Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Free Fall

The SOUNDTRACK OF OUR LIVES - Communion (2008)
Par DERWIJES le 23 Mai 2019          Consultée 224 fois

Le doute persiste. Cette pochette a t-elle été pensée par un designer puis approuvée par le groupe où se sont-ils contentés d'en choisir une au hasard parmi une sélection libre de droits ? Quoiqu'il en soit, elle est moche.

Cela dit, nous pouvons commencer à parler de Communion, cinquième album -sixième en comptant la compilation A Present from the Past- du groupe de rock alternatif/psychédélique/revival suédois THE SOUNDTRACK OF OUR LIVES. Sorti quatre ans après leur précédent effort Origins, Vol. 1, il a derrière lui une histoire intéressante puisqu'il devait à la base s'intituler Origins, Vol. 2 et donc faire suite au premier volume. Sur quels points on ne sait pas, mais on peut imaginer qu'il devait suivre une trajectoire musicale similaire mais qu'après la sortie de la compilation sus-mentionnée le groupe s'est dit que cela ferait trop.
Quelques remaniements et ré-écritures plus tard, les voici qui proposent à la place un double-album concept portant sur le thème de l'aliénation et de la folie dans notre société moderne, le plus long de toute leur carrière avec vingt-quatre morceaux pour 1h30 de musique. Tout un programme.

Il faut être incroyablement fous ou incroyablement prétentieux pour sortir au 21ème siècle, siècle de la consommation immédiate, un double album. Mais prétentieux et fous TSOOL le sont certainement. La question restante est-donc: qu'en est-il de la musique à proprement dite ? Evidemment, quand on parle d'album concept sur la folie on pense un peu à Pete TOWNSEND, beaucoup à Ray DAVIES. Et effectivement l'influence KINKS est bien là, nichée entre les éternels PINK FLOYD et STOOGES. D'entrée “Babel On” rassure: la prod' est toujours aussi impeccable, le riff toujours aussi riffant, le chant toujours aussi cool...Bref, les suédois sont en pleine forme et nous le font savoir le long de ces six minutes. On enchaîne ensuite sur la balade “Universal Stalker” qui monte doucement mais sûrement. Là encore, du tout bon, et ça continue sur “The Ego Delusion”. On passe sur l'interlude à la noix et on profite du rythme syncopé de “Ra 88”, même si il manque un tout petit quelque à cette chanson pour qu'elle soit vraiment mémorable. A partir de là, rien ne prépare au choc à venir: “Second Life Replay” est tout simplement le meilleur morceau du groupe. Les amateurs de la série Californication la connaissent déjà peut-être, nous ne pouvons qu'envier ceux qui vont découvrir pour la première fois cette sublime ballade qui commence à la guitare acoustique et finit dans les cordes. Sa grandiloquence rappelle celle de “November Rain” mais sans solo de guitare, et cerise sur le gâteau les paroles ne sont pour une fois pas aussi connes qu'à l’accoutumée.

Après un tel choc émotionnel le petit rock “Thrill Me” vient remettre les pendules à l'heure. C'est convenu mais ça fait l'affaire pour digérer un peu, surtout que vient ensuite “Fly”, une reprise de...Nick DRAKE, entre tous ! Pas de quoi s’inquiéter néanmoins, nous avons là une reprise tout à fait honorable qui garde la beauté intimiste de l'originale tout en l'électrifiant un petit peu. “Pictures of Youth” me rappelle furieusement les KINKS mais est quand même sympathique. A partir de là les trois derniers morceaux du premier disque n'inspirent pas grand-chose et font office de remplissage, mais au vu de la première moitié du disque il n'y a pas de quoi se plaindre.

Malheureusement le second disque ne comporte aucuns moments d'élévations similaires. On écoute un morceau, puis deux, puis trois, ça se savoure gentiment, mais on sent que l'envie n'y est plus. Les idées sont là pourtant: du baroque sur “Everything Must Die”, de l'acoustique sur “Lifeline”, du pur psyché pour conclure sur “The Passover”...Mais rien à faire, la sauce ne prend pas et un ennui poli s'installe.
Puis on se rend compte que le groupe à pêché par excès. Ce n'est pas la première fois, remplir leurs albums de chansons passables est un reproche qui leur ai fait depuis leurs débuts, et bien que cela fasse parti de leur personnalité ce coup-ci la pilule ne passe pas. Dans un monde parfait ils se seraient arrêtés au premier disque et auraient sortis le deuxième indépendamment plus tard, mais à la place nous avons un double album avec un disque presque parfait et un autre qui fait bouche-trou.

Au final, Communion est t-il une déception ? Oui et non. Il déçoit en ne réussissant pas à tenir sur la longueur, mais quand il frappe, il frappe fort et laisse derrière lui une poignée de chansons formidables. Un avis partagé difficile à trancher. Je laisse la balance pencher en son milieu et lui accorde la note de 3.5/5.

A lire aussi en ROCK par DERWIJES :


The SOUNDTRACK OF OUR LIVES
A Present From The Past (2005)
Dernière cène




Marianne FAITHFULL
Before The Poison (2005)
Contre-poison.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- - Ebbott Lundberg (chant, cythare, harmonica, dulcimer)
- - Ian Person (guitare, choeurs, percussions)
- - Fredrik Sandtsen (batterie, percussions)
- - Martin Hederos (piano, mellotron, orgue, choeurs)
- - Ake Karl Kalle Gustafsson (basse, choeurs, cymbales)
- - Mattias Barjed (guitar, choeurs)


1. Babel On
2. Universal Stalker
3. The Ego Delusion
4. Pineal Gland Hotel
5. Ra 88
6. Second Life Replay
7. Thrill Me
8. Fly
9. Pictures Of Youth
10. Mensa's Marauders
11. Just A Brother
12. Distorted Child

1. Everything Beautiful Must Die
2. The Fan Who Wasn't There
3. Flipside
4. Lost Prophets In Vain
5. Songs Of The Ocean
6. Digitarian Riverbank
7. Reconnecting The Dots
8. Without Warning
9. Utopia
10. Saturation Wanderers
11. Lifeline
12. The Passover



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod