Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  DVD

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Ayreon
- Membre : Pink Floyd

Roger WATERS - Us + Them (2020)
Par BRADFLOYD le 5 Novembre 2020          Consultée 807 fois

Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Le fan de PINK FLOYD que je suis ne sait plus où donner de son portefeuille, tellement il est gâté par des sorties toutes plus riches les unes que les autres, les trois membres restants du groupe nous gratifiant depuis quelques années de productions remarquables. Alors, certes, les heures glorieuses du groupe sont très loin derrière nous, mais ce qui sort ces derniers temps ne vient en aucune façon ternir la légende, bien au contraire.

Après la sortie en septembre du témoignage de la tournée de Nick MASON et de son groupe SAUCERFUL OF SECRETS dont j'ai eu l'honneur de faire la chronique il y a peu, voici Roger WATERS qui nous gratifie d'une sortie des plus attendues en cette période d'incertitude sanitaire, la restitution sonore et visuelle de sa dernière tournée "Us + Them" qui faisait suite à l'excellent album sorti en 2017, "Is This the Life We Really Want ?"

D'entrée, expurgeons ce qui fâche : tout d'abord, WATERS fait du WATERS, et il est loin de se calmer du haut de ses 77 ans (74 au moment de l'enregistrement de l'album). La politique est à tous les coins de notes et, lorsque je l'avais vu à l'U ARENA de Nanterre le 8 juin 2018, sa posture idéologique sans concession m'avait déjà quelque peu hérissé le poil. Non pas que l'intéressé ait foncièrement tort, mais quand je vais voir un concert, ce n'est pas pour qu'on m'impose une harangue politique. J'y vais pour la musique et le visuel, et même si je connais le père Roger et que je ne mets absolument pas en doute sa bonne foi, subir son manichéisme a tendance à me "les briser menues" (Merci monsieur Audiard).

Le second point de fâcherie concerne la set-list. J'ai du mal à comprendre pourquoi deux titres passent à la trappe ("Smells the Roses" et "Comfortably Numb"), sachant qu'ils étaient joués tous les soirs, le premier entre "Us & Them" et "Brain Damage" et le second en rappel final. Alors, certes, sur la version filmée, ils sont là en bonus mais individualisés et sans aucun lien avec le concert que l'on vient de voir. Par ailleurs, les deux derniers titres du CD sont des reprises de "The Last Refugee" et "Déjà Vu", lesquels font office de générique pour les DVD / BLU-RAY. Plutôt moyennasse sur CD, même si la reprise de "Déjà Vu" n'en est pas réellement une, des paroles nouvelles ayant été ajoutées à la version initiale.

Enfin, nous avons des titres qui ont fait l'objet de "re-recordings". Ceci peut expliquer, parfois, l'absence de réactions audibles du public, ce qui fait un peu tâche, surtout que ce disque se veut le témoignage de quatre soirées passées dans la capitale batave en juin 2018.

Malgré tout, cela vaut le coup de se mettre entre les esgourdes la nouvelle offrande de WATERS. Déjà, outre les quatre meilleurs titres de sa dernière production (trois sur CD), l'ex-bassiste du FLOYD nous gratifie de la quasi totalité de "D.S.O.T.M", les 2/3 de "Animals", de deux titres de W.Y.W.H et de la suite "The Happiest Days Of Our Lives" / "Another Brick In The Wall Part 2 et 3" sans oublier "Comfortably Numb", malheureusement déconnecté du concert en version CD. Il y a pire comme liste pour passer une belle soirée. Ensuite, le visuel du Blu-Ray est proprement somptueux avec des trucages vécus en direct tout bonnement incroyables. Si je vous dis "pyramide laser", vous comprendrez mon enthousiasme. Et que dire de la reproduction de la Battersea Power Station qui sert de décor et d'écran visuel ? Les U2 avaient déjà utilisé cette technique en 2015 et il est juste dommage que Roger WATERS ne s'en soit pas servi à Nanterre quelques jours avant Amsterdam. Apparemment, ce n'était pas systématique. Enfin, l'écran sur lequel défilaient les images était d'une largeur de 70 mètres, les dites images étant reproduites à l'aide de leds distants de 4 millimètres au lieu de 9, accentuant, de fait, leur rendu parfait.

Autre satisfaction, le film ne possède pas d'effets stroboscopiques, et le réalisateur Sean Evans, lequel avait déjà travaillé avec WATERS sur "The Wall" en 2015, permet au spectateur de prendre le temps d'admirer le travail des solistes et d'apprécier les effets de couleurs ainsi que les films derrière le groupe. J'ai pu, d'ailleurs, relever que certaines de ces images énumérant la plupart des leaders d'extrême droite dans le monde ont pu faire l'objet d'une possible auto-censure (une crainte, peut-être, d'attaques à caractère judiciaires dans certains pays ?), Donald TRUMP, qui fut pourtant la vedette et la tête de turc de WATERS durant cette tournée, n'apparaissant finalement que peu durant le film au regard de la réalité des concerts.

Ensuite, le groupe : celui-ci a été en grande partie renouvelé. Si l'on retrouve le fidèle Dave KILMINSTER, celui-ci partage les soli de guitare avec le nouveau venu de la bande, Jonathan WILSON qui, de loin, me faisait largement penser au Dave GILMOUR de la campagne GINI de 1974. On y retrouve aussi Jon CARIN qui a cette particularité d'avoir autant joué avec GILMOUR qu'avec WATERS, maîtrisant parfaitement les parties de Richard WRIGHT et jouant parfois de la guitare acoustique. Si tous les musiciens assurent vraiment, rendant une nouvelle jeunesse à des morceaux pourtant emblématiques du répertoire des FLOYD, petite mention au duo féminin Jess Wolfe et Holly Laessig, du groupe LUCIUS, SAUF sur "The Great Gig In The Sky", les deux choristes n'arrivant pas à la cheville de Clare TORRY, n'en déplaise à Roger WATERS qui ne fait que vanter leur prestation (de toute façon, aucun concert n'a pu restituer l'intensité dramatique de ce morceau qui, rappelons-le, était totalement improvisé en une prise pour la partie vocale, hormis lorsque sa créatrice a pu le chanter en public lors du concert de Knebworth en 1990). Petit bémol sur la prestation vocale de Jonathan WILSON, un artiste folk/blues excellent, mais qui m'apparaît bien faible ici. Je le préfère très largement dans ses œuvres en solo (écoutez son album "Fanfare" ou le concert qu'il a produit en 1994 au Bonnaroo et vous m'en direz des nouvelles). Or, c'est quand même lui qui assure toutes les parties vocales de GILMOUR, mais sa voix est trop douce et haut perchée pour être idéale sur ce type de morceaux.

Et WATERS, me direz-vous ? Egal à lui-même, vociférant, acteur par moments, chanteur à d'autres, partageant la basse avec Gus Seyffert, un excellent bassiste de jazz, allant même jusqu'à effectuer un solo de guitare sur la partie finale de "Picture That". WATERS n'a jamais été un grand chanteur, laissant souvent le lead à GILMOUR associé à WRIGHT, et là on sent clairement le poids des ans se faire sentir. Mais c'est toujours bon de l'entendre et d'entendre sa rage. En tout état de cause, cette dernière livraison est de très grande facture et je vous invite à vous y pencher et à apprécier à sa juste valeur un grand disque de Prog Rock, même si je préfère la version filmée à la version CD. Ne serait-ce que le produit en tant que tel, je lui aurais mis la note maximale. Cependant, en raison des réticences exprimées au début de la chronique, je réduis la note d'un point en ne lui mettant "que" 4/5, ce qui, somme toute, n'est quand même pas mal, sachant qu'il m'est difficile de mettre moins au regard de la qualité de la prestation et, pour la partie Blu-ray / DVD, d'un visuel véritablement enthousiasmant.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BRADFLOYD :


Steven WILSON
Personal Shopper (2020)
Quand le 21ème siècle se nomme steven wilson




PENDRAGON
Love Over Fear (2020)
Un album à écouter de toute urgence


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- Roger Waters (chant, guitares, basse)
- Dave Kilminster (guitares)
- John Carin (claviers, guitare)
- Gus Seyffert (guitares, basse)
- Jonathan Wilson (guitares, chant)
- Joey Waronker (batterie)
- Bo Koster (claviers)
- Ian Ritchie (saxophone)
- Jess Wolfe Et Holly Laessig (chœurs)


1. Intro
2. Speak To Me
3. Breathe
4. One Of These Days
5. Time
6. Breathe (reprise)
7. The Great Gig In The Sky
8. Welcome To The Machine
9. Déjà Vu
10. The Last Refugee
11. Picture That
12. Wish You Were Here
13. The Happiest Days Of Our Lives
14. Another Brick In The Wall Part 2
15. Another Brick In The Wall Part 3
16. Dogs
17. Pigs (three Different Ones)
18. Money
19. Us & Them
20. Brain Damage
21. Eclipse
22. The Last Refugee (reprise)
23. Déjà Vu (reprise)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod