Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Gilles Servat , Pibrock, Bernard Benoit
- Membre : Alan Stivell , Pierre De Grenoble, Mor, Glenmor
- Style + Membre : Nuit Celtique
 

 Musique Progressive Bretonne (185)

Dan AR BRAZ - Musique Pour Les Silences à Venir (1985)
Par MARCO STIVELL le 28 Décembre 2010          Consultée 2172 fois

Après un premier petit silence de quatre années, notre bien-aimé Dan AR BRAZ est de retour. Un hiatus qui était sans aucun doute dû au retour de mode qu'a subi la musique celtique au début des années 80 et qui va se prolonger tout le long de la décennie. Tout comme son ancien compagnon Alan, Dan n'aura produit que trois albums au cours de la décennie, même si ils auront été mieux répartis au fil des ans que ceux de son ancien "boss" dont le silence se fera dès lors (1985) plus long. Il faut ajouter à ça le fait que chacun d'eux continue de tourner beaucoup à l'étranger, où ils sont toujours aussi acclamés.

Penchons-nous donc un moment sur ce Musique Pour les Silences à Venir..., peu connu on s'en doute par rapport aux précédents albums ou bien sûr ceux de l'Héritage des Celtes, mais très important dans la carrière de Dan. C'est en effet le premier jalon d'un trio (que viendront compléter Septembre Bleu et, beaucoup plus tard La Mémore des Volets Blancs) consacré à des musiques plus contemplatives ou mélancoliques, avant tout instrumentales (non chantées quoi), plus confidentielles, et avec pour trame l'enfance et autres souvenirs, essentiellement. Rien qu'en sachant cela, on a déjà envie de saluer la démarche de l'artiste qui s'éloigne beaucoup des productions dites "commerciales" de l'époque, ce qui n'est nullement une pique à l'encontre de ces musiques que je salue tout autant pour précision.

L'instrumentation est très réduite et pour information, le seul musicien que l'on retrouve sur quasiment tous les titres, c'est Benoît Widemann, qui en passant a fait quelques crochets par Magma. On entend un brin de saxo très doux (chose que je salue également, à une époque où cet instrument est plutôt utilisé de manière agressive) seulement sur "Musique Pour les Silences à Venir (1ère partie)", un peu de basse sur "La Fille du Chemin Bleu" et "Jesse Carpenter" - et peut-être aussi dans la deuxième partie du morceau-titre, mais si c'est le cas, elle est très bien fondue dans l'ensemble -, et enfin une programmation de la boîte à rythmes Linn sur "Jesse Carpenter" également. En dehors des guitares et des claviers, on peut donc dire que le reste constitue des petites subtilités à chercher dans tout ce spectre sonore. Quoique maintenant que vous avez la solution, plus besoin de chercher !

La première partie, ou disons les quatre premiers morceaux, démarrent avec une ambiance vitreuse, une guitare électrique seule qui joue des accords coulés. Puis la guitare acoustique surgit et joue un arpège magique qui donne la trame à un thème très simple auquel le saxophone se cantonne pour tout le reste du morceau. Une ambiance à laquelle la photo de la pochette se fait très conforme. La mer est aussi présente sur "La Fille du Chemin Bleu", une sorte de ballade instrumentale très paisible et plaisante, un des meilleurs morceaux de l'album, et sur "Les Lamentations de la Mer", au début plus sombre (et qui évoque bien les fuites de pétrole), puis également très porté par la guitare et les nappes de claviers, qui font donc principalement la richesse de ce magnifique album.

La seconde partie est ouverte par "Jesse Carpenter", encore une magnifique pièce, qui vaut surtout pour son décollage avec un solo de guitare électrique des plus poignants et déchirants, un de ceux dont Dan a le secret. "Thème Pour Suzan", nouvelle ballade et nouvelle sensation merveilleuse de se laisser porter allègrement par les vagues lentes... Thème un peu plus nostalgique sur "La Véranda des Jours Sans Soleil", très beau également et sur lequel Benoît Widemann laisse sa place le temps d'un morceau à ou est rejoint par un autre claviériste. Enfin la seconde partie de "Musique Pour les Silences à Venir", avec un arpège différent de la première mais tout aussi limpide et chaleureux, avec un piano électrique qui évoque le bouillonement d'une eau à bulles et la guitare qui fait plus que jamais penser à une cornemuse.

Un très très bel album à réserver plutôt aux fans, ou à tout amateur de musique "contemplative", à laisser en fond sonore ou à déguster allongé sur le canapé. A noter que c'est comme si chacun de ces thèmes ne demandait qu'à être utilisé comme illustration de film...

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par MARCO STIVELL :


ENYA
Dark Sky Island (2015)
Le temps s'est arrêté, poliment...




GANDALF
From Source To Sea (1988)
Doux et limpide


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Dan Ar Braz (guitares)
- Benoît Widemann (claviers, programmation boîte à rythmes linn)
- François Daniel (basse)
- Daniel Paboeuf (saxophone ténor)
- Jean-pierre Fouquet (claviers)


1. Musique Pour Les Silences à Venir (1ère Partie)
2. La Fille Du Chemin Bleu
3. Avenue Du Hent Glaz
4. Les Lamentations De La Mer
5. Jesse Carpenter
6. Thème Pour Suzan
7. La Véranda Des Jours Sans Soleil
8. Musique Pour Les Silences à Venir (2ème Partie)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod