Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 



John CARPENTER - Halloween (2018)
Par BAKER le 21 Avril 2019          Consultée 313 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Ca, c'est ce qu'on appelle une surprise. John CARPENTER aura beau clâmer un peu partout que non, il n'a pas abandonné le cinéma, son dernier travail en date n'est pas pour lui donner raison. En effet, Big John a donné son feu vert pour un remake / reboot / on ne sait plus (et pour être franc, on s'en tape le coquillard) de son Halloween chéri, il n'a pas réalisé, il n'a pas écrit le scénario, il n'est que producteur de loin, mais par contre... il en signe la musique ! Et c'est d'autant plus déroutant qu'il venait tout juste de revisiter son Halloween à travers la compil Anthology. Ou plus exactement, le re-revisiter, puisqu'il était déjà auteur de la musique (entre autres) d'Halloween II.

Disons-le d'emblée, Halloween 2018 sera à Halloween II ce qu'Halloween II était à Halloween. A savoir une sévère et très visible mise à jour de la qualité sonore et musicale, d'un point de vue purement technique. Avoir sorti trois albums en trois ans a permis à CARPENTER et son équipe habituelle (son fils et son filleul) de se mettre à la page côté sons et production. Le disque possèdera donc un solide tiers qui le plombe en n'étant que de la musique au mètre, typique du film d'horreur des années 2010, soit de l'électro bizarre, dense, fricotant avec les graves fréquences et l'hypersaturation sans grand-chose d'autre. Mais de ce côté, CARPENTER a bien compris l'importance du sound design, et maîtrise son sujet d'une façon assez surprenante pour "un vieux qui fait du kitsch" (appellation d'origine non contrôlée).

Et donc si musicalement ils n'apportent rien, sauf quelques frissons pour les plus douillets d'entre vous, des "Intro" (qui donne bien le la), "Michael Kills" (cul' un mouton), "Shape Kills" ou "Wrought Iron Fence" auront un avantage sur les musiques de film habituelles : le traitement sonore fait passer ces morceaux d'une ou deux minutes sans grand intérêt, mais pas repoussants. Seul "Say Something" n'aura aucune attache avec l'auditeur sans les images. Il y a de la recherche sonore un peu partout, notamment au niveau rythmique, avec des métronomes et des cliquetis irritants, obsédants, souvent aigüs pour faire contre-poids avec les pulsations synthétiques lentes, grasses, très graves et évidemment bien plus prenantes qu'en 1978. A ce niveau, l'écoute au casque de "Shape Returns" avec son mécanisme d'horloge aura de quoi rendre fou.

Le second tiers concerne la musique plus particulièrement axée sur l'action ou la violence, et à ce niveau l'amélioration de CARPENTER s'accentue. "Michael Kills Again" (sur Groland ?) présente un groupe, car c'en est un, qui joue avec les nerfs du spectateur de façon admirable. C'est chaotique, moderne, puissant, et le duo guitare saturée / synthétiseur à grain réussit ce qu'il y a de plus difficile : la gestion de l'arrêt des notes. "Ray's Goodbye" présente un empilage de sons bien maîtrisé, et "The Shape Hunts Allyson" (c'est sa copine à lui) mélange de nouveau la guitare heavy metal et les clochettes au synthé : c'est cliché, mais ça marche ! "The Grind" va encore plus loin en opposant ce thème enfantin et un magma sourd inexorable. A l'inverse, le "Fight" choisit la sobriété et aux instruments criards préfère une unique note se fondant dans d'atroces ténèbres.

Et si l'on désire accéder au versant le plus purement musical d'Halloween, il faut se rappeler que l'original n'était pas que constitué de longues notes frétillantes et de jump scares. C'est dans ces moments les plus mélodiques ou purement instrumentaux que CARPENTER et sa bande arrivent encore une fois à nous procurer bien du plaisir : "Laurie's Theme" qui est une version très différente, plus... âgée ; le "Prison Montage" tout en élégance et en finesse - ou comment faire naître le suspens à partir d'un piano, on se croirait d'ailleurs plus dans Assault que dans Halloween ; "Allyson Discovered" qui là aussi montre une féroce connaissance des harmonies. Mais quid du fameux thème d'Halloween ? Ne cherchez pas du côté du "Theme", simplifié (une note en moins ce qui destabilise intelligemment), mais bel et bien dans ce "Halloween Triumphant", mastodonte de sept minutes avec guitare acérée, synthétiseurs en ébullition et effets sonores. Ce petit bijou de prog intense n'a rien à voir avec l'update un peu pataud de "Anthology" : ici encore une fois ce qu'on ressent avant tout, c'est le PLAISIR pur d'être en studio et créer une musique forte et entraînante.

Le disque dans son intégralité se laissera donc plus ou moins dompter selon votre résistance à la musique au mètre. Mais dans tous les cas, on ne peut qu'applaudir la ténacité de CARPENTER et sa façon brillante de se réinventer sans cesse. Inutile, ce film ? Pas tout à fait : au moins nous aura-t-il procuré un nouvel album qui est au moins pour moitié digne de ce que Big John fait depuis des années.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


Yuzo KOSHIRO
Streets Of Rage (1991)
Une première qui fait mal.




Marcel DONNE
Robdez-vous (2018)
Révolution industrielle (ou presque).


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
   BAKER

 
   (2 chroniques)



- John Carpenter (claviers)
- Cody Carpenter (claviers)
- Daniel Davis (guitare, claviers)


1. Intro
2. Halloween Theme
3. Laurie's Theme
4. Prison Montage
5. Michael Kills
6. Michael Kills Again
7. The Shape Returns
8. The Bogeyman
9. The Shape Kills
10. Laurie Sees The Shape
11. Wrought Iron Fence
12. The Shape Huntsallyson
13. Alyson Discovered
14. Say Something
15. Ray's Goodbye
16. The Shape Is Monumental
17. The Shape And Laurie Fight
18. The Grind
19. Trap The Shape
20. The Shape Burns
21. Halloween Triumphant



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod