Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harry Nilsson , Oasis, Paul Mccartney , Sean Lennon , Jellyfish, The Lickerish Quartet

The LEMON TWIGS - Everything Harmony (2023)
Par LONG JOHN SILVER le 21 Octobre 2023          Consultée 892 fois

Les frères D’Addario seraient-ils devenus sages ? Notamment Michael, connu pour être un insaisissable trublion quand Brian nous avait déjà habitué à confectionner d’ineffables mélodies posées sur des trames parfois, et même plus souvent qu’on ne le penserait, alambiquées. Les deux bros savent jouer dans tous les sens du terme et le font mieux que bien sans pour autant sembler prétentieux d’autant qu’ils sonnent très brut en live. Pourtant leur musique, malgré l’inscription pop apposée sur le fronton de leur institution, est loin d’être immédiatement accessible. Elle se mérite, nécessite d’enchainer les écoutes. Certains parmi leurs suiveurs les plus assidus n’hésitent même pas à évoquer le genre 'Prog' s’agissant de quelques morceaux de leur répertoire ! Et ce n’est pas tant que ça infondé. Mais revenons à nos compères et néanmoins confrères qui n’ont livré jusqu’ici que des albums dignes d’être mentionnés. En bien voire en très bien. Dès Do Hollywood nos deux post ados avaient délivré toute leur démesure en dévoilant ce qui avec le recul demeure un sacré petit –mais costaud- chef d’œuvre.Everything Harmony dévoile une pochette sobre qui cadre les frangins sur le palier d’un escalier de secours à l’arrière d’un immeuble supposément new-yorkais, on pense à un décor de West Side Story vu que les deux kiffent les 'musicals', avec un fronton ajouté post-cliché sur lequel s'affiche le titre de l’album. Les notes de pochettes nous apprennent que le skeud est fini depuis plus d’un an au moment où il sort et que les deux gus ont déclaré, lors des interviews de promo, posséder dans les cartons largement de quoi remplir son suivant. La raison de ce décalage ? On pourrait évoquer un changement de label ou encore une politique marketing qui tente –contrairement à ce qui prévalait courant 60’s, 70’s et même début 80’s- de ne pas saturer l’auditoire de nouvelles sorties en respectant un délai d’attente 'raisonnablement soutenable' entre deux opus. Pourtant, si on en croit Brian, l’explication viendrait surtout du côté des usines de production de vinyles qui proposent des délais de fabrication de plus en plus longs vu leurs carnets de commandes aux allures de volumes encyclopédiques.

Ce nouvel opus qui sort trois années après un Songs For The General Public très bien accueilli par la critique nous emmène dès son entame dans une direction bien plus posée que celles prises par ses prédécesseurs, moins folle, moins rock, plus folk et toujours très pop. La mélancolie prévaut et l’humour se fait plus discret bien que toujours présent. Pouvons nous parler dès lors de (énormes guillemets) 'maturité' ? La fameuse, la seule, la tant attendue autant que redoutable (re-énormes guillemets + majuscules qui en jettent sur fond de roulements de tambour) 'MATURITé' ??? Vas répondre à cette foutue question et je te paye ton pop-corn. Parce qu’au fond on s’en tape, surtout que les apparats sont trompeurs. La mélancolie a toujours fait partie du game chez nos frangins tout comme les bifurcations stylistiques. Exemple : le penchant psyché du combo est principalement resté confiné à son premier album ainsi qu’au E.P Brothers Of Destruction qui en était le prolongement. L’album Everything Harmony s’inscrit dans l’œuvre des LEMON TWIGS comme une pierre nouvelle à son édifice. Et il est excellent. On pourrait évaluer son contenu en le divisant en trois sous-ensembles : les chansons qui te choppent d’emblée tellement elles paraissent évidentes (ce qui est –vu leur nombre- une petite nouveauté), les chansons moins évidentes mais dont la fascination qu’elles provoquent ne tardent pas à devenir mémorables et les autres qui meublent agréablement les espaces mais qui n’en demeurent pas moins finement ciselées.

Dans le premier lot, celui des 'killer songs' immédiates donc, figurent les deux passages les plus entrainants de l’opus soit "In My Head" de Brian, qui possède un pont absolument irrésistible, et davantage encore "Ghost Run Free" aux accents BYRDSiens, portée par une guitare douze cordes et dont l’immédiateté n’a d’égale que sa limpidité, et là on obtient déjà deux masterclasses. Oui, mais il y a itou "Corner Of My Eye", paisible ballade bucolique à la légèreté confondante . Il y a aussi (et surtout ?) "Everyday Is The Worst Day Of My Life" qui s’ouvre sur de magnifiques arpèges joués en finger picking et dont les paroles consistent à répéter son titre en boucle. C’est à la fois très drôle et chargé en anxiété, cette chanson faisant directement allusion au spleen ressenti par Michael durant le confinement de 2020. Rien que ces quatre titres justifieraient à eux seuls l’écoute du disque. Pour autant ce serait stupide d’oublier "When Winter Comes Around" ou "New To Me", deux chansons folk pastorales signées Brian, sises aux antipodes de l’objet, elles s’inscrivent dans la continuité du travail du musicien qui avait déjà délivré des titres de ce style auparavant, avec le même succès. Ajoutons à cette liste le morceau titre, "Everything Harmony", qui aurait pu (dû ?) clore l’album de façon magistrale tant cet extrait en forme de valse troublante parvient à emporter l’adhésion au fil des écoutes au point de faire jeu égal avec ceux cités dans le premier lot ci-dessus. Et puis je ne résiste pas non plus à l’envie de citer parmi ce deuxième lot "I Don’t Belong To Me", un passage qui semblerait quasiment quelconque de prime abord alors qu’il se laisse découvrir au fil des écoutes avec un plaisir accru peut être aussi parce qu’au fond voilà une chanson qui n’aurait pas dépareillé un album de… Alan PARSON’s Project !
Et là vous me direz : oui mais le reste est vraiment moins bien. Et bien non. C’est pas aussi merveilleux que tout ce que j’ai cité précédemment (quoique) mais cela reste de fort bonne volée. C’est même dans ce prétendu 'reste' que l’on se raccroche peu ou prou avec ce qu’on connaissait déjà du groupe, notamment celui du premier album. "Any Time Of Day" possède de délicieux accents soul 70’s, "What You Were Doing" s’en va plutôt du côté des BEATLES en 1966, "What Happens To A Heart" est la passade qui fait ouvertement référence à Do Hollywood avec ses pêches pompières et ses claviers kitsch qui émulent le mellotron, "Still Is Not Enough " part en voyage chez SIMON & GARFUNKEL, enfin "Born To Be Lonely" nous renvoie aux comédies musicales chères au cœur (et au parcours) de nos duettistes.

Avec Everything Harmony les LEMON TWIGS prouvent que la qualité de leur production ne s’érode pas avec les années même s’ils sortent ici leur œuvre la plus sage en apparence. Car si on gratte bien, notamment leurs textes, on s’aperçoit progressivement que si leur grain de folie s’est sans doute poli c’est pour mieux tailler leur talent –alors- brut et proposer une gemme comme on aimerait en découvrir davantage. Ajoutons à cela une prod’ très soignée où les guitares carillonnent à qui mieux-mieux, où les voix s’emmêlent, se fondent sur de délicieuses harmonies sur fond d'arrangements inspirés. Alors que le monde va mal, les frères vont de mieux en mieux sur le plan artistique, parviennent à nous faire vivre de belles émotions déconnectées des vilaines vibrations qui nous entourent et devraient déjà –dans un monde en bonne santé en tout cas- être des étoiles reconnues par le plus grand nombre. Ce qui est loin d’être le cas. On s’en fout, savoir qu’ils existent est déjà en soi une 'Small Victory'*.

*"Small Victories" est le titre d'une chanson de Go To School, le 2e album des LEMON TWIGS

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


The LEMON TWIGS
Foolin' Around/tailor Made (2018)
Cousu main




Paul MCCARTNEY
Mccartney I I I (2020)
From lockdown to rockdown


Marquez et partagez







 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Brian D'addarion (chant, basse, guitare, batterie, claviers)
- Michael D'addario (chant, basse, guitare, batterie, claviers)
- Andres Valbuena (batterie titres 3,6,8,9)
- Daryl Johns (basse titres 3,6,8,9)
- Kevin Basco (guitare titre 8)
- Cameron Carella (euphonium titre 10)
- Alicia Mastromonaco (cor français titres 6,8,10)
- Otis Harriel (violon)
- Yuri Kye (violon)
- Rachyl Martinez (viole)
- Doug Machiz (violoncelle)


1. When Winter Comes Around
2. In My Head
3. Corner Of My Eye
4. Any Time Of Day
5. What You Were Doing
6. I Don't Belong To Me
7. Everyday Is The Worst Day Of My Life
8. What Happens To A Heart
9. Still It's Not Enough
10. Born To Be Lonely
11. Ghost Run Free
12. Everything Harmony
13. New To Me



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod