Recherche avancée       Liste groupes



      
POP FRANçAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Vanessa PARADIS - M & J (1988)
Par MARCO STIVELL le 21 Novembre 2017          Consultée 1723 fois

J'adore M & J, l'album et la pochette. Prenons l'âge en considération, mais disons ce qui est : débuts du jeans taille basse, petit chemisier, petit bout de peau qui dépasse, cheveux longs et lâchés, visage mignon, jeu de clair-obscur... Si Vanessa PARADIS, la chanteuse, peut susciter de l'intérêt, c'est maintenant (disons, à l'époque) ou jamais. Aujourd'hui, elle est une belle femme, mais musicalement, la fraîcheur est moins... fraîche. Cette voix acidulée ne plait pas – du tout - à tout le monde, et tout ce qu'elle fait est loin de ravir le modeste intéressé qu'est votre serviteur.

Mais à l'époque... Encore aujourd'hui, si on adhère un peu, on pense que cette formule pouvait difficilement échouer. Vanessa PARADIS, 15 ans à peine, élève moyenne et mannequin-enfant, s'est lancée dans la chanson cinq ans plus tôt avec "La Magie des Surprises Parties", écrite par les FORBANS en 1983, avec une nostalgie qui puise 20 ans auparavant. En septembre 1987, quand la demoiselle rentre au lycée, elle est déjà une star nationale avec "Joe le Taxi"... Elle est un phénomène, considérée comme une lolita et on l'oppose très vite à Elsa, chanteuse du même âge.

Franck Langolff, musicien et arrangeur talentueux (on lui doit notamment "Morgane de Toi" pour RENAUD) se rapproche de son ami Didier Pain, acteur de seconds rôles (à l'époque, plutôt dans les films de Claude Berri et d'Yves Robert adaptés des romans de Marcel Pagnol), oncle et manager de la petite Vanessa. Langolff compose tout, et laisse les paroles à Etienne Roda-Gil, collaborateur précieux de Julien CLERC. Un tandem pour un album bien rempli, à défaut d'être personnel.

Evidemment, on retrouve "Joe le Taxi", le premier tube de miss PARADIS et son plus gros, y compris outre-Manche et ailleurs, titre qui lui colle encore à la peau aujourd'hui, surtout dans les plus vives caricatures que l'on peut faire d'elle. Sa voix est forcément encore plus "petite souris" qu'ailleurs, mais c'est un morceau très bien écrit et fort bien réalisé.

De même, "Marilyn & John", dédiée à Madame Monroe et Monsieur Kennedy, ballade épique au rythme country et au son 80's vaporeux. Très belle, Vanessa y est sensuelle et mignonne, à l'aise sur l'un des meilleurs refrains proposés au cours de ce premier album : "Elle s'invente des mensonges sur le mariage d'une étoile et d'un lion".

Dans les deux cas et ailleurs, on devine l'une des premières productions bon marché de la pop française dont Philippe Osman est responsable, ainsi que pour l'album Putain de Camion de RENAUD en cette même année 1988. Le côté multi-instrumentiste participe bien à l'esprit décontracté qui règne sur ce disque, conjugué à la fraîcheur adolescente.

L'autre élément-clé, pour "Joe le Taxi", "Marilyn & John", "Mosquito" et "Chat Ananas", c'est le saxophone ténor soliste et dédoublé de l'excellent Patrick Bourgoin, très chaud et guttural, sexy, rocailleux ; en fait, rock'n'roll. Chose logique pour une artiste qui a débuté avec un morceau des FORBANS. Ce son et cet instrument manqueront beaucoup aux productions futures de Vanessa.

Fin 87, elle avait publié un deuxième single, "Manolo Manolete", qui tentait de faire d'elle une émule de MADONNA en France. Tempo chaloupé, guitares latino, ça lui allait très bien, tout comme ici, des morceaux plus Antilles qu'Espagne, avec saxos, steel-drums, harmonica...

"Chat Ananas", "Le Bon Dieu Est un Marin" - très classieux ! - jouent sur ce tableau chamarré avec une production soft et aérienne à la COCK ROBIN. "Maxou", "Mosquito", "Joe le Taxi", "Coupe Coupe" enchaînent rythmes blues-rock, californiens, ensoleillés, tout en atteignant leur objectif de séduction. Saxophones coquins et harmonicas gentillets y sont à leur avantage, plus que les synthés et les guitares pourtant efficaces. Et pour l'interprète, c'est un jeu d'enfant, l'évidence même.

On peut toujours se moquer, trouver à redire sur Vanessa, sa voix etc, mais force est de constater qu'ici, ça fonctionne. Parfois, l'aspect musical l'oblige un peu à s'éloigner un peu, quitte à nous rappeler en toute fin de "Scarabée" (slow dédié aux BEATLES, médiocre, trop étiré et un brin hors-sujet) qu'elle est la chanteuse et que ce disque est censé la pousser en avant. Heureusement, c'est le cas ! Autre cas polémique, les paroles de Roda-Gil, vraiment trop simplistes et répétitives sur certains refrains ("Maxou"), quand elles se font romantiques et jolies en d'autres endroits.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Jean-jacques GOLDMAN
En Passant (1997)
Variété-folk de luxe (en or 24 carats)

(+ 1 kro-express)



Anne SILA
Madeleines (2023)
Reprises, voix, sourire et bonne intelligence


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Vanessa Paradis (chant)
- Philippe Osman (guitares, basse, claviers, synthétiseurs)
- Franck Langolff (guitares, harmonica)
- Patrick Bourgoin (saxophones)
- Alain Ganne (saxophones)
- Freddy Della (harmonica)
- Patrice Tison, François Ovide (guitares)
- Patrick Rousseau (percussions)
- Christophe Josse, Joshua D'arche (basse, claviers, synthés)
- Jacques Denjean (arrangements des cordes)
- Ann Calvert, Anne Papiri (choeurs)
- Carole Fredericks, Yvonne Jones (choeurs)
- Daniel Adjadj, Jean-luc Escriva (choeurs)


1. Marilyn Et John
2. Maxou
3. Le Bon Dieu Est Un Marin
4. Mosquito
5. Soldat
6. Joe Le Taxi
7. Coupe Coupe
8. Chat Ananas
9. Scarabée



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod