Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Songs From The Lions ...
2000 Immortal?
2003 Contagion
2018 Double Vision
 

- Style : Pallas, Iq
- Membre : Marillion, Pendragon, Frost*, It Bites

ARENA - The Unquiet Sky (2015)
Par BAKER le 10 Mars 2019          Consultée 212 fois

Un mélange de gros riffs musclés et d'ambiances synthétiques, une chanson quasi-acoustique vers la fin, une pochette post-apocalyptique : de prime abord, The Unquiet Sky, qui fête le 20ème anniversaire du groupe, fait penser à Contagion. Pas si mal comme comparaison ! Mais autant Contagion est un album assez dense mais accessible, autant Unquiet Sky est pratiquement l'inverse : un disque somme toute "simple", selon les standards du groupe, mais qui met du temps à se dévoiler.

En cause ? D'abord, l'approche conceptuelle évidemment : aucun album concept ne se livre au public dès la première écoute, à de très rares exceptions près (allez au pied levé, citons Misplaced Childhood et Scenes from a Memory). Egalement, quelques titres moins forts, comme la bourrine "No Chance Encounter", la power ballad "Unexpected Dawn" qui est loin d'avoir la force de "Cutting the Cards". Bien sûr, il y a aussi les deux segues instrumentaux plus ambiancés que mélodiques : "Markings..." avec ses jolis choeurs synthétiques, et la cinématographique "Oblivious to the Night", qui se passe j'ignore où, mais en tout cas pas dans un commissariat.

Mais ce qui caractérise franchement Unquiet Sky, c'est cette manie de réserver les chansons, de les tenir en laisse avant de les lâcher. De la chanson d'ouverture franchement réussie, avec son doublement de tempo revigorant et sa grande densité, jusqu'au final très catchy, une bonne moitié des titres débutent anecdotiquement avant de vraiment trouver leur place dans des secondes moitiés fortes et expressives. A ce sujet, Paul Manzi qui était déjà plutôt convaincant sur Seventh Degree montre ici une belle étendue de possibilités, particulièrement sur "The Bishop of Lufford" où sa voix se transforme à volonté. Il est à lui seul une excellente raison de donner une chance à ce disque.

Les autres musiciens ? Ils font du ARENA : Pointer continue de s'améliorer encore et encore, Mitchell solise bien comme il faut. Nolan, lui, continue de mélanger le bon (bons sons catchy sur la grandiose "Time Runs Out", joli travail d'arrangements opératiques sur le début de la chanson-titre, pont instrumental sur "What Happened Before" qui rappelle les grandes heures de Pride) et... le moins bon, comme toujours, avec, encore sur Unquiet Sky, un final curieux où il se Richard Claydermanise. A noter que cette chanson possède un ton, une ambiance, très "pop" au sens premier du terme, à savoir qu'on est dans du positif, du fédérateur, et c'est un domaine dans lequel le groupe n'est pas tout à fait à l'aise.

Difficile donc de le juger à la hâte, ce disque qui mélange un peu toutes les périodes du groupe. Il est bon, et parfois franchement enthousiasmant, avec toujours des petits bémols qui l'empêchent d'être un grand disque. Il y a cependant un titre sur lequel pratiquement tout le monde semble accorder ses violons : "How Did it Come to This". Sorte de soeur jumelle de la déjà excellente "What If ?", voilà une chanson mélodique, accessible, emplie de feeling, où Mitchell et Manzi rivalisent à qui fera couler la larmichette le premier. "Honestly", Paul gagne au finish.

Au départ, Unquiet Sky était un album prétexte. Mais il est dit que ce groupe ne voudra décidément jamais sortir un sous-produit. OK, 7th Degree n'a franchement pas fait l'unanimité (surtout chez les handicapés de l'humour. Tenez, on les reconnaît, ils viennent de gueuler devant ma phrase !). OK, moi-même, je tique devant un certain album pourtant adulé. Mais ce ciel qui ne veut pas rester silencieux est encore une fois un ouvrage de qualité, parsemé de bons moments, et qui s'affine au fil des écoutes. Très heavy mais rarement pataud, atmosphérique mais jamais ennuyeux, Unquiet Sky est encore un bon disque. Pour un peu, on se lasserait.

Note finale : 3,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Dave GROHL
Play (2018)
What are you doing, Dave ?




ENCHANT
Juggling 9 Or Dropping 10 (2000)
Groupe au bord de la crise de nerfs.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Paul Manzi (chant, choeurs)
- Clive Nolan (claviers, prog, choeurs)
- Mick Pointer (batterie)
- John Mitchell (guitare, choeurs)
- Kylan Amos (basse)


1. The Demon Strikes
2. How Did It Come To This ?
3. The Bishop Of Lufford
4. Oblivious To The Night
5. No Chance Encounter
6. Markings On A Parchment
7. The Unquiet Sky
8. What Happened Before
9. Time Runs Out
10. Returning The Curse
11. Unexpected Dawn
12. Traveller Beware



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod