Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 



John CARPENTER - Anthology Movie Themes 1974-1998 (2017)
Par BAKER le 27 Décembre 2017          Consultée 748 fois

Il gueule le Baker, il hurle, il tempête comme quoi le storytelling est devenu bien trop important, et même souvent plus mis en avant que les qualités des disques qu’il est censé défendre. Bon, il faut dire que parfois, il n’y a AUCUNE qualité à défendre, alors les pôv’ maisons de disques, elles font ce qu’elles peuvent (non, je ne citerai pas le dernier RENAUD. Nan nan ne comptez pas sur moi.). Mais dans le cas qui nous intéresse, à savoir un disque de John Carpenter intitulé “Movie anthology”, nous avons affaire au cas inverse : si vous ne retournez pas la pochette, vous penserez qu’il s’agit d’une énième compilation. Et pas la meilleure, au vu de la setlist. A croire donc, à vue de nez, que les maisons de disques ne savent décidément plus quoi faire.

Ce disque est pourtant différent : on le sait, Carpenter a totalement abandonné le cinéma et est désormais musicien professionnel à temps plein, ayant donné des concerts avec son groupe. C’est un DVD live que l’on aurait aimé voir débarquer dans nos bacs ; mais ce disque en sera le pendant studio. Moins bandant, certes, mais quand même plus intéressant qu’une compilation de bandes déjà entendues : Carpenter rejoue donc ses thèmes les plus célèbres dans le son et l’esprit de ses albums "Lost Themes". Chic chic chic ! se dit-on, et d’enfourner la galette. Et de se prendre une belle baffe d’abord, une petite veste ensuite.

C’est que le premier titre, ce n’est pas n’importe quoi : "In The Mouth Of Madness" était déjà très bon dans sa version originale, ici c’est extraordinaire. C’est super-rock, ça booste, ça drive, la batterie s’éclate, c’est un des plus grands moments de rock instrumental de l’année. Et l’album se finit sur un extrait de "Christine", exhumé car quelque peu oublié (par votre serviteur en tout cas), et très bien dépoussiéré, là aussi toutes guitares dehors. Chic chic chic, bis. Entre les deux ? Du sage. Du trop sage. Oh, de l’écoutable, de l’agréable, le disque se laisse parfaitement digérer vu qu’il est court et pas trop mal agencé... mais on a l’impression d’un rendez-vous presque raté.

Vous avez les titres très, voire trop proches des originaux ("Assaut" qui reprend même le pleurage de l’enregistrement de 76, et fallait pas, "Fog" et "Halloween" qui sont bons mais, c’est un comble, trop propres, trop cliniques, "Halloween" ne bénéficiant pas du tout d’un lifting et surtout pas si on le compare à ce que Carpenter avait fait pour "Halloween II"). "Santiago" est une double erreur : déjà il y avait largement mieux sur l’album "Vampires", et le style de compo fait très redite, bien trop en fait (même si les synthés de fin montrent bien qu’il a appris au contact d’un certain musicien français en duo). Vous avez les titres plus rock : "They Live" bénéficie enfin d’une VRAIE guitare et d’un VRAI harmonica, "Escape" débute mou mais se voit fort heureusement dynamité comme on l'espérait (à savoir ta da da da da POUM !), "Prince Of Darkness" est intelligement revisité et son minimalisme n’est plus un frein à l’écoute.

Et vous avez aussi les loupés. "Porkchop Express" est franchement MOINS rock et groovy que l’original, ce qui est un sacré comble. "Dark Star" est rigolo mais anecdotique. Et puis... Hein ? "The Thing" ? "Starman" ? Deux titres PAS de Carpenter ? Et pas pour le meilleur : "The Thing" a du mal à trouver son intérêt au sein du tracklisting, et "Starman" réussit le tour de force de sonner encore plus kitsch que l’original de Jack NITZSCHE, et croyez-moi ce n’était pas une mince affaire. Des loupés pas hideux, mais trop visibles pour hisser ce disque au niveau attendu. Et puis... il en manque ! Quitte à ne parler que de Carpenter compositeur, sans aller jusqu’à reformer les COUPE DE VILLES, dont je possède une édition vinyle du premier album (NDLR : Gros mythomane flambé au cognac, va), où est "Ghosts of Mars", son album heavy metal pur jus, et surtout, où sont les régals de prog-rock pompeux que sont "Body Bags" et surtout "Village of the Damned" ?

Tenez-vous bien, ils sont là. Sur un 45 tours inédit livré avec la version deluxe de l’album, version qui coûte la peau des burnes et est évidemment sold out depuis des lustres. Ca c’est vraiment la meilleure façon possible de promouvoir l’excellence musicale de Big John : ne PAS proposer ses meilleurs morceaux. Pourtant enregistrés. On va donc dare-dare changer notre chic chic chic en clap clap clap, bravo le veau, et bien évidemment, n’ayant pas réussi à poser ma patte graisseuse sur ces deux morceaux, ne comptez pas sur moi pour vous en parler. Ni, par ailleurs, augmenter la note parce que ces morceaux DEVRAIENT être excellents. En fait, oubliez ce que je vous ai dit au début de mon ineffable diatribe : si si, les maisons de disques savent parfaitement ce qu’elles font. Et c’est une excellente raison pour continuer de gueuler.

PS : Pas la peine de réclamer le DVD du concert hein, puisqu’il paraît que les gens n’achètent plus de DVD live. Ils préfèrent se battre comme des gladiateurs pour avoir le droit à un 45 tours inédit à 10 euros de plus.

NOTE FINALE : 3,5/5, mais vous devinez aisément pourquoi ça ne va pas jusqu'à 4.

A lire aussi en ROCK par BAKER :


Steven J. VERTUN
Ghost, Shadow And Sun (2017)
Cathartique, mais aussi direct et percutant




Maria BETTENCOURT
Maria Bettencourt (2019)
Ca reste en famille


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- John Carpenter (claviers, guitares, prog)
- Daniel Davies (guitare, claviers, batterie, basse)
- Cody Carpenter (claviers, guitares, prog)
- Scott Seiver (batterie)
- John Konesky (guitare)
- John Spiker (basse)


1. In The Mouth Of Madness
2. Assault On Precinct 13
3. The Fog
4. Prince Of Darkness
5. Santiago (vampires)
6. Escape From New York
7. Halloween
8. Porkchop Express (from Big Trouble In Little China
9. They Live
10. The Thing
11. Starman
12. Dark Star
13. Christine



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod