Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Fotheringay, Oysterband
- Style + Membre : Fairport Convention, Steeleye Span, Richard Thompson

The ALBION BAND - Battle Of The Field (1976)
Par MARCO STIVELL le 18 Mars 2024          Consultée 245 fois

Si Battle of the Field, second album de l'ALBION BAND (et dernier étiqueté ALBION COUNTRY BAND), paraît en 1976, il a en fait été enregistré trois ans plus tôt, juste tant que le fer forgé dans le sillage de No Roses (1971), le premier album, était encore chaud. Les fans d'alors ont dû carrément réclamer cette sortie, sinon l'histoire du groupe n'aurait pu continuer sans doute.

Ceci dit, c'était déjà le cas en 1973, et l'année suivante, Ashley Hutchings formait encore un nouveau groupe avec son épouse Shirley COLLINS, appelé ETCHINGHAM STEAM BAND, d'après le village du Sussex où ils vivaient alors. Formule acoustique, s'adaptant au Three-Day Week imposé en Angleterre, avec beaucoup de services amputés d'électricité pendant quatre jours par semaine. L'expérience dure un à deux ans, jusqu'à ce que la tentation de relancer l'ALBION BAND devienne trop forte.

Pourtant, malgré la proximité temporelle, personne ou presque dans Battle of the Field n'est conservé depuis le premier album, à l'exception du vieil ami de Hutchings, ce cher Simon Nicol aux guitares et chant. John Kirkpatrick, aux accordéon/concertina etc, avait effectué une session ou deux sur No Roses, et comme il semble falloir toujours un couple, sa femme Sue Harris intègre l'ALBION BAND le temps de cette formation éphémère. De même, et de façon plus surprenante, Martin CARTHY, folkeux immense qu'on a vu (et reverra) dans STEELEYE SPAN ! Le batteur Roger Swallow se charge de compléter le tout.

Pour cet album sorti tardivement, produit par John Wood (FAIRPORT CONVENTION, mais aussi Nick DRAKE, Cat STEVENS, INCREDIBLE STRING BAND), la plupart des morceaux viennent de traditionnels et sont arrangés par l'ensemble du groupe. Seules exceptions notables : "The New St. George" est une composition de Richard THOMPSON (parue en 1972 sur son premier album solo Henry the Human Fly, éreinté par les critiques hélas), tout comme "Albion Sunrise" qui, elle, est restée à l'état de démo. Petite merveille d'ailleurs, sur de grands accords de guitare solaires, mélangeant valse militaire folk et polyphonies mixtes, imitation de cuivres incluse.

Le chant principal est partagé entre CARTHY, Nicol et Kirkpatrick, avec Sue Harris en renfort occasionnel. Fantastique Harris dont le hautbois aux couleurs orientales demeure l'instrument soliste premier avec l'accordéon ou la concertina. L'ALBION BAND continue donc de mettre les vents à l'honneur, même si de manière beaucoup moins diversifiée que sur No Roses (il y a juste les sacqueboutes de "Gallant Poacher"), et il y a de quoi donner une identité particulière à cet album, bien qu'il ne soit pas forcément parmi les meilleurs du groupe.

On note aussi une part un peu plus rock progressive, sur les sets en particuliers, comme "Cheshire Rounds" et le "Morris Medley", long de sept minutes et à dominante instrumentale, entre reels, ballades et même reggae, avec des ruptures savantes et même le synthétiseur rudimentaire mais tenté honorablement par Simon Nicol. Ces expériences font la richesse de l'album, tout comme l'incartade espagnole ("La Rotta"), un air dansant bien connu des anglo-celtes, ou alors "I Was a Young Man" très STEELEYE SPAN, ouvert par le hammered dulcimer de Harris.

En outre, les trois premiers titres, par leurs enchaînements mélodiques de fin et d'intro suivante, rajoutent à la fluidité d'ensemble. Les derniers instants de l'album font un peu baisser sa qualité, mais la cohésion aussi bien vocale qu'instrumentale continue de régaler, pour des amateurs de revival folk anglais. Et puis il y a des moments épiques, hypnotiques à l'image de "Hanged I Shall Be" et "I Was a Young Man", pour planer tout en s'enrichissant comme il se doit du terroir britannique par des esprits affûtés.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


FAIRPORT CONVENTION
Babbacombe Lee (1971)
Le premier opéra folk-rock de l'histoire !




GRYPHON
Midnight Mushrumps (1974)
Wonderful, isn't it?


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Ashley Hutchings (basse, choeurs)
- Roger Swallow (batterie, percussions)
- Martin Carthy (chant, guitare acoustique)
- Sue Harris (hautbois, hammered dulcimer, chant)
- John Kirkpatrick (chant, concertina, mélodéon, piano élect)
- Simon Nicol (chant, guitares, synthétiseurs, dulcimer élec)
- Dave Mattacks (percussions)
- Martin Nicholls, John Iveson (sacqueboutes)
- Colin Sheen, Paul Beer (sacqueboutes)


1. Albion Sunrise
2. Morris Medley- Mouresque/london Pride
3. I Was A Young Man
4. The New St. George/la Rotta
5. Gallant Poacher
6. Cheshire Rounds/the Old Lancashire Hornpipe
7. Hanged I Shall Be
8. Reaphook And Sickle
9. Battle Of The Somme



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod