Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

Commentaires (4)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Marilyn Manson, Deconstruction
- Style + Membre : How To Destroy Angels
 

 Le Site Officiel (319)
 Ninnews (774)

NINE INCH NAILS - The Fragile (1999)
Par SEIJITSU le 1er Mars 2017          Consultée 504 fois

Je n’aurais pas aimé me retrouver à la place des gens traumatisés par la sortie de The Downward Spiral en 1994.
5 ans d’attente pour succéder à un des grands disques des années 1990 a de quoi décourager tout le monde. Surtout si c’est pour se retrouver devant un double album si différent. Donnant l’image d’un Trent Reznor toujours aussi tourmenté, mais également plus introspectif et subtil.

The Fragile portait bien son nom à première vue. Celle d’une œuvre composée par un homme fracassé qui n’en avait pas fini avec "sa spirale descendante".
Pourtant, malgré ses instrumentaux doux et post-apocalyptiques, Reznor pouvait encore envoyer du bois (la mémorable ouverture « Somewhat Damaged », « Where Is Everybody? », « No, You Don't »…) et même écrire des tubes (« We're in This Together », « Starfuckers, Inc. » ou le funky « Into the Void »). Ce qui fait de ce double un disque bien plus accessible que laisse présager sa réputation.

Sa variété, la qualité du songwriting (car Trent est un grand faiseur de chansons durant cette période, pas seulement un producteur pointu) et bien sûr du chant (rageur, sensuel ou intimiste) ayant tout pour confirmer une chose : même si The Fragile n’est pas aussi bon que les précédentes œuvres de NIN, cela ne l’empêche pas d’être grand.

Puisqu’en dépit du fait qu’il souffre un peu du syndrome du double disque (les instrumentaux les moins bons sont sympathiques, mais restent superflue en comparaison des sommets de l’album), on lui pardonne tellement ce projet était déjà très risqué sur le papier et réussit tout de même à tenir très bien la route.
Car derrière ce travail titanesque et ces arrangements d’une incroyable richesse (je ne vous raconte pas le monde qui a été mobilisé pour arriver à ce résultat), Trent Reznor n’oublie pas deux choses essentielles : écrire de bonnes compositions et y injecter ses tourments pour rendre son œuvre intemporelle.
Parce que derrière son calme apparent et ses saillies bruitistes travaillés au scalpel, cet album regorge de vie et d’émotion (le morceau titre est une de ses pièces les plus poignantes).

Après tout ça, Trent ira en cure de désintoxication et se retrouvera incapable de pondre une musique d’une telle envergure par la suite.
Oui, cette sortie portait bien son nom. Le génie est fragile et peut disparaitre d’un claquement de doigt au moindre petit changement.

Cette œuvre saisit cet instant où le génie se retrouve au sommet, juste avant la chute.

A lire aussi en INDUS :


MINISTRY
Relapse (2012)
Je vous le concède, la pochette est laide...




ROME
Coriolan (2016)
Rome résume 10 ans de carrière en 25 minutes !


Marquez et partagez





 
   UDUFRU

 
   SEIJITSU

 
   (2 chroniques)



- Trent Reznor (chant, guitare, clavier, programmation)
- Charlie Clouser (clavier, batterie)
- Jerome Dillon (batterie, clavier)
- Robin Finck (guitare, clavier)
- Danny Lohner (basse, guitare, clavier)


- disc 1 - Left
1. Somewhat Damaged
2. The Day The World Went Away
3. The Frail
4. The Wretched
5. We're In This Together
6. The Fragile
7. Just Like You Imagined
8. Even Deeper
9. Pilgrimage
10. No, You Don't
11. La Mer
12. The Great Below

- disc 2 - Right
1. The Way Out Is Through
2. Into The Void
3. Where Is Everybody?
4. The Mark Has Been Made
5. Please
6. Starfuckers, Inc.
7. Complication
8. I'm Looking Forward To Joining You, Finally
9. The Big Come Down
10. Underneath It All
11. Ripe (with Decay)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod