Recherche avancée       Liste groupes



      
CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Mahones , Dropkick Murphys, Flogging Molly, Celkilt
- Membre : Too Kah
 

 Myspace (387)
 Site Officiel (427)

BOOZE BROTHERS - Elevator (2006)
Par GEGERS le 4 Décembre 2009          Consultée 2401 fois

Ah... ce que j'aurais aimé avoir un père irlandais et une mère originaire d'Agen. Je me serais damné pour avoir pu m'amuser dans ma jeunesse à maltraiter quelques standards irlandais avec des potes amateurs de houblon dans les pubs du sud de la France. Qu'est-ce que j'aurais donné pour avoir une voix forte et puissante, magnifique ! J'aurais vendu ma sœur contre un don de composition. Que n'aurais-je point accompli pour être doté d'une verve flamboyante (nulle contrepèterie ici). Mais Dame Nature est injuste, et c'est à Bertrand YATES « BIG BEURSKY », talentueux leader des BOOZE BROTHERS, qu'elle a accordé toutes ses grâces... Pour notre plus grand bonheur !

Groupe issu de la fusion de deux cultures (basque et celtique), les BOOZE BROTHERS voient le jour en 1998. Après une première démo autoproduite et un premier album passé inaperçu, le groupe sort en 2002 son premier véritable opus et un pavé dans la mare avec Elevator. Car si de nombreux groupes s'étaient déjà évertués à dépoussiérer quelque peu la musique celtique dans l'Hexagone, peu ont réussi à le faire avec autant de talent et de conviction que les cinq Franco-irlandais qui, avec leur Irish-Trad-Folk-Punk, donnent un véritable bain de jouvence au rock celtique ! Composé à parts égales de titres enregistrés en studio et de pistes live, Elevator, bourré jusqu'à la gueule, montre un groupe soudé et motivé, prêt à en découdre (la situation a malheureusement bien changé depuis...).

Débutant avec la reprise rock d'un traditionnel irlandais se moquant de l'armée britannique, les BOOZE décident avec « US Army » de croquer un George W. Bush en disgrâce. Car si le ton est festif, le propos n'en est pas moins mordant. Brocardant régulièrement en concert des dirigeants totalement incompétents en matière de sauvegarde de la culture, les BOOZE décident en effet de clore le livret de l'album par la citation latine « Caveant consules » (« Que les consuls prennent garde »). Le politiquement correct, les BOOZE n'en ont cure en dédiant le morceau « I Want Sex » (véritable petit brûlot imparable aux paroles explicites) aux prudes prêtres.

En décidant d'alterner titres live et studio, les BOOZE décident également d'offrir à leurs auditeurs deux facettes de leur personnalité : virtuosité musicale et mélodies plus intimistes d'un côté, le groupe n'hésitant pas à proposer quelques instrumentaux (traditionnels ou non) faisant la part belle au violon du talentueux Loic FANNING (« Bos d'Apous », « Father Jack's Set » – sur lequel la flûte de BIG BEURSKY et le bodhràn de Laure NUZZI sont également à leur avantage –, ou encore « Finnish Set ») et plusieurs ballades bien senties portées par la voix sensible et puissante de BIG BEURSKY. Ces ballades à contre-courant de l'image véhiculée par le groupe sont néanmoins les morceaux les plus réussis de l'album ! « Elevator », démarrant comme une ballade guitare/voix traditionnelle, se transforme rapidement en un titre épique et puissant qui fait de ce morceau sans doute la plus belle réussite de cet opus. « Stop Me », basée sur une structure identique, fait une nouvelle fois la part belle au violon alors que « I'm Sorry », ballade en arpège toute en retenue, s'impose comme une véritable perle de composition !

L'autre facette des BOOZE BROTHERS est bien entendu cette sauvagerie débridée, cette énergie communicatrice que le groupe développe en live. Retransmise parfaitement grâce à des titres tels que le traditionnel « Wild Rover » revu et corrigé (et permettant à un David DUTECH à la voix « beat box » de s'exprimer amplement), la ballade « Fields of Athenry » présentée par BIG BEURSKY comme « une très belle chanson que l'on chante dans les stades lorsque l'on marque les essais... donc pas souvent » et sur laquelle les harmonies vocales des membres du groupe fonctionnent à merveille, ou encore sur le furieux « Pat Murphy Died », morceau final débridé rendant toute résistance à la bonne humeur contagieuse des BOOZE totalement inutile ; le groupe prouve par A + B et en environ une heure que la France aussi, tout comme le Royaume-Uni, l'Irlande ou l'Allemagne, peut être un pays dans lequel la musique « historiquement » celtique n'est pas intouchable et peut faire l'objet d'adaptations originales et déjantées bien que toujours respectueuses.
Mêlant titres originaux et reprises, titres live et studio, Elevator est un album complet qui montre un groupe au sommet de son art, s'imposant alors comme le fer de lance d'un punk-rock celtique novateur et irrésistible. Un indispensable !

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


CREEDS CROSS
Gods & Fighting Men (2014)
Distorsion et violon font bon ménage !




Stephan EICHER
Engelberg (1991)
Le glorieux brouillon de Carcassonne


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Big Beursky (chant, guitare, bouzouki)
- Laure Nuzzi (bodhran, bendhir)
- David Dutech (batterie, beat box)
- Elian Besson (basse)
- Loïc Fanning (violon)


1. The British
2. Us Army
3. Set De Michel
4. The Cowboys
5. I Want Sex
6. Bos D'apou
7. Elevator
8. Musical Priest
9. Stop Me
10. Father Jack's Set
11. Wild Rover
12. Fields Of Athenry
13. Jingle Quilapayun
14. Butchering Set
15. I'm Sorry
16. The Frenchies
17. Finnish Set
18. Pat Murphy Died



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod