Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Booze Brothers, Bodh'aktan

CELKILT - Stand (2017)
Par GEGERS le 13 Mars 2017          Consultée 996 fois

Les CELKILT n'ont rien sorti en 2016, alors que le groupe de rock celtique espiègle et sautillant avait pris pour habitude de publier un EP par an depuis sa création en 2011. Voici qui cachait quelque chose. Un split, peu probable étant donné l'activité scénique frénétique de la part d'un combo qui ne rechigne pas à sillonner les routes. Sous ce silence radio, couvait un projet plus ambitieux : un album ! Après 5 EP, voici donc les CELKILT auteurs d'un premier véritable album, constitué de 13 titres pour près de 50 minutes de musique, réalisé en partie grâce au financement participatif. Il faut dire que le groupe de rock celtique, grâce à son talent et sa bonne humeur communicative, est parvenu à rassembler autour de sa bannière une foule d'auditeurs convaincus qui se délecteront à l'écoute de ce Stand qui s'impose comme un véritable manifeste en l'honneur d'un rock celtique à la fois festif et profond.

Car les CELKILT surprennent sur cet album. Nous y reviendrons plus tard, car le début de l'album nous montre le visage familier du groupe, qui propose une musique toujours entraînante et hédoniste, portée par une alchimie délectable entre violon et cornemuse, entre guitares et choeurs imposants. L'attente du public est récompensée par la force brute et les mélodies flamboyantes de "I don't have a brain", titre de rock celtique parfait, qui mêle tradition et modernité, et voit le chanteur Nico se mettre dans la peau d'un chat, ce que l'on déduit de la lecture des paroles originales. "Sometimes I care" et "Kilt Up" qui le précèdent oeuvrent pour leur part dans une énergie pure qui sert à planter le décor : CELKILT n'a pas changé son fusil d'épaule, pour notre plus grand plaisir.

Et c'est ainsi que "Fall In Place" nous cueille à froid. Ce titre brut, sombre et moderne, nous montre un tout autre visage des CELKILT qui proposent ici un titre à tiroirs parfaitement composé et exécuté, qui constitue une véritable nouveauté dans leur univers musical et qui se voit transfiguré par une interprétation viscérale. Une véritable splendeur désabusée se dégage de ce morceau, comme si le groupe était allé puiser dans les tréfonds de son âme pour en extirper le spectre complet des émotions. Ce morceau est un chef-d'oeuvre, rien de moins.

Et puis, si le groupe avait pris pour habitude de nous proposer des ballades convaincantes sur chacun de ces EP (notre préférée restant "Going Down" sur l'EP On The Table), CELKILT renouvelle l'exercice avec brio, la syncopée "Lost and Found" étant un véritable travail d'orfèvre dont la progression et la montée en intensité font mouche. L'ensemble du groupe semble ici très soudé, investi dans la noble mission de proposer une musique d'excellente facture, qui ne connaît guère de concurrence, tout du moins sur le territoire français, aucun groupe de rock celtique ne parvenant à monter à la cheville de ce que nous propose là le combo. Ajoutez un instrumental bariolé ("Gavotte Party / Whipping Reel / Motherjigger", sur lequel flûte et violon s'en donnent à coeur joie), et vous tenez là une première moitié d'album extrêmement variée et percutante, qui offre un visage très séduisant des CELKILT.

La deuxième moitié de l'album se fait plus "classique", et se rapproche de ce que le groupe a déjà pu proposer par le passé. La recette n'en est pas pour autant moins bonne, puisque l'épileptique "I gotta Run", interprété pied au plancher, renouvelle l'envie du groupe de voguer dans des eaux plus sérieuses, voire plus sombres, qui collent bien à son identité. Le violon fait danser, mais il peut aussi se faire porteur d'ambiances moins festives, comme nous le prouve Ana MacFive qui réalise ici une prestation époustouflante. "Better", aux sonorités plus punk (la batterie est à la fête) offre une piqûre de rappel à ceux qui pensent que le rock celtique est incapable de proposer des mélodies flamboyantes, tandis que "Stand", qui renoue avec les sonorités folk, se fait une chanson "sing-along" concluant avec brio un album décidément plein de ressources. Chaque musicien y fait une démonstration de son talent, en particulier Loïc MacWind (cornemuse, chant) qui, s'il se fait impeccable sur l'ensemble de l'album, lâche ici les rênes pour se laisser aller à des mélodies venues d'ailleurs.

Jamais le rock celtique des CELKILT n'aura été aussi complet et intéressant que sur ce Stand qui marque le début de quelque chose de très grand pour les cinq musiciens. Ils ont ici mutualisé leurs ressources au service d'une musique multi-facettes, à la fois festive et profonde, qui méritait bien un LP pour déployer ses ambiances bariolées et envoûtantes. On fait fi sans forcer du mixage du chant de Titou Macfire, parfois un peu trop étouffé à notre goût, pour ne retenir que le meilleur de cet opus qui va faire date dans le paysage rock celtique français. Une très belle oeuvre.

Le clip de "I Gotta Run" : https://www.youtube.com/watch?v=HU2g6YMokig
Commandez l'album : http://rccreations.fr/epages/aafc4abf-5474-4bed-aa61-01c62ea13fff.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/aafc4abf-5474-4bed-aa61-01c62ea13fff/Products/1004

_____________

Concours ! Nous vous offrons votre chance de remporter deux exemplaires de ce nouvel opus !

Comment participer ? Il vous suffit de laisser un commentaire sur l'album (via le bouton "abc" situé au-dessus de la pochette) avec vos coordonnées complètes (nom + adresse), qui ne seront bien sûr pas publiées. Les deux gagnants feront l'objet d'un tirage au sort et recevront leur exemplaire par courrier. Vous avez jusqu'à dimanche 19 à minuit pour participer.

Bonne chance à tous, en kilt ou pas

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


Stephan EICHER
1000 Vies (1996)
Spécial semaine boîte à demandes !




RUNRIG
The Stamping Ground (2001)
Runrig de nouveau au sommet


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Titou Macfire (guitare, bouzouki, chant)
- Rem's Macground (batterie, bodhran)
- Drik Macwater (basse, hamonica)
- Loïc Macwind (cornemuse, flûte, flûte traversière, basse)
- Ana Macfive (violon)


1. Sometimes I Care
2. Kilt Up!
3. I Don't Have A Brain
4. Fall In Place
5. Lost And Found
6. Gavotte Party / Whipping Reel / Motherjigger
7. All The Way
8. I Gotta Run
9. Hornjig
10. Superpower
11. Better
12. The Last Day Of My Life
13. Stand



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod