Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Genesis, Mike Rutherford , Paul Carrack , Roxy Music

MIKE & THE MECHANICS - Let Me Fly (2017)
Par MARCO STIVELL le 18 Avril 2017          Consultée 676 fois

Le groupe "à temps partiel" le plus célèbre au monde (que ce soit pour Mike Rutherford ou non, on a toujours du mal à se dire que GENESIS appartient au passé) mène son rythme de croisière. Cela fait six ans que The Road est paru, Mike et ses MECHANICS nous ont déjà fait attendre plus longtemps que ça, mais rien ne nous poussait à attendre non plus. Certains ont déjà eu l'occasion d'entendre une ou deux nouvelles chansons en concert, preuve que l'engin n'a fait que rouler tout ce temps et, avec Let Me Fly, il s'offre un plein (de GPL, c'est moins polluant).

Les trois premiers morceaux ne s'éloignent pas de ce que l'on avait entendu en 2011, une pop aux sonorités modernes mais fidèle à l'esprit du groupe depuis désormais plus de trente ans, légère avec une recherche de l'efficacité dans les paroles et les mélodies. Les chanteurs Andrew Roachford et surtout Tim Howar ont pu prendre leurs aises avec l'expérience. Cependant, ces titres ont des similitudes avec le MIKE & THE MECHANICS des années 88-90. Le choeur gospel et l'intro mélancolique de "Let Me Fly", avec la boîte à rythmes Roland, font penser à "Why Me?" et d'autres joyaux de cette période, tandis que les deux morceaux suivants évoquent le son Word of Mouth.

Il y a une mise en avant des claviers, assez naturelle pour le groupe même si on lui a connu plus de mordant. Les guitares ressortent de manière exceptionnelle pour "The Letter" et le joli solo de "Save My Soul", tandis que des cuivres résonnent sur les refrains de "Are You Ready" chantée par Tim Howar, créant la surprise. "Don't Know What Came Over Me" lui fait écho en matière d'énergie et d'arrangements amples, vaguement électroniques. Les ballades "Love Left Over" et "Save the World" a ce côté nostalgique de début 90. Nous sommes en terrain connu mais tout cela n'est pas exceptionnel. Les paroles apparaissent bien basiques, comme la plupart des autres chansons, signe du départ de Christopher Neil, dernier membre original du groupe en dehors de Mike Rutherford.

Arrive le quatrième morceau. L'importance de ce chiffre pour Mike ne date pas d'aujourd'hui, après tout il a été le quatrième membre de GENESIS historiquement parlant et pour la place de son nom dans les crédits avant l'arrivée de Phil COLLINS et Steve HACKETT. On parle là aussi de ses chansons pour le groupe, "More Fool Me", "Snowbound", "Man of Our Times", le riff de "I Can't Dance"... Et pour MIKE & THE MECHANICS, "Hanging by a Thread", "Nobody Knows", "Yesterday, Today & Tomorrow", "Mea Culpa", "All the Light I Need", "Rewired" et "Background Noise", toutes des "pistes 4" marquantes, chacune à leur manière. Sur un rythme pop-dance, "The Best is Yet to Come" est l'un des meilleurs moments de Tim Howar avec les MECHANICS, donc l'honneur est sauf !

Le chanteur est tellement mieux intégré au groupe par rapport à l'album précédent, qu'on confond de plus en plus ses prestations avec celles d'Andrew Roachford, sur les titres calmes en tout cas, là où les deux Paul, Carrack et Young, se distinguaient clairement à l'époque des anciens classiques. Cette homogénéité peut nuire à la spécificité du groupe, son efficacité, comme elle renforce son penchant agréable. Cependant, "The Letter", chanté par Roachford et habillé de sons plus denses à la Beggar on a Beach of Gold (1995), remplit parfaitement son rôle, et on peut difficilement se plaindre d'un "High Life", soft comme il faut.

Let Me Fly est donc un disque qu'on écoute gentiment, avec un certain plaisir, exception faite des synthés branchouille de "I'll Be There for You", qui demeure une bonne chanson heureusement. À part "The Letter", il n'y a pas d'élément venu relever une ambiance égale tout le long, mais surtout, il n'y a pas de morceau qui fait réellement date, et à la rigueur, c'est peut-être l'album pour lequel on a le plus de difficulté pour retenir de quoi grossir un best-of. Ah, et la pochette, c'est une tentative maladroite de faire du Hipgnosis, n'est-ce pas ?

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Tony BANKS
The Fugitive (1983)
Pop




COCK ROBIN
Songs From A Bell Tower (2010)
Le rouge-gorge au sommet du clocher


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Let Me Fly
2. Are You Ready
3. Wonder
4. The Best Is Yet To Come
5. Save The World
6. Don't Know What Came Over Me
7. High Life
8. The Letter
9. Not Out Of Love
10. Love Left Over
11. I'll Be There For You
12. Save My Soul



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod