Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1971 Nazareth
1972 Exercises
1973 Razamanaz
  Loud'n'proud
1974 Rampant
1975 Hair Of The Dog
1976 Close Enough For Rock...
  Play'n'the Game
1977 Expect No Mercy
1979 No Mean City
1980 Malice In Wonderland
1981 The Fool Circle
1982 2xs
1983 Sound Elixir
1984 The Catch
1986 Cinema
1989 Snakes'n'ladders
2011 Big Dogz
2014 Rock'n'roll Telephone

NAZARETH - Play'n' The Game (1976)
Par ERWIN le 25 Novembre 2021          Consultée 234 fois

NAZARETH a déjà sorti trois classiques dans sa pourtant courte discographie. Le groupe qui reste certes en seconde division n'atteint pas au statut de titan de la musique, mais la diversité dont il fait preuve a su générer une fidélité de sa fan base, chaque opus du groupe désormais attendu comme une des importantes livraisons de l'année. Le groupe est en tout cas d'un équilibre étonnant, pas le moindre changement de line-up depuis les débuts, c'est rare ! Ils auraient pu d'ailleursun peu plus faire passer la joie de vivre sur la photo très naze ornant la pochette, un zéro pointé là-dessus franchement ! Il s'agit déjà de leur huitième contribution studio.

Avec son petit côté américain dans le titre d'ouverture, "Somebody To Roll" mixe le riff entêtant à une ambiance presque AOR avec une batterie métronomique. Très chouette pour headbanguer. On repart sur les terres du blues rock avec "I Want To", dans une veine qui sera développée dans les années à venir par AC/DC ou les collègues européens de KROKUS. Un titre honnête, d'une simplicité béate, qui remplit le contrat. "Good Love" est comme issu d'un croisement entre les futurs ROSE TATOO et COLD CHISEL, preuve que les Ecossais n'ont finalement pas tous émigré en Oz Land et que leurs roots sont bien toutes les mêmes ! Petit hard-rock au tempo rapide, "Born To Love" s'oublie cependant assez vite.

Nous ne sommes qu'en 76 et, pourtant, le son et l'ambiance générale du titre suivant font vraiment penser aux eighties. Une évidente volonté mainstream se dégage ici et là. Serait-ce pour percer sur le marché américain ? C'est fort probable et "Down Home Girl", cover de Alvin ROBINSON, se pose fort bien à nouveau dans le style. On note que le grand Jerry Leiber a écrit le texte, lui qui en fit tant pour le king Elvis. Quelques arpèges mainstream, une ambiance sentimentalisée à l'envie. On attaque les billboards avec une forte envie de faire du chiffre, messieurs ? "I Don’t Want To Go On Without You" est d'une mollesse rare, sans pour autant déchaîner la moindre pulsion romantique. Horrible !

Et, comme toujours, des thèmes pop apparaissent après des débuts tonitruants. Il en va ainsi de "Flying", une mid-ballade un brin psychédélique mais surtout très pop, qui manque franchement de fond. On assume qu'on aime la musique ricaine alors on reprend les maîtres du genre "Wild Honey". Mais Dan qui hurle sur un morceau des BEACH BOYS, je ne saurais dire si l'idée est judicieuse, la voix du maître à penser Brian Jones étant d'une pure beauté diaphane. Les choeurs sont bien là en revanche, mais au final cette reprise est bien inutile. Puis "LA Girls" est carrément rock'n'roll, comme souvent, bien difficile d'assumer une quelconque identité avec de telles références, même le son de Manny cherche ici à émuler un Link WRAY plus qu'un Jimmy Page.

On n'en est pas à une surprise près avec ses soiffards d'Ecossais alors, quand retentissent les étranges accords distordus de "Waiting For The Man", on se demande franchement à quelle sauce on est en train d'être mangé. Cette rythmique rocksteady, ses digressions presque new-wave avant l'heure. Mais qu'est-ce donc que cet ovni, messieurs- dames ? Il faut probablement laisser une chance à ce titre, mais à part le côté psychiatrique très assumé, j'avoue un brin d'embarras.

Ce disque presque honnête manque cruellement de la présence d'un instant magique. Seule l'introductive "Somebody To Roll" donne quelques petits frissons, vite oubliés cependant, alors que le reste oscille entre moyen et médiocre. Trop de titres ratés ou à côté de la plaque et tout ceci sans vraiment démériter, il y a toujours une part de risque dans les disques de NAZARETH. Hélas, c'est donc un step back et le groupe marque clairement le pas en cette année 76. Un deux pointé vraiment pas recommandable.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


David BOWIE
Blackstar (2015)
L'étoile noire




Axel BAUER
Peaux De Serpent (2013)
Retour du matelot


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Dan Mccafferty (chant)
- Manny Charlton (guitare)
- Pete Agnew (basse)
- Darell Sweet (batterie)


1. Somebody To Roll
2. Down Home Girl
3. Flying
4. Waiting For The Man
5. Born To Love
6. I Want To
7. I Don’t Want To Go On Without You
8. Wild Honey
9. La Girls
10. Good Love



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod