Recherche avancée       Liste groupes



      
ALTERNATIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Catherine Ringer

Les RITA MITSOUKO - La Femme Trombone (2002)
Par ERWIN le 12 Novembre 2017          Consultée 213 fois

Nos chers RITA se sont transformés en trio ! Ou presque ! Chacun analysera comme il se doit l'arrivée de Iso Diop, le bassiste de TRUST, qui vue l'activité déployée par son groupe, se lance avec avidité dans la production. On le retrouve donc un peu partout sur ce femme trombone, aux instruments, en live, à la production et même aux crédits. En tout cas, il y a de quoi se perdre en conjectures sur la signification de cette couverture et de ce titre... La bonne nouvelle, c'est qu'on s'attend à une bonne surprise avec notre duo parisien. L'aventure moderne continue !

Nous avons donc trois singles sur cet opus. Le premier est « Triton », une petite balade mélancolique aux sons alternatifs, mais à l'ambiance hispanisante qui rappellera celle de « Marcia Baila » - regardez la vidéo aquatico-psychédélique ! - . La mélodie est mignonnette, mais franchement peu apte à fédérer les masses hexagonales. Très original, presque ambient expérimental. On y entend le premier solo de Iso, qu'on retrouve en outre à la compo. La vidéo toute d'onirisme de « Sacha » restera sans doute un peu plus dans les esprits, notamment grâce au refrain très fédérateur. Malgré ses 45 printemps, Catherine Ringer y est superbe de fraîcheur. Cette chanson d'amour toute simple est aussi très réussie. Sur le troisième single, Catherine se fait lascive avec des textes toujours très sexualisés sur « Tu me manques », e single ne sera pas immortel, mais il a le mérite d'attirer notre attention sur l'élément clé de cette livraison : les paroles.

« Femme trombone »... On retrouve le terme sur la chanson « Trop bonne », les jeux de mots avec « la femme tronc » « trop bonne » et « trombone » ornent les lyrics avec justesse, lisez donc les paroles les djeuns !L'album semble s'articuler autour du statut de la femme finalement... On retrouve les sequencers chers au duo, et la compo a une bonne gueule. Les jeux de mots de « J'applaudis » continuent d'évoquer les rapports hommes femmes avec une objectivité « rappelle moi au tarif que tu voudras », jouant en permanence sur son statut de femme publique-pute-mère, Catherine définie avec objectivité et de manière claire le statut des femmes dans notre société. Bravo !

On retrouve l'influence du musculeux black bassiste de TRUST sur les deux instrumentaux : « l'entrée », bien épique en intro de l'album, et sur les élans metal de « Interlude », mais aussi sur la belle basse de « Tous mes voeux ». Nul doute que son apport catapulte le duo des RITA dans un autre espace de créativité. On retiendra encore le superbe refrain de « Evasion », ainsi que les belle paroles, Catherine ne dit pas toujours des choses incompréhensibles, et on distingue bien la petite critique sociale qui surgit au détour des lyrics. Pareil sur « Vieux rodeo », ou les grattes prennent le pouvoir sur un ton plus moderne, très western, proche de NOIR DESIR. Catherine s'y fait tour à tour mordante et désabusée, et on y entend certaines revendications de la chanteuse pas innocentes pour deux ronds- « On veut faire de nous de la chair à bébé » -. Bien vu ! Dans nn tout autre genre, « Melodica » rapproche les RITA des mélodies d'INDOCHINE, cette guitare shadows embraye avec un son clair fort bienvenue.

Un très bel album au final, qui ne contient que du matériel de bonne qualité. La grande suprise vient donc des paroles assénées par Catherine dans la quasi totalité des titres, de « Perte d'ovule » à « paquet de viande »., on sent que l'ex actrice porno et artiste tous azimuts ne souhaite plus retenir ce qu'elle pense du statut de la femme dans notre société. A ce titre, elle acquiert ici une dimension supplémentaire d'auteur, faisant d'elle l'incontournable figure de proue du rock féminin en France. C'est dit !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


CULTURE CLUB
Colour By Numbers (1983)
Chef d'oeuvre des futuristes de la new wave




BLONDIE
Autoamerican (1980)
Au top de New York !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Frederic Chichin (guitares)
- Catherine Ringer (chant)
- Iiso Diop (basse)


1. Entrée
2. Evasion
3. Vieux Rodéo
4. Triton
5. Trop Bonne
6. Tous Mes Vœux
7. Tu Me Manques
8. J'applaudis
9. Melodica
10. Interlude
11. Ce Sale Ton
12. Sacha
13. 1928



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod