Recherche avancée       Liste groupes



      
YéYé  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Johnny Hallyday , Eddy Mitchell
- Style + Membre : Les Chats Sauvages

Dick RIVERS - Rien Que Toi (1964)
Par ERWIN le 31 Décembre 2018          Consultée 221 fois

Bien ! Vous avez vu cette pochette ? C'est comme ça que naissent les légendes ! M'est avis qu'un certain Antoine De Caunes s'est amouraché de cette photo alors qu'il était encore tout jeunot, et que cela, en temps en lieu, à fini par donner naissance à Didier l'Embrouille, l'homme à la gueule cabossée et à l'immense banane fan numéro un de Dick, pas une tapette ! Tout y est, la banane, l'air rebelle, et ce "Dick" en gros sur la pochette ! Pour le moment, tout va bien pour le niçois, qui règne au sommet des hits en compagnie de ses camarades yéyés. Rendez-vous compte, malgré une carrière déjà longue comme le bras, Hervé n'a jamais que 19 ans ! Il est toujours temps de bien faire les choses et de poser son destin sur des rails équilibrés !

Qu'avons nous donc dans cette livraison ? Plein de slows pour débuter, c'est une véritable avalanche "Ne lui dis rien" est un mid slow assez sirupeux mais d'assez belle tenue, "Je croyais" et ses atours hispanisants sont du même tonneau. "Tu n'es plus là" nous permet d'entendre de belles roucoulades, sur un rythme à la "Fever" qui présente un Dick RIVERS capable d'embrayer sur une variété plutôt mignonnette, la voix est pour beaucoup dans la bonne tenue des chansons. Slow doowop, "Rien que toi" est dans la mouvance de ces années ou l'on créait au quotidien des remake des succès anglo saxons. C'est sans doute un peu trop "léger" mais reste agréable. "Oublie le" racole plus dans le trip twist variété, avec des cordes larmoyantes, un peu comme "Maintenant, tu veux partir", pas à retenir. Enfin, "Amour de neige" sonne très variété sixties, nous sommes loin des premiers amours de Dick. Voila qui n'est guère rock'n'roll !

Pour les aspects un peu plus couillus, voila les rencards ! J'avoue une vraie appétance pour les choeurs féminins qu'on entend sur "La fille dont je rêvais", cela me rappelle les grandes heures d'Eddie COCHRAN avec "Teresa", c'est donc très réussi, mais sans doute aussi incroyablement kitsch ! Quelle adiction ! Mais votre chroniqueur aime aussi le black metal et la tekcore mais oui ! "Oublie le" met la belle voix en avant avec une ambiance très comédie musicale américaine. "Tout le monde sait tout" s'engage sur une voie plus blues rock que réellement rock'n'roll et "Si jamais" le voit empiéter sur les plates bandes de son collègue Eddy MITCHELL. Tout ceci est country en diable... Finalement en France, nous ne comprenons pas grand chose à cette musique, mais les ricains dont nos rockeurs sont friands la vivent au quotidien, Johnny CASH n'est pas la dernière de leurs références, et pour Dick, il y aura même une forme d'identification après le décès d'Elvis en 77.

A mon sens, c'est sur sa version de "I Saw Her Standing There" des BEATLES, que Dick touche le gros lot sur ce deuxième album solo : en effet, l'orchestration de "Quand je l'ai devant moi" est superbe de bout en bout, il est rare qu'une version française me plaise autant, la guitare déchire fort bien ! Deux autres classiques dans la langue de Shakespeare sont aussi de la partie, tout d'abord encore les scarabés avec "Twist And Shout", dans une version sympathique mais qui est bien entendu inexistante face à son aîné. Il y a aussi cette version assez moderne de "WhatI'd say", ou Dick se comporte pas mal du tout, la voix tient bien, et cela crée une belle dynamique pour un essai qu'on peut qualifier de transformé, alors qu'il est toujours difficile de reprendre le genius Ray CHARLES.

Bien bien bien, voilà un album qui ne révolutionnera pas la musique pour sur. Rien de mauvais, rien de génial non plus, tout s'écoute avec contentement, quelques haussements de sourcils quand c'est trop kitsch, un sourire plus étonné lorsque la puissance de la voix de Dick retentit à bon escient. Un ensemble qui plaira à tous les ex-jeunes des années soixantes, ça ne fait pas le moindre doute ! Je retiens cette version très belle et francophone de "I saw Her Standing There", titre de gloire de cette année 64 pour Dick ! Ne sachant que mettre entre un 2.5 et légèrement plus, me voilà à tirer à pile ou face, mais la peur de Didier me saisit, je met 3 !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
Elvis' Golden Records (1958)
Le meilleur d'Elvis




Sleepy LABEEF
The Legendary Sun Classics (1980)
Le boeuf dormeur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Rien Que Toi
2. Quand Je L'ai Devant Moi
3. Ne Lui Dis Rien
4. Tout Le Monde Sait Tout
5. Si Jamais
6. Oublie Le
7. Amour De Neige
8. What I'd Say
9. Je Croyais
10. Maintenant Tu Veux Partir
11. Tu N'es Plus Là
12. La Fille Dont Je Rêvais
13. Twist And Shout



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod