

Parmi ces grands moments de relâchement citons "Are You Alright?", "Fancy Funeral" ou l’envoûtant "Unsuffer Me" où les guitares semblent happées par le violon et le violoncelle qui amènent une ambiance ténébreuse. "Wrap My Head Around That", un Slow Rock bien "barré", propose un stop-over dans une gargote enfumée des bayous, la voix sous forme de monologue laisse monter les guitares crescendo pour 9 minutes d’effervescence. Sur "Words", c’est à l’accordéon que revient l’honneur de mener la belle au bal.
L’accompagnement délicat et subtil défile comme du papier millimétré lançant la voix rauque et poétique vers les étoiles. Dans un journal un confrère américain, toujours rapide à dégainer, écrivait : "On attendait un homme pour succéder à Bob DYLAN. C’est une femme !" Reste à savoir où classer cet album ? En Blues ? En Folk Alternatif ? On peut penser que la meilleure définition serait Americana Bluesy.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


LONESOME SUNDOWN & P. WALKER
From La To L.a. (1982)
Chef-d'oeuvre méconnu du swamp blues.




AUTOMATIC CITY
Triple Ripple (2019)
Prenez vos grigris ... risque de sorcellerie


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Lucinda Williams (chant, guitare)
- Bill Frisell (guitare)
- Doug Pettibone (guitare)
- Tony Garnier (contrebasse, basse)
- Jim Keltner (batterie)
- Rob Burger (piano, claviers)
- Field Organs (accordéon, claviers)
- Jenny Scheinman (violon)
- Rob Brophy (viole de gambe)
- Tim Loo (violoncelle)


1. Are You Alright?
2. Mama You Sweet.
3. Learning How To Live.
4. Fancy Funeral.
5. Unsuffer Me.
6. Everything Has Changed.
7. Come On.
8. Where Is My Love?
9. Rescue.
10. What If.
11. Wrap My Head Around That.
12. Words.
13. West.



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod