Recherche avancée       Liste groupes



      
FREE KLEZMER  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Naked City
- Style + Membre : John Zorn
 

 Masada World (60)

MASADA - Beit (1995)
Par LE BARON le 18 Mars 2020          Consultée 485 fois

Beit, deuxième album du groupe MASADA, est dans la continuité du premier, et pour cause : il a été enregistré le même jour, le 20 février 1994. Que l’on parvienne à enregistrer deux albums d’une telle intensité, d’une heure chacun, en une seule session, cela donne une idée de la frénésie qui s’est emparée de John ZORN suite à l’écriture du Masada Book. Et ce n’est pas fini ! Le Masada Book, recueil de 205 thèmes de musique Klezmer écrits par John ZORN, va en effet nourrir un nombre assez extraordinaire d’albums pendant des années, avant que son compositeur n’écrive un deuxième volume, puis un troisième, constituant finalement une somme de 614 compositions* !

Nous ne sommes donc qu’au tout début de l’histoire, et pourtant MASADA est déjà un groupe absolument fabuleux, disons-le d’emblée. Joey BARON, Greg COHEN, Dave DOUGLAS et ZORN lui-même, cela forme un regroupement d’artificiers de premier plan. Non seulement, ils sont tous virtuoses et brillants improvisateurs, mais ils sont également soucieux de former un véritable groupe, jouant sur le collectif avant tout. On devine que la confiance entre ces quatre hommes est totale pour parvenir à un tel niveau d’excellence.
Il faut dire qu’ils sont menés d’une main de maître par leur leader. Peut-être est-il nécessaire d’avoir vu MASADA en concert pour s’en rendre compte ? Car non content de jouer du saxophone, ZORN dirige l’orchestre de façon particulièrement assurée, réorchestrant les morceaux selon l’inspiration du moment, écourtant telle ou telle séquence, en rallongeant une autre, laissant se développer un solo parce que son interprète est en grande forme, ou au contraire, le laissant davantage en retrait. En fait, ZORN joue de MASADA comme il joue du saxophone, avec une virtuosité sans égal, une exigence hors-normes, et une inspiration sans cesse renouvelée. Et bien entendu, cela n’est rendu possible que par les qualités du groupe.

Beit confirme donc largement ce qu’a été Alef à sa sortie : une claque. Une fois encore, le combo alterne, selon les titres, interprétations lumineuses sur des tempi lents (« Hadasha », « Rachab », « Tirzah »), et emballements frénétiques et ahurissants de maîtrise sur des tempi rapides. Car oui, ces quatre-là sont capables de tricoter à des vitesses supersoniques (« Lachich », « Peliyot », « Achshaph »), lâchant la bride à leurs influences hard-bop et free, et ce avec un plaisir largement communicatif. Ce n’est d’ailleurs plus un groupe de musiciens, à ce stade, plutôt une bande de guerilleros rompue à l’action sur tous les terrains, et qu’aucune difficulté musicale ne semble pouvoir arrêter. L’image peut sembler trop guerrière, mais John ZORN portera longtemps un pantalon de treillis, à la scène comme à la ville, comme pour affirmer que sa musique est avant tout une musique de résistance.

Entre ambiances tout en retenue (« Piram ») et bruyantes et joyeuses festivités (« Shilhim », fanfare explosive et formidable), Beit forme donc un excellent disque et confirme que MASADA est un grand groupe. Le public ne s’y trompe d’ailleurs pas, encensant le quartet, ce qui va de fait élargir considérablement la notoriété et le public de John ZORN. Et il vrai qu’aussi exigeante que soit cette musique, elle est moins radicale que les « game pieces », plus facile à jouer en live que les « file cards », moins violente que NAKED CITY. Après tout, c’est du jazz, fut-il de tendance free ! Beit est donc, comme toute la discographie à venir de MASADA, une œuvre de grande qualité, avant tout servie par un quartet pratiquant la haute voltige avec un très grand talent, une énergie réjouissante et communicative. A écouter absolument.


* Ce qui correspondrait aux 613 commandements de la Torah +1, attribué au rabbin Emil Fackenheim, et qui inscrit en injonction supplémentaire le refus de toute victoire posthume d’Hitler.

A lire aussi en JAZZ par LE BARON :


Jimmy SCOTT
The Source (1970)
Préparez vos mouchoirs !




Henry THREADGILL
Spirit Of Nuff... Nuff (1991)
The greatest show on earth


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- John Zorn (saxophone alto)
- Dave Douglas (trompette)
- Greg Cohen (contrebasse)
- Joey Baron (batterie)


- beit
1. Piram
2. Hadasha
3. Lachish
4. Rachab
5. Peliyot
6. Achshaph
7. Sansanah
8. Ravayah
9. Sahar
10. Tirzah
11. Shilhim



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod