Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Xtc/dukes Of The Stratosphear

XTC - Drums And Wires (1979)
Par ARP2600 le 23 Janvier 2015          Consultée 1368 fois

Un cas épineux que celui de troisième album de XTC, Drums and Wires, un travail assis entre deux chaises, plein d'idées mais peu cohérent, assez paradoxal car on y voit le groupe simultanément gonfler la batterie et les guitares (comme l'indique le titre) mais aussi assumer bien plus franchement sa nature pop-rock anglaise. Certains le considèrent comme un chef-d’œuvre, il faut cependant garder un peu de retenue et constater quelques limites dans l'écriture musicale, surtout au niveau de la structure des chansons, ce qui laissait une marge de progression assez importante.

Premier fait important, le claviériste Barry Andrews, peu à sa place au sein du groupe et ne s'entendant que moyennement avec le leader Andy Partridge, a été remplacé par un musicien plus polyvalent, Dave Gregory, assurant aussi bien les rares claviers du disque que la place de second guitariste. Ensuite, il suffit d'annoncer le nom du producteur pour avoir une idée du son... Steve Lillywhite a produit bien des albums des années 80, avec pour signature une batterie mise en avant, un son coloré et puissant qui ne fait pourtant pas l'unanimité. C'est un peu de la poudre aux yeux, mais le fait est qu'un tel son est plus immédiatement séduisant que celui de Go 2, tout en étant beaucoup moins agressif que celui du premier album.

Un son résolument rock, donc, pour des chansons fort mélodiques. Comme nous l'avons déjà dit précédemment, ils ont montré de la pop dès leurs débuts, par exemple avec un «Statue of Liberty». Les chansons sont ici manifestement dominées par le chant, moins fou que sur les deux premiers albums mais suffisamment puissant pour ressortir par rapport aux instruments. On ne trouve d'ailleurs guère de vrais solos, ceux-ci étant courts et suivant la même ligne mélodique que le chant.

C'est le gros problème de Drums and Wires... entre ce qu'on veut et ce qu'on est capable de faire, il y a souvent une marge, qui ne peut être comblée que par du travail. On peut dire que Partridge et Colin Moulding étaient déjà de bons mélodistes, mais encore un peu trop dans le schéma punk en 79. Essayer de faire passer la durée des plages de 2 à 4 minutes était risqué, aussi curieux que cela puisse paraître... résultat ? Les chansons sont en général basées sur une mélodie accrocheuse mais courte, on n'a pas toujours d'alternance couplet/refrain, et on a tendance à tourner en rond dans la deuxième moitié, surtout sur celles de Moulding. Ceci vaut en particulier pour «Making Plans for Nigel», eh oui, leur tube si souvent encensé... suis-je le seul à trouver qu'il se tire en longueur ? Le son est beau et profond, mais on peut en avoir un peu marre passée la troisième minute. D'autre part, «Day in Day out» et «Ten Feet Tall» manquent de tonus et «This Is the Way» est agaçante... il fera mieux sur les albums suivants, heureusement.

Toute la première face est touchée par le problème, mais les titres de Partridge, plus dingues et proches de TALKING HEADS, plus rapides et répétitifs, tiennent mieux la route, en particulier «When You're Near Me I Have Difficulty», mais aussi «Helicopter» et «Roads Girdle the Globe». La seconde face est plus contrastée, «This Is the Way» et «Scissor Man» sont fort énervantes. Par contre, «Real by Reel» est un beau rock (avec un bon petit solo du coup) et «Outside World», plus nerveuse, annonce le rock alternatif. Encore plus intéressante, «Millions» est la seule du lot à vraiment montrer une structure élaborée, qui plus est avec des rythmes plus proches de l'art rock que du punk. Le final «Complicated Game», quant à lui, est un délice, mais détonne complètement dans l'album : il s'agit en effet d'une des rares chansons vraiment post-punk de XTC, dont l'ambiance sombre et lente fait penser à WIRE, dont le chef-d’œuvre 154 n'est pourtant sorti que quelques semaines plus tard (1).

Il reste à parler de l'éventuelle appartenance de ce disque au mouvement new wave... le problème étant peut-être que chaque critique à son idée sur ce genre mal défini. Pour moi, ce n'est pas assez futuriste, pas assez régulier pour en être vraiment. À l'instar des TALKING HEADS et de The POLICE, c'est un groupe périphérique du courant, ce qui n'enlève rien à leurs qualités à tous. Les paroles le confirment, point de science-fiction ici, tout au plus de la modernité. Là encore, on sent la transition du punk vers la pop, avec des paroles parfois sociales, parfois un peu dingues, sans oublier une dose de chanson d'amour. Curieusement, c'est un de leurs disques les moins engagés, tout ceci n'est pas bien compromettant. Finalement, c'est cette pochette stylisée aux couleurs crues qui nous raccroche le plus à la new wave.

Le verdict sera que Drums and Wires est le moins bon des grands albums de XTC. Il doit néanmoins être considéré comme une très bonne contribution, à laquelle on ne pourra pas enlever l'énergie, la qualité du mélange sonore et celle des mélodies en tant que telles. On sent une nette volonté de bien faire, un bon compromis entre l'accessibilité pop et l'expérimentation dont ils avaient besoin. Il restait à confirmer ces bonnes dispositions, ce qui sera fait sur l'impeccable Black Sea l'année suivante, une suite logique et meilleure en tout, où l'écriture musicale de Partridge et Moulding prendra une nouvelle dimension.

Note : 3,5/5

(1) Drums and wires est sorti deux semaines trop tôt pour appartenir à cet étonnant mois de septembre 1979... voir la chronique de The Raven des Stranglers pour quelques détails.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


SIMPLE MINDS
Sparkle In The Rain (1984)
C'est pas du U2 ?




MAGAZINE
Real Life (1978)
La fondation du post punk


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Andy Partridge (chant, guitare, synthétiseurs)
- Colin Moulding (chant, basse)
- Dave Gregory (guitares, claviers, chœurs)
- Terry Chambers (batterie, percussions, chœurs)
- Dick Cuthell (trompette sur “that is the way”)


1. Making Plans For Nigel
2. Helicopter
3. Day In Day Out
4. When You’re Near Me I Have Difficulty
5. Ten Feet Tall
6. Roads Girdle The Globe
7. Real By Reel
8. Millions
9. That Is The Way
10. Outside World
11. Scissor Man
12. Complicated Game



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod