Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Gene Vincent , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Jerry Lee LEWIS - The Return Of Rock (1965)
Par ERWIN le 25 Juillet 2018          Consultée 154 fois

Bien bien bien. Vous avez vu la date ? On est en 65 ! 65 ! Et vous avez vu la trombine de Jerry Lee ? Tout droit sorti de la Delorean de Marty McFly quelques minutes auparavant. Notre homme n'a pas vu la temps passer, et les modes se sont pourtant succédées. Personne n'a prévenu l'artiste que le rock était mort et enterré depuis 62-63 ? Que seul ce brave Gene VINCENT tente de tenir la baraque ? Car la cata est passée par là ! Non non pas un accident de piano conduit trop vite ou d'alcoolisme invétéré – ça aurait pu - . Bah nope, comme chacun ne le sait pas encore, notre rock'n'roll star s'est entiché de sa cousine germaine Myra au point de l'épouser... Bon, à notre époque le mariage entres cousins… Bof bof... Mais passons. Là ou ça se corse, c'est que la petite cousine en question est vraiment toute petite... 13 ans, dans notre vieille Europe toute raide, c'est juste pas possible. Dans le sud profond des US, la ou consanguinité rime avec mariage, rien de grave... Tout au moins c'est ce que pensait Jerry Lee.

Mais LEWIS se trompe, les maisons de production, la télé et jusqu'à ses fans américains lui tournent le dos, et c'est une longue traversée du désert qui attend notre artiste. Seule l'Europe continue de le soutenir. Alors Jerry Lee sort ce " retour du rock ", comme si cela était possible. Cela dit, quand on connait la force de conviction du Killer rien d'étonnant à ce qu'il y croit. Donc Jerry Lee nous propose un album de rock'n'roll. Voila voilà.

3 des titres de cette galette sont issus des oeuvres complètes de son ex-ennemi intime le Chuck BERRY – celui là même devant lequel il incendia un piano en 58 pour cause que passer devant n'était pas envisageable... Mais pas de rancune voyez-vous ! Pas la moindre. Alors le Louisianais se fend de "Maybeline" de "Johnny Be Goode" et "Roll over Beethoven".. Pas grand chose de plus classique chez Chuck. Le résultat est fantastique ! Complètement dément. Des rocks d'une tenue sublime qui donnent aussitôt envie de danser… Mais mais mais... la mode n'est plus à la danse, le boogie et le be bop sont morts, la danse est désormais réduite à sa plus simple expression. Mais cela n'empêche pas Jerry Lee de transcender ces classiques et de les améliorer. Sa voix magnifique plane au dessus de la concurrence, la main droite – celle de dieu – fait des miracles à chaque intervention au piano, et les instrumentations plus modernes de 65 leur donnent un aspect nettement plus mordant.

Cela dit, malgré la présence de ses immenses standards, le grand fait d'armes de cette livraison est incontestablement la version ici proposée de "Corrine Corrina", qui défonce toutes les tentatives antérieures, dont celle du papounet Bill HALEY. Le traitement boogie avec un piano infernal fait de cette chanson un classique de Jerry Lee, il n'y en a plus d'autres, quelle merveille incomparable ! Nous avons aussi l'introductive "I believe in you" est un vrai boogie comme Jerry Lee seul sait les faire, car sur ce genre précis, personne ne le tient. La "Don't let go" de Roy SULLIVAN est toute aussi réussie alors que "Herman the hermit" est souple et racée.

"Baby hold me close" montre tout de même les quelques préoccupations du chanteur à coller à la musique de son temps avec cet essai qui sonne un brin comme les grandes écuries soul en 65. Jerry Lee ne peut aussi s'empêcher de nous placer un titre plus country avec "Got you on my mind", lui qui sera à jamais un adorateur du genre. La "Sexy ways" de Hank BALLARD est juste délicieuse de velouté, malgré la vélocité du piano ! Cette chanson avait été composée pour lui, c'est l'évidence ! "Flip flop fly" renaît aussi sous les coups de boutoir du killer, avec toujours cette même analyse. Enfin, seul faux pas, "You went back on your word" sonne datée, du doo wop d'il y a presque 7 ou 8 ans. C'est un poil trop à une époque ou chaque été apporte une nouvelle mode musicale.

Hélas, tout ça c'est très joli, et la zique proposée par notre Jerry Lee LEWIS déchire... C'est sur mais nous sommes en 65 et la jeunesse a changé. Elle écoute STREISAND, les SUPREMES et les BEATLES. Les pionniers du rock sont passés à la trappe. L'album va apparaître dans le billboard, mais à la très modeste 121eme place.. Pas de quoi faire un flambard ! Jerry Lee va devoir continuer de galérer à tourner comme un fou pour payer son train de vie royal. Niveau zique en revanche, on est dans le haut du panier, et pas un seul des titres ici présents n'est décevant. Ça vaudrait un 5 au niveau de l'interprétation, mais on déplore l'absence de chansons originales, je reste donc sur un 4 costaud.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
From Elvis In Memphis (1969)
Le king reprend son trone




The BEACH BOYS
Party (1965)
La grosse fiesta.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. I Believe In You
2. Maybellene
3. Flip Flop And Fly
4. Don't Let Go
5. Roll Over Beethoven
6. Herman The Hermit
7. Baby Hold Me Close
8. You Went Back On Your Word
9. Corrine Corrina
10. Sexy Ways
11. Johnny B Goode
12. Got You On My Mind



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod