Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Johnny Hallyday , Eddy Mitchell
- Style + Membre : Les Chats Sauvages

Dick RIVERS - The Rock Machine (1972)
Par ERWIN le 12 Novembre 2018          Consultée 290 fois

Le deuxième tome des aventures de Dick rendant hommage à ses aînés ! Si, si, n'en déplaise aux derniers de la classe, Dick a des aînés et pas n'importe lesquels. On se souvient que le premier tome de son tribute aux pionniers du Rock'n'roll en reprenait une bonne partie. Alors la formule n'est peut-être pas super gagnante, mais on ne va pas la changer pour autant. Le progressif et le Hard rock sont sans doute à l'avant-garde des modes musicales du début des seventies. Pas grave, on va tout de même leur resservir du standard Rock'n'roll. Le premier méfait avait belle allure, gageons qu'avec le jeune Alain BASHUNG aux manettes, notre Dick national va trouver une nouvelle voie vers l'excellence.

Alors, je vous la refais, quand on a choisi comme pseudo Dick RIVERS, un des avatars cinématographiques du king ELVIS, on prend une majorité de titres du roi du Rock. Et notamment la tonitruante « Party » tirée de Loving You, une belle réussite doublée d'un bel hommage au film en question. Le King reprenait aussi « Blueberry Hill » de Fats DOMINO sur la BO du film présente ici : on reconnaît le classique bien sûr, mais cette version presque countrysante en surprendra plus d'un. Les choeurs féminins me semblent un peu de trop, mais ce n'est pas désagréable.

Nous avons aussi notamment un morceau tiré du film Jailhouse Rock. Il s'agit de « Baby I Don't Care », plus rapide que l'originale, mais le smooth de Dick n'est juste pas à la hauteur de celui du King. D'un autre côté, personne ne peut le faire. L'inusable « Fever » est de la partie, dans des atours plus proches de la version jazzy de Frankie AVALON que de la très crue d'ELVIS, très honorable et originale. Mais aussi le titre avec lequel tout a commencé : « That's All Right Mama ». dans une version très moderne et un brin désordonnée à mon sens. Un peu plus de retenue pour ce morceau légendaire aurait été plus judicieux. Enfin, « One Night » ; sorti du volume II des golds records, dans un essai plus chaloupé et certainement moins furieux que celui d'Elvis, méritoire sans plus.

Nous partons ensuite un peu dans tous les sens avec de très gros classiques du genre : « Great Balls Of Fire » de Jerry Lee LEWIS, nantie de trop de cuivres et que je trouve personnellement beaucoup trop « light ». Reprendre le Killer nécessite des couilles en béton armé ! Le « Twenty Flight Rock » d'Eddie COCHRAN est assez conforme à l'originale, même s'il est là encore impossible de se l'approprier. Bon, COCHRAN était honteusement absent du premier album. Pour le moins, ce scandale est réparé. On signalera aussi le « I Got A Woman » de Ray CHARLES, dans une version très speed assez sympa. La vibrante « Slippin and Slidin » de LITTLE RICHARD est aussi de la partie. Etait-ce trop ambitieux ? Toujours est-il que la voix grave de Dick a beaucoup de difficultés avec ce titre, que seul LITTLE RICHARD parvient à négocier correctement.

Les EVERLY BROTHERS étaient aussi absents du premier tome, les voilà représentés par deux titres : le mid- slow « All I Want To Do Is Dream », supra-classique inatteignable des frangins du mid-west où Dick est seul afec au duo et les choeurs sont déplacés, pas une réussite, tout ceci mêlé à « Donna » de Ritchie VALENS dans une version slow surprenante. Nous avons aussi le « It's Been Nice » où l'accent de Dick passe moins bien qu'à l'ordinaire.

Il nous reste deux titres originaux sortis de la plume de Dick RIVERS : Alain BASHUNG et lui ont écrit « Hold On », sans aucun doute la meilleure performance de cette livraison. On y sent Dick très à son aise. Enfin, nous avons « When The Plane », où nous sortons carrément du rock pour envahir le domaine de la country, rien de bien étonnant si ce n'était le titre de l'opus. On note ici la performance du chanteur qui émule presque le King ELVIS en cette occasion, il n'en a jamais été aussi proche.

C'est en définitive sur ses propres titres que Dick est le plus performant ! On se prend à regretter que Mr RIVERS ait souhaité renouveler l'expérience des reprises après un premier tome fort réussi. D'un autre coté, le choix des titres confinait au suicide : reprendre « Great Balls Of Fire » ou « Twenty Flight Rock », ce n'est pas une sinécure. Les titres du King sont certes passables mais la conviction n'est pas toujours suffisante, bien que la version de « Fever » soit chouette. C'est un ratage sur les EVERLY. La note est de 2.5 ramenée à l'inférieure car c'est un album de reprises.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Eddie COCHRAN
Cherished Memories (1962)
Magnifique deuxième album posthume




Arielle DOMBASLE
French Kiss (2015)
Un peu de crême ou beaucoup, arielle ?


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Hold On
2. When The Plane
3. Baby I Don't Care
4. That's Al Right Mama
5. Blueberry Hill
6. Twenty Flight Rock
7. It's Been Nice
8. Fever
9. Party
10. One Night
11. Great Balls Of Fire
12. Medley : All I Have To Do Is Dream/donna
13. Slippin And Slidin
14. I Got A Woman



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod