Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Muse
- Membre : Atoms For Peace
- Style + Membre : Thom Yorke

RADIOHEAD - The King Of Limbs (2011)
Par A.T.N. le 11 Avril 2011          Consultée 3305 fois

Pourquoi changer une formule qui marche ? Dans la continuité de la stratégie adoptée pour In Rainbows, et grâce à sa notoriété et une hype établies, RADIOHEAD distribue d’abord The King of Limbs sur Internet, ce qui maximise les profits car désormais plus besoin d’intermédiaires, tout va direct dans la poche du club des cinq. Et dans quelques mois, sortie du disque dans les bacs pour créer un nouveau petit buzz et ajouter du beurre dans les épinards (à la menthe), sans parler des versions vinyle, collector, etc., etc., pour les fans qui ont du blé. Ces chantres du développement durable, du combat contre le réchauffement et autres nobles causes, assez faciles finalement à embrasser quand on est millionnaire, auraient pu à nouveau proposer à l’internaute de fixer le prix qu’il est prêt à payer. Ce n’est pas le cas cette fois-ci, les prix sont fixes. Je reste un peu emprunté quand je pense aux 11 euros dépensés pour ces 8 pistes en format wav… je ne parle même pas de leur offre mp3, ces gourous du son qui proposent des pistes compressées, what the fuck ?

A l’écoute de ces titres, difficile de s’emballer – et c’est la première fois que ça m’arrive. J’ai beau me repasser ces huit morceaux, et analyser parallèlement mon système pileux, rien ne se dresse. Oh bien sûr, c’est chiadé, travaillé, chaque seconde de musique est pensée… boucles électroniques, filtres, bruits, lignes de basse extra-terrestres, c’est intellectuel en diable. C’est même beau, parfois. Alors il manque quoi ? Des musiciens, peut-être.

On sait depuis longtemps que Thom YORKE et ses sbires (enfin, surtout lui et Jonny GREENWOOD) sont inspirés par APHEX TWIN et autres AUTECHRE, que je ne connais pas assez, l’électro est un style trop peu ‘incarné’ pour l’enfant du rock que je suis (dans ce style, j’aime Jean-Michel JARRE et ROYKSÖPP, c’est vous dire – je vais me faire lapider par les autres chroniqueurs de Forces Parallèles s’ils lisent ces lignes). Ces influences ont permis l’éclosion des meilleurs albums des trente dernières années : des ambiances et des sons électroniques extraordinaires, au service de chansons puissantes (structures, mélodies, variations) jouées par des gens qui viennent du rock, et ça s’entend, même sur Kid A et ses ordinateurs omniprésents. The King of Limbs continue ce travail, mais on a l’impression que la boucle est bouclée, que dans cette direction ils ne trouveront plus grand-chose. Les textures beaucoup plus électroniques que sur In Rainbows masquent l’absence de moments forts. In Rainbows, tiens… un disque qui faisait faire des bonds, un disque aux moments émouvants, des morceaux forts, portant tous cette patte sonore unique. Un disque que j’écoute encore souvent 4 ans après, comme tous les autres albums (sauf Pablo Honey, et encore il a son charme).

Ecouterai-je King of The Limbs dans 4 ans ? C’est peu probable. Je trouve « Morning Mr Magpie » attachante avec son gimmick sautillant de jeu d’arcade, je plane un peu sur « Codex » (et tellement moins que sur « Videotape » ou sur « Motion Picture Soundtrack », dans le même esprit), « Give Up the Ghost » est vraiment très belle, le reste est… intéressant. Comme un album de… Thom YORKE en solo, en fait. A l’écoute de ces titres nombrilisants, on imagine aisément le sentiment d’inutilité totale qu’ont pu éprouver Phil SELWAY ou Ed O’BRIEN, voire Colin GREENWOOD : qu’ont-ils bien pu apporter à ces constructions cérébrales ? Que pensent-ils de ces boucles bruitistes censées charmer nos oreilles ? Nous sommes ici bien plus proches de The Eraser que de n’importe quelle autre production du groupe. Résultat, même si on met du temps à se l’avouer, on s’ennuie beaucoup. Eh oui, « intéressant » est souvent ce que l’on dit lorsqu’on ne veut pas vexer.

Depuis le missile OK Computer et la bombe atomique Kid A, le quintet d’Oxford a créé d’immenses attentes à chaque sortie, c’était écrit qu’un jour la déception serait au rendez-vous.

Il va falloir inventer autre chose. Mode de diffusion, format, sons, écriture… gardons l’espoir qu’ils nous surprendront bientôt, à nouveau. Mais ça sent la fin.

Allez, je vais me réécouter The Bends. Un album avec de belles mélodies, de la basse électrique, des riffs, des moments qui viennent des tripes… des trucs complètement ringards, quoi. Ce n’est pas mon préféré, mais après l’écoute de The King of Limbs, ça va me faire un bien fou. Ensuite, je remettrai Kid A pour un nouveau voyage au pays du sublime.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE :


HALLUCINOGEN
The Lone Deranger (1997)
On remet ça




Moritz VON OSWALD
Horizontal Structures (2011)
Petit bijou ambient de ce début d'année 2011


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



Non disponible


1. Bloom
2. Morning Mr Magpie
3. Little By Little
4. Feral
5. Lotus Flower
6. Codex
7. Give Up The Ghost
8. Separator



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod