Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Alan Parsons

The Alan PARSONS PROJECT - I Robot (1977)
Par BUDDY le 30 Décembre 2005          Consultée 4772 fois

L’année 1977 débute à peine, et déjà Alan Parsons sort sa seconde galette sur le marché du disque. « I ROBOT » est composé de 10 titres, dont quatre instrumentaux. La science-fiction d'Isaac Asimov sert de matière première au thème de l’album. L’intro éponyme débute de façon « space » avec des nappes planantes de synthés et une voix de sirène en fond. Cette intro fait place ensuite à une rythmique carrée, où les diverses parties instrumentales viennent s’imbriquer avec bonheur les unes dans les autres. La présence de la Balalaïka (genre de petite cithare) accentue le côté « nordique » du titre.

Le 2ème instrumental « Nucleus », est basé sur deux nappes principales de claviers psychédéliques et une batterie passée dans un écho analogique. « Total Eclipse » qui est le 3ème instrumental, fait quasiment penser, à certains passages du fameux album des Pink Floyd « Atom Heart Mother ». La même ambiance peut se retrouver dans ce titre glauque, qui pourrait servir de bande originale à un grand film de science-fiction. Alan Parsons signe son 4ème instrumental, et là on peut effectivement dire également que le fantôme des Floyd n’est pas très loin, le solo de guitare étant très proche de ce que sait faire Gilmour avec sa « Stratocaster ». Un très bon titre.

Les autres morceaux de l’album sont un mélange d’influences diverses. « I Wouldn't Want To Be Like You » donne plutôt dans le pop-rock acidulé. « The Voice » est une petite merveille avec sa basse synthétisée, et ses voix passées dans le vocoder. Son changement de tempo surprend au milieu du titre. Il est assez oriental dans sa conception et très progressif. « Some Other Time » et son intro douce et chaleureuse réchauffe comme un bon feu. La suite du titre alterne entre la ballade et une pop-song au rythme saccadé. Un titre surprenant.
« Breakdown » fait un peu penser dans l’esprit à l’album « Pyramid ». Viendra la variante, interprétée par la Chorale anglaise en très grande forme ; la mélodie faisant un peu penser à un grand opéra Rock. « Don't Let It Show » et « Day After Day » sont deux superbes ballades où Alan Parsons met toute sa sensibilité dans ces compositions.
Un second album qui laisse présager un avenir brillant pour ce groupe qui n’en est qu’à ses débuts.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BUDDY :


MARILLION
Misplaced Childhood (1985)
Marillion, ou la reunion de deux générations....

(+ 1 kro-express)



GENESIS
We Can’t Dance (1991)
"No son of mine" démarre l’album du trio...

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- David Paton (basse)
- Stuart Tosh (batterie et percussions)
- Ian Bairnson, David Paton, Alan Parsons (guitares)
- Eric Woolfson, Duncan Mackay, Alan Parso (claviers)
- B. J. Cole (guitare acoustique)
- Eric Woolfson, Alan Parsons (projectron / vocoder)
- John Leach (cimbalom & kantele)
- Le Chorale Anglaise, Philharmonia Chorus (chœurs additionnels)
- Andrew Powell (direction orchestre & chœurs)


1. I Robot (instrumental)
2. I Wouldn't Want To Be Like You
3. Some Other Time
4. Breakdown
5. Don't Let It Show
6. The Voice
7. Nucleus.(instrumental)
8. Day After Day (show Must Go On)
9. Total Eclipse.(instrumental)
10. Genesis Ch. 1 V. 32 (instrumental)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod