Recherche avancée       Liste groupes



      
BO JEU VIDéO / DIVERS  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Kōji KONDō - The Legend Of Zelda: Majora's Mask (2000)
Par MARCO STIVELL le 17 Mars 2017          Consultée 330 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Deux ans après Ocarina of Time et son succès phénoménal sans précédent, Nintendo lance un nouvel épisode de la saga The Legend of Zelda, le sixième en tout, deuxième à la fois en 3D et pour la console Nintendo 64. À titre personnel, je me rappelle de quelques photos dans un magazine qui montraient la beauté des graphismes, pourtant très similaires à ceux d'Ocarina of Time, mais avec des couleurs plus vives (une cartouche graphique spéciale était nécessaire).

Majora's Mask, sorti à la fin de l'année 2000, est en effet la suite directe du chef-d'oeuvre susmentionné et il y avait fort à parier qu'elle ne l'égalerait que très difficilement, si jamais elle y parvenait ! Reprenant le même gameplay/mode de jeu, l'histoire veut qu'au lieu de la musique, le thème pour le moins original soit celui des masques, avec une problématique quant à l'espace-temps encore plus marquée. Majora's Mask est une suite qui s'installerait dans un monde parallèle à celui d'Hyrule dans Ocarina of Time (on l'entrevoit au début), et qui a pour nom Termina.

Link le protagoniste possède déjà son épée, son bouclier et même son cheval Epona, mais première grande différence, il ne grandit pas, il reste un enfant tout le long, ce qui a pu dérouter pas mal de fans, moi compris. À l'origine, le but est de poursuivre le lutin Skull Kid qui attaque Link au début et qui porte le mystérieux masque de Majora, puis notre héros guerrier se retrouve avec pour charge de sauver le monde de Termina, menacé par la Lune qui doit s'écraser trois jours après qu'il n'y entre, une véritable apocalypse programmée. Le joueur doit respecter un chronomètre permanent et doit faire des retours en arrière, au premier jour, de façon systématique, s'il souhaite progresser.

Contrairement à Ocarina of Time où Link partait d'éléments naturels pour aller vers la ville, ici il fait l'inverse. Nous sommes d'emblée pris dans les charmes de Bourg-Clocher, la grande ville centrale de Termina, avant de progresser dans les domaines alentours. La musique y est avenante, on retrouve cette sorte d'innocence mêlée à des sons médiévaux et exotiques, jouée par des troubadours électroniques. Cependant, quelque chose frappe : les personnages, tous ou presque repris d'Ocarina of Time où ils avaient un rôle plus ou (beaucoup) moins important.

Termina est un monde parallèle à Hyrule, de là naît ensuite tout un chapelet de théories qui accompagnera chaque sortie d'un Legend of Zelda concernant la place des épisodes dans une histoire continue et montée de façon intelligente. Une histoire, voire plusieurs, puisqu'on parle de mondes parallèles ! Pour l'heure, en dehors de Bourg-Clocher, on retrouve le célèbre thème musical de la série qui avait été abandonné pour Ocarina of Time et que l'on entend en parcourant la grande plaine Termina. Elle fait le lien entre les différents espaces, comme celle d'Hyrule.

Impossible de demander à monsieur Kōji KONDŌ de répéter les prouesses créatives du volet précédent en termes de bande originale, surtout lorsque l'on sait que la musique n'est pas une clef de voûte du scénario cette fois-ci. De plus, et comme pour les personnages, il faut se tenir à l'idée de "monde miroir" et beaucoup de mélodies sont copiées-collées, comme par exemple l'ouverture d'un coffre important, la découverte d'un objet (même l'équipement du Link d'Ocarina of Time est réemployé en grande partie) ou la résolution d'une énigme.

Le leitmotiv des quatre mondes soumis à une malédiction et qu'il faut libérer reste une excellente idée, entre le marais visqueux et empoisonné, la haute montagne lourdement enneigée, la grande baie aux eaux troubles ainsi que le canyon infesté d'âmes maudites. Là encore, de même que la vallée Gerudo (les femmes exaltées et indépendantes sont devenues des pirates !), c'est le dernier monde désertique qui remporte la palme pour son effort de conception, du cimetière jusqu'à la Forteresse de Pierre, inspirée des civilisations précolombiennes. La bande sonore emploie une mélodie dissonante jouée au synthétiseur, déclinée selon le décor. Grâce aux personnages rencontrés à travers ces niveaux, des mélodies courtes à apprendre avec l'ocarina qui débloquent les "temples" évoquent celles d'Ocarina of Time avec plus ou moins de bonheur.

Il y a en effet, du côté des thèmes courts, une sensation de facilité qui réduit l'impact émotionnel de la partition générale, que ce soit le "Chant de l'Envol" pour se téléporter à la ville Bourg-Clocher ou d'un monde à l'autre (même le "Chant du Soleil" d'Ocarina of Time était moins basique), ou alors tout simplement le réemploi des "Chant du Temps", "Chant des Tempêtes" et "Chant d'Epona", sans variation aucune. C'est pour suivre les besoins du scénario et l'idée d'un monde parallèle, bien sûr, mais c'est ce qui fait également qu'en dépit de toutes ses beautés et qualités, Majora's Mask n'atteint pas le niveau de son prédécesseur.

Certains déplorent le manque de temples/donjons et boss/créatures maîtresses à battre, il y en a cinq en tout, la moitié d'Ocarina of Time. Zelda est presque totalement absente... Ce ne sont pas la quête des masques, ni le final étonnant sur la Lune et pourtant bien trouvé qui comblent ces manques. Ne boudons pas notre plaisir, car ce Legend of Zelda reste un cru magnifique, avec des quêtes secondaires passionnantes (le fameux Masque des Amoureux), une plongée dans un univers plus sombre (le chronomètre, la malédiction qui pèse) derrière les couleurs vives, et la possibilité pour Link de se transformer en Mojo (créature des marais), en Goron (habitant des montagnes) ou en Zora (homme-poisson), tout comme son ocarina peut devenir une trompette, des percussions ou une guitare !

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


Anne-marie HELDER
The Contact (2004)
Court mais sublime




Michael LAND
Tales Of Monkey Island (2009)
"La esponja, en espagnol ça se dit esponra"


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Kōji Kondō (tous les instruments)


1. Title Screen
2. Forest Ambush
3. Forest Chase
4. Clock Tower Cavern
5. Majora's Theme
6. The Clock Tower
7. Mask Salesman (le Vendeur De Masques)
8. Clock Town Day 1 (bourg-clocher Jour 1)
9. Fairy's Fountain
10. Mayor Dotour
11. Milk Bar, Latte
12. Guru-guru's Song
13. Clock Town Day 2 (bourg-clocher Jour 2)
14. House
15. Kamaro's Dance
16. Store
17. Sword Training
18. Complete A Heart Piece
19. Clock Town Day 3 (bourg-clocher Dernier Jour)
20. Keaton
21. Target Practice
22. Rosa Sister's Dance
23. Mini Game
24. Final Hours
25. Astral Observatory
26. Song Of Time
27. Ocarina Song Of Time (chant Du Temps)
28. Ocarina Song Of Healing
29. Song Of Healing
30. New Song
31. A New Mask
32. Inverted Song Of Time (chant Du Temps Inversé)
33. Song Of Double Time (chant Du Temps Doublé)
34. Termina Field (la Plaine Termina)
35. Gebola's Theme
36. Battle
37. Game Over
38. Open Chest
39. Item Catch
40. Small Item Catch
41. Southern Swamp (les Marais Du Sud)
42. Kotake's Potion Shop
43. Woods Of Mystery (les Bois Perdus)
44. Boat Tour
45. Court Of The Deku King (la Cour Du Roi Mojo)
46. Ocarina Sonata Of Awakening
47. Sonata Of Awakening (sonate De L'eveil)
48. Ocarina Sonata Of Soaring
49. Song Of Soaring (le Chant De L'envol)
50. Surfacing Of Woodfall (bois-cascade)
51. Woodfall Temple (le Temple De Bois-cascade)
52. Mini Boss
53. Woodfall Clear
54. The Four Giants (les Quatre Géants)
55. Ocarina Oath To Order
56. Oath To Order (ode De L'appel)
57. Gorman Bros.
58. Gorman Race
59. Race Finish
60. Mountain Village (le Village Dans La Montagne)
61. Ocarina Goron Lullaby Intro
62. Goron Village (le Village Goron)
63. Ocarina Goron Lullaby
64. Goron Lullaby (berceuse Des Gorons)
65. Snowhead Temple (le Temple Du Pic Des Neiges)
66. Boss Battle
67. Boss Clear
68. Snowhead Clear
69. Goron Race
70. Goron Race Goal
71. Don Gero's Song
72. Romani Ranch (le Ranch Romani)
73. Ocarina Epona's Song (chant D'epona)
74. Bremen March
75. Ghost Attack
76. Event Clear
77. Missed Event 1
78. Cremia's Carriage
79. Missed Event 2
80. Great Bay Coast (la Grande Baie)
81. Mikau's Tale
82. Marine Research Laboratory
83. Pirates' Fortress (la Forteresse Des Pirates)
84. Zora Hall (le Domaine Zora)
85. Drums Practice
86. Bass Practice
87. Piano Practice
88. Bass & Guitar Session
89. Piano Solo
90. Ocarina New Wave Bossa Nova
91. New Wave Bossa Nova (bossa-nova Des Flots)
92. Great Bay Temple (le Temple De La Grande Baie)
93. The Indigo-go's Rehearsal
94. Ballad Of The Wind Fish
95. Ikana Valley (la Vallée Ikana)
96. Ocarina Song Of Storms (chant Des Tempêtes)
97. Sharp's Curse
98. Music Box House
99. Ikana Castle (le Château D'ikana)
100. Ocarina Elegy Of Emptiness
101. Elegy Of Emptiness (hymne Du Vide)
102. Stone Tower Temple (le Temple De La Forteresse De
103. Stone Tower Temple Inverted
104. Calling The Four Giants
105. Tatl And Tael
106. To The Moon
107. Majora's Mask Battle
108. Majora's Incarnation
109. Majora's Wrath
110. Moon's Destruction
111. The Giants' Exit
112. The End/credits



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod