Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Songs From The Lions ...
2000 Immortal?
2003 Contagion
 

- Style : Pallas, Iq
- Membre : Marillion, Pendragon

ARENA - The Visitor (1998)
Par BAKER le 11 Septembre 2018          Consultée 196 fois

Lorsque The Visitor sort en 1998, ARENA passe de groupe très en vue à confirmation absolue du rock néo-progressif. Le disque est un carton. Il est repéré par les magazines de metal pour ses sonorités plus musclées que d'habitude, son concept est loué par les fans, sa défense en live est paraît-il impeccable ; bref, The Visitor est un grand moment du rock progressif des années 90.

Mais ce qu'il a pu me faire rire !

Visitor est un disque yo-yo, doté de quelques passages exceptionnels qui méritent largement leur place au panthéon du groupe en particulier, et de la musique des années 90 en général. Et de terribles moments de honte. Désireux d'aller au bout d'un concept qui, je vais être franc, ne fonctionne jamais et pédale dans le couscous, Nolan et Pointer (qui sur cet album fait preuve d'un jeu de batterie tout particulièrement déshumanisé) osent tout, et surtout ce qu'il ne faut pas.

Breaks incongrus et tentatives de grandiloquence avortées dans l'oeuf ("Double Vision" et son "I will always find you" digne de Vincent DELERM), transpose abominable pour ne pas dire choquante ("Pins and Needles"), instrumentaux jolis comme tout mais qui ne trouvent pas leur place dans le concept ("Elea" est belle mais ressemble à l'intro d'un nouvel album, "Blood Red Room" pompe allègrement "Equinoxe", "Serenity" est splendide mais je ne savais pas que David GILMOUR était signé chez M.S.I.). Et tout cela sans oublier le pire, la fausse bonne idée dont la prétention étouffe tout le reste : le final de "Hanging Tree". Voilà une chanson magnifique, extrêmement puissante, atmosphérique et bien conçue, et elle est sublimée par un solo exceptionnel qui...

...Ahhhhhhhhhhhh doub doub doub doub ! Moi, avec Ariel, mon linge est éclatant ! Même en pleine lumière ! Peugeot, pour que rouler à 80 en 5ème qui broute soit toujours un plaisir. Barbie : toi aussi, sois unique comme 460 millions de petites filles dans le monde ! Ahhhhhhh doub doub doub doub...

....qui se termine dans une vraie brillance, John Mitchell étant moins intense et classieux que Keith MORE, mais vraiment à la hauteur. Oui, il est excellentissime, ce solo qui se finit... SUR LA CHANSON THE VISITOR, une demi-heure plus tard. Vous avez bien lu : le meilleur solo de la fin des années 90 coupé EN DEUX par une série de chansons dont "4 apparitions du visiteur" aussi grotesques que pénibles. Pataudes, lourdingues, truffées de bons sentiments foireux ("Tears in the Rain", du Roch VOISINE en moins solide) ou d'ambiances synthétiques à la petite semaine ("Don't Forget to Breathe", qui me fait énormément rire ce qui n'est pas le but), c'est un festival de titres surestimés et complètement transparents, faisons une exception pour l'intro de "Blink of an Eye" qui développe une vraie urgence, une intensité metal bien que jouée sur JP-8000 (eurk).

Sinon, il faut attendre "Enemy Without" pour que cet album reprenne enfin des couleurs : un titre simple, presque pop, mais extrêmement efficace, et taillé pour le live (exercice où les fans peuvent jouer au bonneteau : le break de batterie sur le dernier refrain, ce soir Mick Pointer y arrivera-t-il ou pas ? Une soirée sur deux, tente ta chance bonhomme !). "The Visitor" - la chanson est très mignonne mais du coup ce pauvre solo se finit un peu comme un cheveu sur la soupe (un cheveu de Claudia Schiffer en 1992 : on le retire du bol, mais on le conserve) et "Running from Damascus" possède une vraie ambiance de libération et de terreur laissée derrière soi. Mais que de péripéties drolissimes avant !

On rajoutera l'arme fatale, celle qui fait que je n'ai jamais pu prendre ce disque au sérieux. Et je ne suis pas le seul. Le chanteur. Seigneur, c'est bien d'être parfois un peu grandiloquent, après tout Peter GABRIEL a quasiment à lui seul fondé le mythe du chanteur de prog lunaire, iconoclaste et théâtral. Mais se la péter ainsi, c'est au-delà des conventions. Combien de fois sur cet album avons-nous envie de l'imiter, main bien tendue en avant à la X-Or et accent anglais poussé dans ses derniers retranchements ? The Visitor a un mérite : faire réviser aux élèves anglophones la prononciation de Before, Here, Flashlight et Fire. A faire passer GOLDMAN pour SHELLER, LALANNE pour DELERM (encore ? but it's a conspiracy !).

Ampoulé, très intéressant sur certains points mais pavé de mauvaises intentions, et notamment d'orgueil bouffi, The Visitor est un album franchement, et délicieusement, bancal : le plus kitsch et navrant côtoie l'excellence, l'intro froide et calculée ("A Crack in the Ice" reste un petit classique du genre) laisse place à un disque bâtard. Pour la postérité, seules resteront donc "Enemy Without", et puis... "The Hanging Tree" moins ses trois dernières secondes, couplée au final de "The Visitor". Qui possède un gros défaut : donner l'impression, pas vraiment fausse d'ailleurs, que ce gros album conceptuel ne tourne en réalité qu'autour d'une seule et unique bonne chanson. Ah ! ma bonne dame, heureusement qu'il y a des chroniqueurs beaux, intelligents et modestes pour avoir réuni les deux chansons et en avoir fait un "Hanging Tree" ultime, histoire de rester sur une bonne impression de ce semi-gâchis ampoulé.

Note finale : 2,5/5, monté à 3 pour les bonnes tranches de fou-rire qu'il nous a apportées à l'époque.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


ASFALTO
Cronicas De Un Tiempo Raro (2017)
Du soleil plein les esgourdes !




MARILLION
F.e.a.r. (fuck Everyone And Run) (2016)
Un album qui frappe fort à tous les niveaux.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Paul Wrightson (chant)
- Clive Nolan (claviers, prog, choeurs)
- Mick Pointer (batterie)
- John Mitchell (guitare, choeurs)
- John Jowitt (basse, choeurs)


1. A Crack In The Ice
2. Pins And Needles
3. Double Vision
4. Elea
5. The Hanging Tree
6. A State Of Grace
7. Blood Red Room
8. In The Blink Of An Eye
9. (don't Forget To) Breathe
10. Serenity
11. Tears In The Rain
12. Enemy Without
13. Running From Damascus
14. The Visitor



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod