Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Johnny Hallyday , Eddy Mitchell
- Style + Membre : Les Chats Sauvages

Dick RIVERS - Je Suis Bien (1962)
Par ERWIN le 12 Décembre 2018          Consultée 216 fois

Nous avons laissé Dick début 1962 aux prises avec les charts français au sein du groupe niçois des CHATS SAUVAGES. Le succès est venu tellement rapidement que le jeune adolescent est devenu une star du jour au lendemain, sans doute un peu trop tôt. Les tournées s'enchaînent et Dick prend rapidement conscience de son ambition, devenir un chanteur solo. Il quitte donc les frères Roboly et se lance dans une carrière qu'il espère aussi riche en billets verts que celle de son camarade Schmoll qui a lui aussi largué ses CHAUSSETTES NOIRES. L'époque est à l'espoir, et Hervé Forneri croit en sa bonne étoile.

Dick RIVERS peut donc compter en premier lieu sur sa magnifique voix pour continuer d'assumer son statut de phénomène majeur du rock français des années soixante. A mon sens, c'est sur les titres les plus doux que l'artiste va livrer ses meilleures prestations. On sera donc favorable à la douceur dispensée par l'éponyme "Je suis bien", il faut dire que la belle voix grave fait merveille sur ce genre de titres slow. La voix féminine qui double la sienne rend la chanson vraiment agréable. On retrouve à nouveau de riches harmonies sur "Lydia", slow voluptueux dans lequel la voix veloutée du sudiste fait merveille. ON se croirait presque dans une comédie romantique américaine des fifties – c'est comme à l'accoutumée, on est toujours un peu à la bourre en France.

Plusieurs reprises sont de la partie, comme il se doit en ces années. "Au cœur de la nuit" est dans la parfaite continuité des titres yéyé des années soixante, Richard ANTHONY est tout proche. Les paroles ne sont pas vilaines et les Waouh des choeurs font bien leur office. Un petit élément ricain se glisse avec un son clair de guitare bien rodé, cette reprise du "A picture Of You" de Joe BROWN est réussie. "Adresse-toi ailleurs", la reprise du "Down the line" de Jerry Lee LEWIS, me semble un peu frustre et faiblarde par rapport aux morceaux plus doowop qui l'entourent. Il est bien évidemment incomparable avec la version boogie du killer de Louisiane. On connaît la passion de Dick pour le king ELVIS. Alors, le voilà en train de reprendre "Night Rider", sans doute autant pour se faire plaisir que pour avoir du succès. Comme c'est souvent le cas avec ce type de reprise, la surprise n'est guère au rendez-vous, ça fait sourire, on se dit que l'artiste s'est donné un petit instant de bonheur en reprenant son idole, mais sans être embarrassant, le résultat n'est pas vraiment à la hauteur.

Pour le reste, il y a du sympa. Ainsi, même si le fiddle de "Baby John" ne sonnera évidemment pas très authentique - l'emploi du français ne peut sonner "grands espaces" -, mais l'ambiance bon enfant est tout à fait agréable. Harmonica et petit rythme tressautant nous ramène à une époque ou nous lisions Lucky Luke dans notre prime enfance... ou plus tard... Titre sympa. "La fille qu'on a tant aimée" me semble un hommage direct aux mélodies si originales d'Eddie COCHRAN. Les éléments sont nombreux à rappeler l'icône américaine, jusqu'aux choeurs si travaillés. "L'amour de ma vie" sonne plus moderne, plus "twist" que rock en fait. L'orchestration à base d'une guitare agressive et d'un orgue "mis en vedette" sont sympas. En revanche, le rock rapide de "Tout à changé" prête un peu à sourire tant le son et tout... "Tout à changé". C'est un peu le même constat avec "Bien trop court", même si le titre s'y prête moins.

En conclusion, pas de quoi avoir honte, nous ne sommes après tout qu'en 62 et Hervé n'a encore que dix-sept ans. La mode des yéyés en plein boum n'est pas encore proche de connaître la disette. Les modes vont bien sûr se succéder mais Dick RIVERS est déjà à la tête d'une discographie conséquente qui lui permet d'entretenir son statut, et ce premier album solo ne fait que conforter ses fans. A suivre ! Un petit 3 mais un 3 tout de même.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Ricky NELSON
Rick Is 21 (1961)
Il en parait 16...




Gene VINCENT
Crazy Times (1960)
Méconnu mais classique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. La Fille Qu'on A Tant Aimé
2. L'amour De Ma Vie
3. Tout A Changé
4. Bien Trop Court
5. Lydia
6. Au Cœur De La Nuit
7. Baby John
8. Adresse Toi Ailleurs
9. Cours Mon Cœur
10. Je Suis Bien



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod