Recherche avancée       Liste groupes




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ...>...>>... 81
Le délai entre votre enregistrement et la publication peut être assez long. Patience !
Seules les propositions d'albums parus il y a plus de six mois sont validées.
Toute proposition d'album paru il y a moins de six mois est mise en attente puis réétudiée une fois le délai écoulé.


Demandes satisfaites : 37 % (1895 demandes dont 693 qui ont abouti à une chronique)
Ce pourcentage ne tient pas compte des demandes pour lesquelles la chronique était déjà en cours d'écriture.



Le 07 Janvier 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
UN CHRONIQUEUR FAN

ART BLAKEY THE JAZZ MESSENGERS - CARAVAN - 1962

Je vais manquer de modestie pour une fois et faire l'orgueilleux, l'eau va couler à la bouche des fans de jazz.
Art Blakey et Jazz Messengers s'est la panacée et le panaché des batteurs explosifs qui firent tourner les têtes dans les années 1950-60 à plus d'un et le maitre pour les batteurs en herbe qui allaient égayer nos nuits dans les années 70-80.
Ce "The Jazz Messengers" fut un projet de notre batteur avec le concours d'Horace Silver (pianiste) Au cours du temps les Messengers changèrent mais la qualité demeura leur carte d'identité. Je ne citerais aucun noms des stars qui se produisirent dans les Messengers, la plupart sont aujourd'hui et hier devenus des très grands du Jazz, je vous laisse le soin de l'énumération, au cours des années écoulées elle fut et reste époustouflante.
Tout est vie chez Art Blakey et ses joyeux acolytes, tout est amour de la musique et amitié avec des toutes ces mains tendues, serrées et ces tapes sur l'épaule, car c'est cela aussi le Jazz, la connivence, le partage et je le martèle l'amitié.
Pourquoi l'eau à la bouche... j'ai assisté dans les années 70 alors imberbe à Sceaux à un concert Blakey/Messengers. Ce fut et demeure pour moi grandiose. La nuit me porta avec deux trois copain de l'époque dans une rue de Paris fréquentée de féminité et devant ce qu'on appelle aujourd'hui une sandwischerie Blakey avec une poignée de ses musiciens. Je lui adresse la parole et devant mes yeux tout ronds il éclate de rire et m'offre un pot. Musique et joie de vivre.





Le 08/01/2020 par JOVIAL

Salut ! C'est déjà chroniqué, avec deux autres albums du gars, mais il y a un petit bug : le nom du groupe est coupé à la fin. Sinon voici la chronique : http://fp.nightfall.fr/index_13439_art-blakey-




Le 08/01/2020 par JOVIAL

Décidément ! Voici le bon lien : http://fp.nightfall.fr/index_13439_art-blakey-the-jazz-messenge-caravan.html




Le 08/01/2020 par DERWIJES

Concernant Art, Drum Suite devrait arriver prochainement et je dois encore écrire sur The Freedom Rider. D'autres devraient suivre mais je n'ai pas encore décidé lesquels !



Le 07 Janvier 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

PAUL DESMOND & JIM HALL - FIRST PLACE AGAIN - 1959

Paul Emil Breitenfeld est le créateur de "Take Five" et non comme on le pense trop souvent Dave Brubeck. Paul Emil Breitenfeld c'est pour nous tous Paul Desmond.
Un saxophoniste qui avait un timbre clair, léger. Sons glissant que nombreux cherchèrent à imiter. Il aimait les ballades douces où il pouvait offrir au public ses solos enchanteurs. Jusqu'en 1967 il joua dans le "Dave Brubeck quartet" Ses partenaires de scène furent pour n'en citer que 3 Gery Mulligan, Jim Hall et Chet Baker mais on le retrouvera aussi avec le "Modern Jazz Quartet" en 1971 pendant un concert de Noel. Il savait improviser et il y a deux albums qui nous le démontre aisément : " Mulligan-Desmond Quartet et Two of a Mind". Son dernier concert en 1977 sera à New York en compagnie de son vieux compagnon Dave Brubeck, là il était déjà bien malade, il décédera la même année non sans avoir laissé ses "biens" , et ses droits "Take Five" entre autre à la croix Rouge.
Maintenant pour la petite histoire, il créa un morceau dont le titre est "Audrey" Oui Desmond tomba amoureux d' Audrey Hepburn. Il jouait dans un club non loin d'un théâtre où se produisait l'actrice et lorsque cette dernière quittait la scène il ne manquait pas de déserter le club pour aller fumer une cigarette et la voir passer sur le trottoir d'en face. Jamais il ne lui adressa la parole et jamais ils ne firent connaissance, mais lors du décès de Desmond Hepburn aurait dit que le morceau qu'elle préférait du saxophoniste était "Audrey" sans savoir qu'il avait été composé pour elle.
Mais dans ce milieu où tout fini par se savoir, peut-être un proche lui avait-il soufflé à l'oreille qu'elle en avait été la muse.
Écoutons Paul Desmond au sax-alto, Jim Hall à la guitare, Percy Heath à la basse et Connie Kay aux drums dans un disque sans Audrey et savourons.





Le 08/01/2020 par DERWIJES

J'avais déjà l'intention de chroniquer son album de reprises de Simon & Garfunkel, rajoutons celui-là aussi !



Le 07 Janvier 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

JOHN WRIGHT TRIO - SOUTH SIDE SOUL - 1960

Si ce n'est pas malheureux de se faire virer d'un label prestigieux (Prestige) pour avoir trop tapé sur les alcools forts. C'est ce qui est arrivé à ce pianiste qui découvrit le Jazz à l'âge de 15 ans dans un local de Chicago ayant pour enseigne Smitty's Corner.
Wright découvrit le jazz, oui, mais il n'était pas un novice des touches, âgé de 3 ans il avait déjà commencé à apprivoiser le clavier et à 8 ans l'orgue dans l'église où sa mère tenait des sermons alors que son père s'esquintait la santé au marché à bestiaux.
Donc au Smitty's Corner on le retrouve comme pianiste puis rencontre de Jodie Christian (pianiste décédé en 2012 qui joua avec, pour n'en citer que quelques uns, Lester Young, Benny Carter, Sonny Rollins et enregistrera avec Chet Baker, StanGetz et Eddie Harris). En 1955 il se produit dans des grands clubs de Chicago et chapeau Monsieur Wrigth en 1960 Prestige vous offre un contrat. 60 c'est ce beau disque que je vous propose avec le bassiste Wendell Roberts le batteur Walter Mc Cants. Jusqu'en 1962 il enregistrera encore 5 albums de Soul-jazz avec le bassiste Wendell Marshall, le saxophoniste Eddie Williams et le batteur Roy Brooks (que du beau monde)
La vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille dans les années 80 sa principal activité sera bibliothécaire à la prison de Cook County et pour se détendre les méninges et les doigts il fera des boeufs au Philander's Restaurant jusqu'en 2009 Oak Park une banlieue de Chicago. Pas très connu ce pianiste, mais les amateurs de perles rares n'ont qu'à tendre l'oreille.





Le 08/01/2020 par DERWIJES

Ton résumé me plaît bien ! Je l'ajoute à ma liste de courses !



Le 07 Janvier 2020
Par CHRISTOPHE
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE :-)

SARAH BRIGHTMAN - HYMN - 2018

L'année 2018 a été le retour de Sarah Brightman avec son nouvel album avant de partir en tournée jusqu'en 2020.

Cet album contient divers collaboration en passant par Vincent Niclo, Eric Whitcare ou YOSHIKI. Elle passe du classique à la pop ou rock. D'après les critiques, cet album serait l'un de ces meilleurs dans la lignée d'un "Fly". Une immense maîtrise de sa voix malgré le temps qui passe.




Le 07 Janvier 2020
Par ARTOFZAFT
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE AUTEURS - AFTER MURDER PARK - 1996

Hello, c'est dommage de ne pas avoir poussé jusqu'à cet After Murder Park...



Le 07 Janvier 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

PANDORA - SPACE AMAZON - 1974

Découvert par hasard j'ai accroché sur la pochette mais à l'écoute pas déçu pour cette galette aujourd'hui non déchu. Musique rugueuse de qualité sur laquelle je ne crache pas.
Si on aime le Rock et ses variations alors donnez une chance à ces drôles de lascars,
qui sont

Martin John Butler (The Demons, The Very Few) - guitar
Frankie LaRocca (of David Johansen Band, Tom Petty, Jon Waite fame) - drums
Buz Verno, (David Johansen Band, Cherry Vanilla and her Staten Island Band, Helen Schneider and the Kick) - bass Rick St. James (Plum Nelly and Mick Jones) - vocals

J'avoue être parfaitement ignare sur l'histoire de ce groupe mais conquis par leur musique.




Le 07 Janvier 2020
Par CARLO
Chroniqueur souhaité
BAKER, ERWIN, GEGERS ...

JERONIMO - 12H33 - 2005

Chanteur belge qui propose du pop rock en français. L'album est varié et aussi bon dans les ballades que dans les morceaux les plus rock. On a même droit à un long instrumental. Les textes sont originaux et témoignent d'une grande sensibilité. Ceux évoquant l'amour me parlent particulièrement. "Les Mains Qui Tremblent" et "Moi Je Voudrais" sont irrésistibles.



Le 07 Janvier 2020
Par NORTHMATHR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

DEAD SKELETONS - DEAD MAGICK - 2011

Seul album du groupe de rock psychédélique islandais DEAD SKELETONS (outre une multitude d'EPs), ce "Dead Magick" est une petite merveille qui fait voyager au plus profond de soi-même, et qui mérite une chronique chez FP. DEAD SKELETONS fait appel à tout une palette d'instruments et d'ambiances autour d'une thématique liée à l'acceptation de sa propre mort, que le leader a vu de près et souhaite partager à travers sa musique.




Le 07/01/2020 par ERWIN

Hey, vu l'origine du groupe, c'est pour moi à moins que je n'aime vraiment pas ! Merci !



Le 02 Décembre 2019
Par CHRISTIAN
Chroniqueur souhaité
Peu importe

COLOSSEUM - VALENTYNE SUITE - 1969

Moins connu que Chicago ou Blood sweet & tears, Colosseum avec Jon Hiseman est à l'origine de la Fusion ou Jazz-rock à l'instar de Return to forever ou Weather Report.
Valentyne Suite est leur meilleur album : magnifique !




Le 02 Décembre 2019
Par SAPERLIPOPETTE!!!
Chroniqueur souhaité
SEITJITU

DEAD CAN DANCE - SPIRITCHASER - 1996

Tiens,je lisais les chroniques de ce groupe génial,et je m'aperçois que celui ci n'y est pas.
Quel dommage,c'est un de mes préférés de DCD,peut ètre mème mon préféré.Si ça tente quelqu'un dans l'équipe,ce serait cool.




Le 02 Décembre 2019
Par LOUVOIR
Chroniqueur souhaité
Peu importe

HALOCRAFT - CHAINS FOR TE SEA - 2018

C'est tout à fait par hasard que je suis tombé sur ce groupe de "Cinematic" (c'est eux qui le disent) Post-Rock en provenance de Grèce. Et je suis immédiatement tombé sous le charme de cet album presque de bout en bout instrumental.

Un savant mélange de post-rock et d'électro, de metal aussi par touches légères, le tout en dégageant une ambiance super immersive, ce qui est un sérieux plus quand on prétend raconter une histoire par sa musique.

Une excellente découverte, à recommander!




Le 02 Décembre 2019
Par CLANSMAN57
Chroniqueur souhaité
RAMON PEREZ OU AUTRES

YAN CAILLASSE - (REMUER) CIEL ET TERRE - 2009

Je me réécoute ce disque ces temps-ci et je le trouve vraiment pas mal du tout!
J'aimerais avoir un avis externe, car le mien est peut-être un peu faussé, car il s'agit du groupe de mon petit-cousin.
C'est du Rock Français accompagné de beaux textes.
En plus de l'instrumentation Rock, on y trouve du violon et la clarinette de Denis Leonhardt des Weepers Circus en guest sur quelques chansons.
Kemar de No One Is Innocent chante en duo avec Yann sur le titre "Os contre béton" et l'album a été enregistré par Mazarin.
Signalons qu'une reprise originale de "Merde à Vauban" de Léo Ferré a été réalisée et un texte de Boris Vian a été utilisé pour ""Ils cassent le monde".

J'ai pensé à Ramon Perez en premier lieu, car il y a des chances que ça puisse lui plaire.




Le 02 Décembre 2019
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

BECK - MIDNITE VULTURES - 1999

Pas le disque le plus acclamé du "blanc-Beck", loin s'en faut, mais le plus funky et mon préféré.



Le 02 Décembre 2019
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

SHIRLEY SCOTT - ONE FOR ME - 1975

Elles sont trop rares dans les rubriques touchant le jazz pour ne pas parler d'elle.
Shirley Scott disparu en 2002 vit le jour en 1934 à Philadelphie. Musicienne organiste de hard bob et de Soul Jazz ses doigts touchèrent aussi bien la trompette que le piano avant de demeurer sur l'orgue Hammond. Elle côtoya les grands comme John Coltrane et mena sa carrière auprès de son époux qui n'était autre que Stanley Turrentine jusqu'en 1972. De 1961 jusqu'à la rupture avec Stanley les critiques disent que ses enregistrements incarnent aujourd'hui (avec d'autres) la période classique du Soul Jazz. Ce disque a un charme tranquille qui nous invite dans une de ses caves de Saint Germain où elle aurait pu faire le "boeuf " avec des musiciens de passage.
Retirons le boeuf pour une "Jam session" plus élégant pour Shirley qui enregistra pour Prestige, Impulse, Atlantic pour ne citer que ces firmes qui l'ont immortalisée.





Le 02/12/2019 par DERWIJES

Une jazzwoman qui fait de la Soul Jazz ? Mais c'est un cadeau de Noël avant l'heure ! Je prendrai le temps de la découvrir avant de commencer à écrire sur elle. Merci pour la proposition !



Le 02 Décembre 2019
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

JOHN LEWIS ET SACHA DISTEL - AFTERNOON IN PARIS - 1957

Voulez arrêter de pousser la chansonnette Sacha !
Distel avant Scoubidou qui le propulsa dans la variété était avant tout ( et je vois des sourires narquois un jazzman et pas n'importe lequel.) Un très bon guitariste, un jour Barney Kessel qui n'était pas n'importe qui lui avait dit : " Peu importe ce que tu fais, tu resteras toujours un jazzman" C'est vrai Distel est resté derrière ses chansonnettes un musicien qui garda toute sa vie son amour intact pour le jazz. Il est vrai que la famille du jeune homme avait le virus musical dans la peau. Son oncle Ray Ventura dans les années 1920 avec son orchestre (Ray Ventura et Ses Collégiens) l'amènera à la guitare (un excentrique plein de talent était dans l'orchestre comme guitariste, Henri Salvador, Henri offrira au jeune Distel quelques leçons de guitare) Plus tard Distel dira Adieu au Dixieland pour le Mordern jazz. Ascension de Distel en 1954 un an après la disparition de Django Reinhard. Le magazine Jazz Hot le classera comme le troisième meilleur guitariste sur le sol français. De 1956 jusqu'en 1962 il sera tout simplement classé comme numéro 1. Il ne jouera pas uniquement dans les clubs parisiens avec des jazzman français. Il enregistrera avec des pointures comme Lionel Hampton, John Lewis, Dizzy Gillespie, Stan Getz, Sarah Vaughan et Barney Kessel. Vous avez compris j'ai un faible pour ce musicien avec l'étiquette trop vite collée au front : Variétés. Retrouvons ce guitariste jazzman dans ce disque déjà ancien mais toujours plein de fraicheur avec John Lewis (Piano), Barney Wilen (TenorSaxophone), Pierre Michelot (Bass), Kenny Clarke (Drums)





Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ...>...>>... 81






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod