Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Genesis, Mike Rutherford , Paul Carrack , Roxy Music, Sad Café

MIKE & THE MECHANICS - The Singles 1985-2014 + Rarities (2014)
Par MARCO STIVELL le 16 Avril 2020          Consultée 633 fois

Pour ne pas sortir un disque constitué simplement de faces B qui n'intéressent que les fans curieux, Mike Rutherford a trouvé la bonne combinaison : ressortir un best-of, seul, puis proposer une édition deluxe avec deuxième CD de raretés ! Chacun verra midi à sa porte, mais il va de soi qu'en dehors des coffrets de GENESIS et de son vieil Anthony PHILLIPS, Rutherford est celui de la famille qui aura le mieux réussi à compiler l'ensemble de ses morceaux inédits, même si on ne parle que de MIKE & THE MECHANICS.

Le best-of est, aux deux tiers, presque exactement le même que Hits (1996). On a, juste histoire de, troqué "Get Up", pourtant un tube essentiel (!) de l'album Word of Mouth, 1990, contre le moins connu "Seeing is Believing" de The Living Years (1988), sorti en single lui aussi. Ce dernier étant le meilleur album des deux, il y a compensation. Et cet ordre de tracklist, on monte le temps une première fois, de 85 à 99 et on recommence, sur un même disque, peu d'artistes le font !

Ensuite, Hits étant sorti en milieu de carrière, ce nouveau best-of permet d'ajouter les deux singles de M6 (1999), "Whenever I Stop" et "Now That You've Gone", alors qu'il fait totalement l'impasse sur Rewired (2004). Même pas de "One Left Standing" ! Ah si, "Perfect Child", mais sur les CD Rarities de l'édition deluxe, avec les inédits !

Bref, il y a un ou deux choix singuliers comme ça, mais au moins la nouvelle formation est dignement représentée avec "Try to Save Me" et "Reach Out (Touch the Sun)" de l'album The Road (2011). Que du Andrew Roachford au chant, néanmoins, même sur l'inédite "When My Feet don't Touch the Ground", nostalgie 80's et meilleure que d'autres titres publiés pendant la décennie en question. Ah ces guitares fines, cette chaleur dans la voix et les claviers ; un nouveau "Par Avion" !

Le CD Rarities débute avec une chanson jamais parue en single, "One by One", bref une découverte totale et avec (feu) Paul Young en prime. Morceau plaisants avec instrumentation funk, où l'orgue Hammond de Paul Carrack s'emballe un peu. Difficile à dater : plutôt milieu des années 90 ou plutôt période M6 ?

Ensuite, même si l'ordre des inédits est tout sauf chronologique (l'idée étant de garder la structure des albums : pas plus de deux titres consécutifs chantés par Carrack ou Young), on sait que le plus ancien est le dernier, "Too Far Gone" (1985). Un instrumental ! Et fort joli, avec des "couplets" guitare et des "refrains" nappes de synthés, dans un esprit pas si lointain du GENESIS fin 70's...

Ensuite, "Too Many Friends" (1988) vient des sessions de The Living Years, c'est la face B du morceau-titre. Lumineux par rapport à d'autres de l'album, taillé sur mesure pour Paul Carrack, où les synthés d'Adrian Lee se baladent avec légèreté. Profitons-en pour parler des deux inédits live enregistrés durant ces débuts du groupe. "Taken in" reste beau, même avec un clavier pour saxo, et c'est surtout "I Get the Feeling" qui y gagne, grâce aux passes vocales des deux chanteurs, au solo de guitare d'Ashley Mulford (musicien de SAD CAFÉ engagé sur les tournées 86 et 88 de M&Ms).

En 1989, MIKE & THE MECHANICS reprend "Revolution" des BEATLES pour la BO du film Rude Awakening (deux hippies fuient en Amérique du Sud dans les années 60 ; à leur retour, vingt ans après, leurs anciens amis sont devenus de riches grands patrons !). Toutes guitares dehors et malgré les cuivres en plastique, Young et Carrack se rejoignent comme jamais en studio pour une version énergique de ce classique, meilleure que l'originale de l'album blanc à mon goût.

Pour Word of Mouth (1990), la version acoustique de "My Crime of Passion", quoique fraîche et sympa, n'apporte pas grand-chose à la chanson que l'on connait déjà. Le "remix East West" du morceau-titre en revanche, avec ses programmations jungle et son changement total d'harmonie, même s'il ne garde que le refrain de la chanson originale, demeure intéressant à écouter. Et puis il y a le bijou "I've Think I've Got the Message", face B de "Get Up". Morceau très inhabituel pour M&M's, ballade voix-piano et claviers feutrés, avec une mélodie et des paroles d'une force qui n'a d'égale que le chant de Young. À écouter absolument, en mémoire de cet immense chanteur !

Ce titre dense a été écarté d'un album qui a mis l'accent sur les chansons légères. Chose très amusante, pour Beggar on a Beach of Gold (1995), MIKE & THE MECHANICS a fait le contraire. Outre trois singles à succès et deux reprises soul, la puissance de ce disque, meilleur du groupe à ce jour, réside dans un son et des morceaux qui vont un peu "plus loin".

Il y a certes la soul ensoleillée de "Nobody Told Me", du Carrack pur jus, et celle de "Little Boy" pour Young (le refrain, en mots et en mélodie vous rappelleront aisément un autre "all I need..."). Deux titres agréables, comme la légère "Always the Last to Know" qui semble avoir été enregistrée le même jour que "Mea Culpa" (même programmation). À côté de cela, plus rock et mené par la force vocale de Young, "Boys at the Front" ressemble à un nouveau "Word of Mouth". Tout y est chouette, l'esprit live, les choeurs féminins... À se demander comment ces faces B, même indépendamment de l'album de 95, n'ont pu devenir des A !

Mais il y a aussi ces trois morceaux plus aériens chantés par Paul Carrack, "Help Me" qui ressemble à un slow r'n'b 80's tardif, "You Don't Know What Love Is", et le plus beau, "You Never Change". Les mélodies sont suaves sans excès de sucre, le rapport piano-claviers y est aussi fort que sur l'album ; décidément et vu le nombre d'inédits rien que pour lui, cette période milieu années 90 a été bien riche en création. Voilà pourquoi il faut écouter ces inédits : MIKE & THE MECHANICS offre plus de plaisir, de curiosités, et même pour des morceaux "oubliés", l'écriture et l'âme pop sont intacts.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


PANIC ROOM
Incarnate (2014)
Pop qui a tout pour faire date...




Bruce HORNSBY
Scenes From The Southside (bruce Hornsby & The Range) (1988)
Rêve musical


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


- the Singles 1985-2014
1. Silent Running (on Dangerous Ground)
2. All I Need Is A Miracle
3. The Living Years
4. Word Of Mouth
5. Over My Shoulder
6. A Beggar On A Beach Of Gold
7. Another Cup Of Coffee
8. Now That You've Gone
9. Taken In
10. Nobody's Perfect
11. Everybody Gets A Second Chance
12. Nobody Knows
13. Seeing Is Believing
14. A Time And Place
15. Whenever I Stop
16. Reach Out (touch The Sun)
17. Try To Save Me
18. When My Feet Don't Touch The Ground (inédit)

- rarities
1. One By One
2. Nobody Told Me
3. I Think I've Got The Message
4. Too Many Friends
5. You Never Change
6. Always The Last To Know
7. You Don't Know What Love Is
8. Boys At The Front
9. Perfect Child
10. My Crime Of Passion (acoustic Version)
11. Little Boy
12. Help Me
13. Revolution
14. I Get The Feeling (live)
15. Taken In (live)
16. Word Of Mouth (east West Mix)
17. Too Far Gone



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod