Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROG CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Tri Yann, Fleetwood Mac, Supertramp, Angelo Branduardi , Midnight Oil, Zucchero, Fairport Convention, Cécile Corbel , King Crimson, Jethro Tull, Barclay James Harvest, Ange, Pat O'may
- Style + Membre : Children In Paradise
 

 Excaliburtrilogy (1435)

Alan SIMON - Excalibur Iii - The Origins (2012)
Par GEGERS le 7 Novembre 2011          Consultée 6818 fois

Le défi est de taille. Tenter d'éviter la chronique consensuelle, ou trop factuelle. Choisir soigneusement ses mots, et encore, serait-ce suffisant ? Après tout, les mots, les Celtes ne les écrivaient pas. La fameuse tradition orale, « de bouche de druide à oreille de druide » comme l'indique l'expression populaire. Et puis, finalement, il faut bien se résoudre à écrire, pour exister. Écrire, comme Alan SIMON a écrit et peaufiné les textes du troisième et dernier volet de sa saga Excalibur. Avec un talent bien moindre bien sûr, mais comment taire la sortie de ce magnum opus d'un compositeur qui achève ainsi une œuvre épique et délectable ?

C'est vrai les Celtes méritent bien après tout un opéra rock en 3 volets. Après s'être attaqué à la légende Arthurienne (La Légende ces Celtes, en 1998) puis à la matière celtique (enfin, ce que les Romains ont bien voulu nous en raconter) avec L'Anneau des Celtes en 2007, Alan SIMON remonte cette fois-ci, aux origines. Le commencement, le maelström des éléments. L'épée des Dieux (ou tout du moins sa version proto-historique), n'est pas bien loin, et elle se retrouve entre les mains d'un jeune chef de clan, Dun Aengus, dont les nombreuses péripéties (que je vous laisse le soin de découvrir dans le livret fourni) le mèneront jusqu'à cette terre du bout du monde, baptisée Armorique.

Décrire le voyage initiatique d'un jeune Celte des clans ancestraux, voici donc le postulat de départ d'un album foisonnant et aux allures de chef-d'œuvre. Huit années ont été nécessaires à sa conception, Alan SIMON se laissant voguer au gré des rencontres et des découvertes, enregistrant une ligne de chant par-ci, un instrument par là. Tant et si bien que ce troisième volet d'Excalibur se fait, encore plus que ses prédécesseurs, le point de rencontre de toutes les musiques et sensibilités. Car qui d'autre qu'Alan SIMON peut faire se côtoyer, sur un même album, le regretté clavier des Beatles et Rolling Stones Billy Preston, l'ensemble des Tambour du Bronx, et Roberto Tiranti, chanteur du groupe de power-metal italien Labyrinth ? Car si le projet reste avant tout orienté vers des sphères celtiques et rock progressif, le compositeur franchit cette fois-ci toutes les barrières et assemble des talents individuels issus de tous horizons.

Le résultat se fait étonnamment homogène, et tout bonnement magnifique. Construit sur une alternance de chansons et d'intermèdes musicaux, l'album résume l'essence-même de la saga Excalibur, en offrant un nombre conséquent de pièces magnifiques. A commencer par « Saman », titre rock enjoué sur lequel Les Holroyd (Barclay James Harvest) et sa basse groovy répondent aux Fairport Convention, backing-band de luxe, tandis que harmonica, saxophone et cornemuses se mêlent sur des ambiances lumineuses et envoûtantes. Entre rock, celtique et progressif, Alan SIMON alterne les styles et les ambiances, entre grandiloquence et intimisme. Comme l'exige la trame narrative, mêlant passages contemplatifs et scènes d'action, la musique se fait éthérée, sombre ou lumineuse. Chacun y trouvera son compte, que ce soit à l'écoute des passages les plus agressifs (la guitare mordante de Pat O'May sur « Tamlah ») ou des pièces folk aux intonations celtiques marquées (« The promise », agrémentée de la voix chaude de Bruce Guthro, chanteur de Runrig, et de la flûte aérienne de Konan Mevel). Si les individualités flamboient (quelle voix poignante que celle de Roberto Tiranti sur « The legend of Oisin » !), ces dernières se mettent avant tout au service d'un ensemble qui ne laisse aucune place à l'approximation ou au remplissage. Chaque note, visiblement longuement réfléchie, contribue à construire cette fresque épique et très visuelle, certains titres véhiculant des ambiances très cinématographiques (l'instrumental « The origins part II », sublimé par la harpe de Cécile Corbel, « Roma », interprété par l'Orchestre Symphonique de Budapest). Cette histoire, celle d'un homme, d'une épée, d'un peuple, trouve ici un écrin de choix, tapissé d'une richesse musicale exemplaire.

Quel épilogue de luxe ! Avec The Origins, si Alan SIMON met de côté ses influences les plus fondamentalement rock, il livre une nouvelle fois un opéra prog-rock-celtique d'une très grande qualité, dont la conclusion parfaite est chantée avec brio par John Wetton (Asia) : « Allez mon ami, prends ma main et suis-moi ». Les images défilent, l'épée est forgée, les guerres se jouent, les légendes prennent forme. Mais ce qui compte, c'est le voyage. Une nouvelle fois, Alan SIMON nous le narre avec classe et brio. Une conclusion parfaite pour une trilogie désormais indispensable. A paraître début 2012.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


MARILLION
Radiation 2013 (2013)
Ou comment réhabiliter un album polémique




APHRODITE'S CHILD
666 (1972)
L'apocalypse selon Vangelis

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
   MR. AMEFORGEE

 
   (2 chroniques)



- Alan Simon (guitare 12, harmonica, irish flute, guimbarde)
- Andrea Malladone (guitare électrique)
- Basile Leroux (12 électrique rickenbauer)
- Billy Preston (orgue hammond)
- Bob Callero (styx)
- Brankica Vasic (choeurs)
- Bruce Guthro (chant)
- Cécile Corbel (harpe celtique, choeurs)
- Chris Leslie (violon, bouzouki, choeurs)
- Cillian Vallely (irish flutes, uillean pipes)
- Claude Samard (guitare dobro)
- Dave Pegg (basse)
- Didier Lockwood (violon electro-acoustique)
- Dun Aengus (chant, choeurs)
- Geoff Downes (claviers)
- Gerry Conway (batterie)
- Jacqui Mcshee (chant)
- James Wood (guitare, choeurs)
- Jean Roussel (claviers)
- Jeremy Spencer (slide guitar)
- Jimme O'Neill (chant)
- John Anthony Helliwell (saxophone, clarinette)
- John Wetton Chant, Choeurs)
- Kohann (chant)
- Konan Mevel (irish flutes, bagpipes, redpipes)
- Les Holroyd (chant, choeurs)
- Lulendo (sanza, choeurs)
- Manose Singh (flute bamboo)
- Manuel Delgado (guitare espagnole)
- Marco Canepa (mellotron, orgue hammond, piano)
- Marco Fadda (world percussions)
- Martin Lancelot Barre (guitare électrique)
- Mick Fleetwood (batterie)
- Morgan Creac'h (chant)
- Moya Brennan (chant, choeurs)
- Navaraj Gurung (tablas)
- Olivier Rousseau (grand piano)
- Pat O'may (guitare électrique)
- Ric Sanders (violon électro-acoustique)
- Simon Nicol (guitare acoustique, chant)
- Steve Shean (world percussions)
- Sushila Amatya (sitar indien)
- Les Tambours Du Bronx (percussions)


1. The Origins Part 1
2. Saman
3. Tamlah
4. Evil Day
5. Iron Age
6. Motherland
7. Skye
8. Beltaine
9. Incantations
10. The Promise
11. The Legend Of Oisin
12. The Origins Part Ii
13. Fame And Glory
14. Fir Mhor
15. Sacred Lands
16. Roma
17. The Lost Season
18. Dun Aengus



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod