Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1971 Nazareth
1972 Exercises
1973 Razamanaz
  Loud'n'proud
1974 Rampant
1975 Hair Of The Dog
1976 Close Enough For Rock...
  Play'n'the Game
1977 Expect No Mercy
1979 No Mean City
1980 Malice In Wonderland
1981 The Fool Circle
1982 2xs
1983 Sound Elixir
1984 The Catch
1986 Cinema
1989 Snakes'n'ladders
2011 Big Dogz
2014 Rock'n'roll Telephone

NAZARETH - Rampant (1974)
Par ERWIN le 17 Novembre 2021          Consultée 223 fois

Ce Rampant, cinquième album des écossais de Nazareth, est le troisième et dernier produit par Roger Glover, l’homme qui leur a ouvert les portes de la notoriété en produisant un son lourd et brut, désormais la marque de fabrique d’un groupe qui ne craint pas de s’aligner en live face aux plus grands, et qui est maintenant un des majeurs du courant Hard. Peu à peu, il a fait son chemin en triant dans ses influences et on lui reconnaît une patte bluesy, quasi southern, déjà évidente, et quelques propensions psychédéliques toujours vivaces qui lui donnent une identité parfois très métallisée, comme sur l’extraordinaire "The Ballad Of Hollis Brown" du précédent opus Loud’n’Proud. Les éléments folk ou atmosphériques ont été expurgés sous la patte du maître à penser du pourpre profond, et les résultats ne se sont pas fait attendre au niveau des ventes, et NAZARETH vit fort bien de sa musique. Et quelle pochette à nouveau !

Et vous allez voir que cette fois, l’ensemble sonne souvent rock’n’roll, parfois plus southern, parfois juste bluesy, mais il y a comme une vibe permanente de bonne humeur qui n’était pas forcément à l’ordre du jour précédemment. "Silver Dollar Forger(Parts 1&2)", qui introduit l’album, est un hard‘n’roll à la basse vrombissante – on pense parfois à Geddy Lee mais oui ! -, joli bridge et gratte bien présente. Sans passer dans la division supérieure, Manny Charlton fait toujours preuve de concision et d’efficacité. On retrouve pas mal d’éléments psychédéliques voire pyrotechniques. On continue avec le tressautant "Glad When You’re Gone", le chant de Dan est très pop, avec un refrain carrément rockabilly. L’ensemble, un peu surprenant, ne manque pas pour autant de piment. L’hommage aux ROLLING STONES est glissé sur le rock’n’roll de "Shanghai’d in Shanghai" où, pendant quelques secondes, le riff est calquée sur "Satisfaction". La slide s'y révèle de haute volée, dans une ambiance évoquant finalement pas mal des futurs exploits des BLACKFOOT et des choeurs à la LYNYRD, une veine donc clairement sudiste.

Un riff on ne peut plus direct «ouvre "Jet Lag", le blues est à l’honneur, avec une franche tranche de déconnade, on ne se prend pas au sérieux dans le coin. Dans le même genre, AC/DC fera toutefois beaucoup mieux dans les années à venir, la guitare restant assez modeste, en rythmique comme en solo. Le blues lent, presque crépusculaire, de "Loved And Lost" rappelle les ambiances du dirigeable plombé dans le même genre. Une guitare acoustique ouvre "Sunshine" qui oscille entre vélléités pop et vibe southern. On y sent l’influence de LYNYRD SKYNYRD. Il manque hélas un peu l’emballement final comme c’est le cas dans les classiques du genre.

On retrouve les aspects psychédéliques sur la basse fuzzy de "Light My Way" et, cette fois, c’est l’image du BLACK SABBATH de l'époque Sabbath Bloody Sabbath qui s’impose. Seule reprise au tableau, les YARDBIDS avec la classique 'Shapes Of Things' dans une version très allumée, qui nécessita sans doute une bonne quantité de substances illicites pour ainsi venir au monde. Le titre se poursuit avec la digression très percussive de "Space Safari" qui porte fort bien son nom puisque les portions instrumentales nous renvoient d'emblée à HAWKWIND ou UFO époque Flyin. Et donc… Beaucoup beaucoup de beuh… Presque la chambre de mon fils, faudra que je lui propose l’écoute de NAZARETH, tiens !

Et devinez qui est venu prêter main-forte sur deux titres: le king himself des claviers, l’empereur sans rival du Hammond, le seul et unique Jon Lord, collègue de Roger. Tout ceci s’écoute fort bien et avec pas mal de plaisir. Le rock’n’roll est toujours à consommer sans modération. Certes, certes, mais il nous manque aussi probablement des titres supérieurs, ceux qu’on aime à appeler classiques. Dans ce cadre précis, si essentiel pour ce qui nous tient à coeur, l’album est vide. Tout est sympa mais rien n’est essentiel. Je ne peux donc monter la note à plus de trois. On déplore le manque de prises de risque de cet opus, alors que le groupe nous avait habitué à une certaine dose de surprise.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


Calvin RUSSELL
Contrabendo (2011)
Live but dead




The OUTLAWS
The Outlaws (1975)
Première chevauchée des renégats


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Dan Mcafferty (chanteur)
- Manny Charlton (guitare)
- Steve Agnew (basse)
- Darel Sweet (batterie)


1. Silver Dollar Forger(parts 1 & 2)
2. Glad When You’re Gone
3. Loved And Lost
4. Shanghai’d In Shanghai
5. Jet Lag
6. Light My Way
7. Sunshine
8. Shapes Of Things/space Safari



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod