Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK INSTRUMENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Steve Vai , Richie Kotzen , Marty Friedman , Tony Macalpine
- Style + Membre : Chickenfoot

Joe SATRIANI - What Happens Next (2018)
Par TEEMO le 17 Mai 2018          Consultée 287 fois

Depuis la sortie de son premier album en 1986, Joe SATRIANI enchaîne les sorties avec une régularité métronomique. Si on peut affirmer que le précédent opus n'avait rien de très convaincant, l'annonce de la création d'un trio avec Chad Smith des RED HOT CHILI PEPPERS et Glenn Hughues de DEEP PURPLE a, en revanche, tout d'une nouvelle excitante. Joe SATRIANI présente cet album comme un retour à un style de rock immédiat et direct, alors que selon lui, « Shockwave Supernova » se voulait plus progressif. Il est vrai que les premières écoutes de ce nouvel opus ne sont pas sans rappeler le projet CHICKENFOOT, au sein duquel Chad Smith et SATRIANI partageaient la scène aux côtés des deux ex-VAN HALEN, Sammy Hagar et Michael Anthony.

Ce qui peut en général faire défaut à Joe SATRIANI c'est le manque flagrant d'expérimentation, de prise de risque dans sa discographie et dans son jeu, comparé à Steve VAI qui, bien que cela ne fasse pas forcément l'unanimité, tâche de se renouveler constamment. C'est un fait, le guitariste est indubitablement très bon dans son art, et « What Happens Next » en est encore une preuve tant dans la forme que dans le fond ! Mais cet album s'inscrit dans un classicisme certain qui, a fortiori, ne titillera pas forcément l'auditeur par son audace. Quoi qu'il en soit, « What Happens Next » présente beaucoup de qualités nécessaires à un bon album de rock instrumental, et c'est déjà pas mal !

Le son est lourd, imposant, viril, profond et met en valeur des compositions tout aussi puissantes. SATRIANI a toujours cette capacité incroyable à aller à l'essentiel, comme en témoigne le morceau « Energy », qui évolue dans une répertoire des plus satrianesque. La formule couplet/refrain/pont fait toujours son effet sur la plupart des morceaux même si notre cœur balance naturellement vers des compositions comme « Cherry Blossoms » dont le pont constitue un passage assez éblouissant. On citera aussi spontanément « Headrush », un blues-rock coriace qui révèle quelques fulgurances de la part de Glenn Hughues et qui évoque le grand chef-d’œuvre du guitariste « Surfing With the Alien ». L'habillage musical se veut cru, dénué de superflu, et il place ainsi directement en exergue les mélodies du guitariste. A l'image de « Super Funky Badass » l'album ne se veut pas radin en riff et en soli ciselants. Techniquement, rien de nouveau. En revanche des morceaux comme « Invisible » apportent leur lot de surprises avec une fois de plus la basse de Hughues qui apporte sa touche, mais aussi la présence d'une (trop) légère touche de piano jazzy sur laquelle SATRANI vient déposer ses mélodies. Peut-être est-ce une ouverture au jazz à creuser ?

Comme souvent chez le guitariste les compositions sont variées : les morceaux les plus rock laissent toujours place à quelques ballades comme « Smooth Soul » ou à des mid-tempo plutôt bien ficelés (« Looper »). La question reste de savoir si l'on peut décemment retenir une composition et l'ériger au firmament du répertoire de Satch... et la réponse semble malheureusement négative.

Comme nous l'avons vu « What Happen's Next » n'innove pas, mis à part à au niveau de sa formation. D'ailleurs, si on peut affirmer que Hughues se distingue de temps à autre, la prestation de Chad Smith se veut tout à fait quelconque... L'ensemble se laisse néanmoins écouter avec plaisir et ce, malgré ce sentiment que cette prestation studio ne vaut pas l'expérience que l'on peut avoir sur scène ; expérience qui permet justement souvent aux batteurs et autres accompagnateurs de s'exprimer de manière plus libre. L'album s'aborde donc comme un album de rock instrumental frais, cohérent et agréable, sans déception ni sommet artistique.

A lire aussi en ROCK par TEEMO :


John ZORN
The Last Judgement (2014)
Patton, Dunn, Baron, Medeski pour un ultime opus




John ZORN
The Song Project Live At Le Poisson Rouge (2015)
Sûrement le meilleur album pour découvrir Zorn.


Marquez et partagez





 
   TEEMO

 
  N/A



- Joe Satriani (guitare)
- Glenn Hugues (basse)
- Chad Smith (batterie)


1. Energy
2. Catbot
3. Thunder High On The Montain
4. Cherry Blossoms
5. Righteous
6. Smooth Soul
7. Headrush
8. Looper
9. What Happens Next
10. Super Funky Badass
11. Invisible
12. Forever And Ever



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod