Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOWOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DION - Runaround Sue (1961)
Par ERWIN le 1er Juin 2020          Consultée 192 fois

Malgré une honorable 12ème place atteinte dans les charts par son premier opus en solo Alone With Dion, la suite des aventures de l'émigré italien new-yorkais se présente difficile. Il faut avouer qu'on ne comprend pas trop la cassure avec les BELMONTS quand on écoute cet opus, totalement dans la continuité de leur précédente collaboration, à des années lumière du rock dont il se réclamait. Bref, la rencontre avec le groupe vocal des DEL SATINS va changer la donne. Il n'est que trop temps si l'artiste souhaite passer le cap. L'album Runaround Sue sort donc sans attendre. Nous sommes fin 1961.

Et le miracle a lieu ! Le single "Runarund Sue" atteint la première place du billboard à une vitesse supersonique et y reste. Le plus grand fait de gloire de DION est une petite merveille de Doowop avec des choeurs permanents des DEL SATINS. On note vite que le chanteur a bien changé son fusil d'épaule et fait preuve d'une certaine agressivité dans le déroulement de la chanson, un joyau du rock'n'roll tardif !
Et si on cause des plus grands succès du doowoop, il y a ici "The Wanderer" qui présente tous les ingrédients d'un classique du genre. Voyez donc le travail accompli sur les choeurs et backings, tous d'excellente facture, et DION, qu'on sent déjà plus mature, qui ne s'en laisse pas compter. Bien sûr, ce n'est roots en aucun cas, mais voici qui n'est pas non plus de la variété. Voici un de ses plus grands succès, numéro 2 du billboard – les gamers l'ont retrouvé sur Fallout 4, hé oui !

Ce titre était au départ la face B du single "The Majestic" avec claps des mains et choeurs sophistiqués, presqu'une introduction aux square dance - plutôt en ligne pour celle-ci - issus du rock à venir, très sympa, mais qui malgré ses qualités ne fonctionnera pas. "Somebody Nobody Wants" est en revanche un exemple parfait du doowop du début des années soixante. Tout y est certes un brin sirupeux mais ne manque pas de charme, douceur et romantisme y sont au programme. D'ailleurs, avec des titres de la trempe de "Dreamlover", DION prend carrément le pouvoir au sein des teenage idols. Sa voix magnifique fait des merveilles et l'évolution évidente de sa musique ne peut que combler les auditeurs fans de doowop sucré. Une fort belle compo, qui eût plus mérité de la postérité.

C'est un autre Teenage idol, Bobby VEE, qui va faire de "Take Good Care Of My Baby" le classique qu'il est devenu, mais cette version de DION est tout aussi réussie, même si elle n'eut pas l'honneur de la postérité, dont acte : écoutez là ! Le Hit de LITTLE RICHARD "Kansas City" ne peut évidement pas s'aligner sur l'originale, mais DION Di Mucci n'est pas du tout ridicule dans cette reprise, bien servi qu'il est par son backing band. Enfin, un peu de modernité avec "Lonely World" et son orgue, instrument qui vient de prendre son essor avec Del SHANNON et son superhit "Runaway" quelques mois auparavant.

Les slows restent évidemment de la partie, impossible de les éviter, c'est même là que les teenage idol sont sensés être les plus efficaces. Les harmonies vocales de "Life Is But A dream" sont ainsi splendides. Mais "Runaway Girl" pêche sans doute par trop de sucrettes bien que très écoutable. Le Mid slow, "Little Star" manque sans doute un peu de ressort, alors que "In The Still Of The Night" penche un brin plus vers le R'n'B qui s'apprête à prendre le pouvoir autour de Detroit, très agréable et avec un chant modulé impressionnant.

Pour une réussite, c'est une réussite ! Nul n'attendait DION à pareille fête après deux albums de facture seulement moyenne et des succès plus confidentiels qu'autre chose. Cette fois, c'est le stardom mondial avec "Runaround Sue" et "The Wanderer". La vie reste toutefois difficile pour notre teenage idol qui continue de tirer le singe par la queue avec une consommation d'opiacée hors de contrôle. IL n'empêche qu'on peut considérer cet album comme son « opus major ».

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Chuck BERRY
In London (1965)
Chuck chez les rosbifs !




Dick RIVERS
Dick'n'roll (1971)
Rock'n'rivers !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Dion Di Mucci (chant)
- Teacho Wiltshire (piano)
- Buddy Lucas (saxophone)
- Mickey Baker (guitare)
- Bucky Pizzarelli (guitare)
- Milt Hinton (basse)
- Panama Francis (batterie)


1. Runaround Sue
2. Somebody Nobody Wants
3. Dreamlover
4. Life Is But A Dream
5. The Wanderer
6. Runaway Girl
7. The Majestic
8. Little Star
9. Lonely World
10. In The Still Of The Night
11. Kansas City
12. Take Good Care Of My Baby



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod