Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2008 One Of The Boys
2010 1 Teenage Dream
2013 1 Prism
2012 Part Of Me
2013 1 Roar
 

 Billboard : Fireworks (292)

Katy PERRY - Teenage Dream (2010)
Par ERWIN le 14 Mars 2011          Consultée 2778 fois

Ah les vicissitudes de la musique ! Les américaines ont cela d’intéressant que vous trouverez toujours quelque chose à dire sur elles. C’est une règle sacro sainte : elles peuvent être d’une vulgarité sans bornes, d’une grossièreté sans failles, avoir été refaites des orteils à la pointe des cheveux, ou exploiter leur voix –souvent bonne- d’une manière totalement abjecte, bref ! Et voilà que mes pérégrinations m’ont amené à écouter avec plus d’attention que prévue le dernier opus de l’un des phénomènes musicaux de ces dernières années, la piquante brunette Katy PERRY. Bah voilà, partir en vacances avec les enfants implique de leur faire plaisir pendant les longs trajets en bagnole… Et me voilà en train d’entendre bien malgré moi ce Teenage Dream. Ne rigolez pas, cela pourrait bien vous arriver aussi.

Constat numéro 1 : la donzelle se laisse regarder avec facilité. Elle me rappelle même les grands égéries des années cinquante, ces sublimes brunes aguicheuses aux regards de biche soumise qui appellent la virilité à une performance de premier ordre. C'est un bon départ.

Constat numéro 2 : les djeuns d’aujourd’hui ont de la bouse dans les oreilles : avoir choisi comme single numéro 1 la chevrotante « California Girls » et ses « hoho hoho » daubesques est une honte pour la culture, car voilà bel et bien le plus mauvais titre de l’album. Pour moi qui suis un ancêtre, c’est du sous Spice Girl, soit le pire reproche que je puisse lui faire. Et les interventions d’un pseudo rappeur – veux même pas savoir de qui il s’agit, pas Ice ou le Dr, donc un naze ! - enlaidissent encore ce single d’une vulgarité propre à effrayer toute personne née avant l’an 2000.

Constat numéro 3 : Tous les djeuns n’ont pas de la bouse dans les oreilles, car le single numéro 2 « Firework » est comme il se doit un véritable feu d’artifice. Cela prouve ce qu’un vieux con comme moi n’aurait pu admettre sans une écoute sérieuse : certes la donzelle est bonne, mais elle est aussi douée. Ce titre est une réussite totale, et rehausse nettement le niveau du Billboard US et de son R'n'B.

En revanche, il y a du filler dans l’air, outre cet infâme mollard qu’est « Californian Girls » il y a aussi ce « Peacocks » d’occase, aussi ridicule qu’irritant, malgré un refrain qui sauve le titre. Mais Katy est un peu irritante, admettons-le aussi, et ses attitudes de Lolita de pacotille mérite une petite correction, assurément. On a droit ensuite à un petit cours d’histoire sur « Pearl », pas mal mais sans relief, contrairement à la nana à poil sur la pochette.

Mais attention, surprise ! Il y a dans ce skeud un morceau d’une trempe que je n’hésite pas à qualifier d’énorme. Il s’agit de « Drain the Circle », qui semble sortir des sessions d’enregistrement d’une Madonna sous amphétamines. Ce titre est tellement excellentissime que je l’ai remis plusieurs fois dans la caisse au risque de paraître ridicule aux yeux des enfants. Une rythmique hypnotique et entêtante de gratte qui débouche sur le refrain phénoménal, que la petite Katy nous assène avec une puissance stupéfiante pour une naïade de son gabarit. Je dois ici m’avouer vaincu. D’autant que la petiote raconte par le menu sa séparation d’avec son mec sans détours ni faux semblants. C’est très fort. A conseiller à tout le monde. Exceptionnel. Et à propos de Madonna, il y a aussi une petite filiation dans l’air avec « Who Am I Living For », à la différence près que la californienne n’est pas qu’une bête de marketing ou de scène, et qu’elle sait chanter.

« The One That Got Away » propose un rythme mainstream très addictif, et le chant de la brunette fait mouche une fois encore, le sujet traite à nouveau des rapports avec la gent masculine. Toujours dans la même veine au niveau des lyrics « ET » est encore un produit fini du meilleur effet « Infect me with your love, fill me with your poison » ça sonne drôlement bien, m’étonne pas que les jeunes ricains soient tous babas devant la belle au balconnet pigeonnant. Dernier petit bonbon, ce « Not Like the Movies » au ton parfois trip hop, au chant plaintif et charmeur est tout à fait charmant.

Me voilà tout démuni. Moi qui pensais ne faire qu’une bouchée de la petite californienne. Le talent est là. Un talent incontestable pour transcrire des émotions, pour balancer des refrains de folie, pour se pavaner avec sensualité en toute occasion. Enviée par les femmes et désirée par les hommes, voilà qui n’est pas si fréquent.

Du haut de ton disque parfumé au malabar framboisé, tu peux te vanter de nous avoir surpris, moi et les millions de vieux cons réfractaires, petite Katy. C'est un 3,5 que j'arrondis à 3 pour ne pas me faire lyncher par l'équipe de la rédaction.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Annie LENNOX
Songs Of Mass Destruction (2007)
Quasi-perfection




STING
57th And 9th (2016)
Artiste majeur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   MOONDREAMER

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Teenage Dream
2. Last Friday Night
3. California Girls
4. Firework
5. Peacock
6. Drain The Circle
7. The One That Got Away
8. Et
9. Who Am I Living For
10. Pearl
11. Hummingbird Heartbeat
12. Not Like The Movies



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod