Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1995 Songs From The Lions ...
2000 Immortal?
2003 Contagion
 

- Style : Pallas, Iq
- Membre : Marillion, Pendragon

ARENA - The Cry (1997)
Par BAKER le 4 Août 2018          Consultée 95 fois

En 1997, c'est un coup de tonnerre qui résonne dans le Landernau Arenesque. Keith MORE s'en va. Pièce maîtresse du groupe, il oblige Clive Nolan à revoir ses plans et changer à nouveau de line-up. Le remplaçant sera un alors tout jeune John 'Iznogoud' Mitchell, guitariste chanteur et compositeur dont le rêve secret et humide est d'être Francis DUNNERY à la place du calife. IT BITES étant très légèrement mort depuis plusieurs années, il se fera donc les dents sur cet EP qui, annoncé comme un cadeau aux fans, se montrera au final aussi curieux que destabilisant.

L'idée de départ est originale, mais non sans risques : réutiliser tous les "Crying for Help", soit les 8 interludes instrumentaux des deux premiers albums, et les remixer légèrement pour en obtenir un EP complet. Des interludes peuvent-ils se muer en vrai concept fort ? Pas de suspens : non. Le tracklisting de cet EP n'est pas convaincant, mais pour être franc, on a beau retourner tous les titres dans tous les sens, il n'y avait pas vraiment moyen de faire bien mieux. Déjà de ce côté, déception assurée. Mais on s'y attendait. Les meilleurs "segues"restent excellents et agréables à écouter ("Problem Line" et "Guidance", tous deux illustrant magnifiquement la solitude peinte sur la couverture), mais ils n'ont pas la place de rêve ni la force de leur inclusion sur les albums d'origine.

Le EP se constitue donc de trois types de plages : les originales telles quelles, les remixes ou réenregistrements, et les inédits. Nous avons vu que les originales perdaient de leur valeur, qu'en est-il des nouvelles versions ? Aucune n'est à la hauteur. "The Cry" est la partie VII, la fameuse chantée a capella, ici augmentée d'une jolie guitare 12-cordes. Jolie mais qui casse l'ambiance si particulière. "Fallen Idols" est allongée mais les sons de claviers sont bien trop cheap pour que la sauce prenne.

Gros morceau, "Only Child" est la partie IV entièrement réenregistrée pour cause de changement de chanteur : la première partie est bien moins bonne, avec des claviers ratés (cette intro au piano... on dirait votre serviteur. Pas un compliment) et un chant de Paul Wrightson trop froid, trop retenu, avec les "help me" encore plus sussurés que l'original. Les gars, si vous voulez qu'on vous aide, faut qu'on vous entende. La seconde partie est un nouveau solo de Steve Rothery : s'il n'arrive pas à se hisser au niveau de l'original, culte et intouchable, au moins Rothers se donne-t-il à fond. "Stolen Promise" est du coup le réenregistrement le plus réussi, avec des violons plus cinématographiques et une basse de John Jowitt bienvenue.

Et les inédits ? Parce qu'un achat de EP, souvent... Eh bien on va oublier immédiatement "Theme" qui... n'en est pas un. Ce n'est pas un titre non plus d'ailleurs. "Isolation" est une petite pièce pour guitare classique à la Steve HACKETT, moins classe évidemment mais jolie comme tout. Non, le vrai morceau de choix, l'unique raison pour laquelle les fans ont acheté cet EP à l'époque, c'est bien son inédit : "The Healer". Rock, mélodique et théâtral, ce petit titre ressemble beaucoup à du MARILLION période Fugazi, y compris au niveau du chant (vous pensiez que John CARSON singeait FISH ? Ecoutez moi ce "I am da Hiiiiilairrrrrr !"). Et du coup, ça manque de personnalité, mais c'est bon. C'est même très sympathique. Ca réveille, et ça donne envie de découvrir la suite : ainsi le groupe n'est pas mort, et leur nouveau guitariste semble tout à fait capable. Vite, vite, nous disions-nous à l'époque, sortez donc ce Visitor dont vous commencez à parler en interview et qui devrait tout démolir sur son passage... En attendant, ce EP prend la poussière depuis 20 ans et son intérêt historique s'est franchement émoussé.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


HAUTEVILLE
Hauteville (1998)
Un début fracassant.




MARILLION
F.e.a.r. (fuck Everyone And Run) (2016)
Un album qui frappe fort à tous les niveaux.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Paul Wrightson (chant)
- Clive Nolan (claviers, choeurs)
- Mick Pointer (batterie)
- John Jowitt (basse)
- John Mitchell (guitare)
- Steve Rothery (guitare)


1. Theme
2. The Cry
3. The Offering
4. Problem Line
5. Isolation
6. Fallen Idols
7. Guidance
8. Only Child
9. Stolen Promise
10. The Healer



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod