Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Blizzard Of Ozz
1981 Diary Of A Madman
1982 Speak Of The Devil
  Speak Of The Devil
1983 Bark At The Moon
1986 The Ultimate Sin
1987 Tribute (to Randy Rhoads...
1988 No Rest For The Wicke...
1991 No More Tears
1993 Live & Loud
1995 Ozzmosis
2001 Down To Earth
2002 Live At Budokan
  Live At Budokan
2003 The Essential
2005 Under Cover
2007 Black Rain
  Ozzfest, 10ème Anniversa...
2010 Scream
 

- Membre : Ted Nugent, Whitesnake, Rainbow, Blue Öyster Cult, The Dead Daisies , Bill Ward , Msg, Deep Purple, Ian Gillan , Uriah Heep, Alice In Chains, Danzig
- Style + Membre : Tony Iommi , Dio, Black Sabbath
 

 Site Officiel (291)

Ozzy OSBOURNE - The Ultimate Sin (1986)
Par RED ONE le 25 Décembre 2012          Consultée 2904 fois

Malgré le succès commercial incroyable de sa carrière solo depuis 1980, Ozzy est au bord du gouffre en ce milieu de décennie : la mort de Randy Rhoads en 1982 a réveillé chez lui de vieux démons qu'il pensait avoir vaincu après avoir quitté BLACK SABBATH en 1979. Ozzy multiplie donc les cures de désintoxication à répétition durant trois ans et n'est plus en mesure d'enregistrer le moindre disque. Mais la maison de disques veille au grain et dès que l'occasion se présentera, elle sommera le chanteur britannique de reprendre bien vite le chemin des studios pour donner une suite au mitigé Bark At The Moon (1983). Une reformation du line-up classique de BLACK SABBATH échouera d'ailleurs en 1985 en raison des pressions exercées sur Ozzy pour qu'il enregistre ce nouveau disque solo tant attendu ...

Et c'est donc en 1986 que débarque enfin le quatrième album solo d'Ozzy, The Ultimate Sin. Cette fois, l'illustrateur s'est surpassé, la pochette est abominablement laide : après les gueules de fous psychopathes en lambeaux, après les vampires, après les loups-garous, Ozzy se transforme en démon mutant vert à la musculature horriblement surdéveloppée, pour le plus grand malheur de nos rétines. Je ne comprends toujours pas ce que vient faire cette improbable succube sexy sur la pochette (une évocation de Sharon ?), gageons qu'elle soit là pour attirer quelque peu le chaland qui aurait légitimement pu être horrifié à la vue de la nouvelle mutation d'Ozzy. Dans la réalité, notre Britannique fou n'est pas au mieux non plus à cette époque : cheveux blonds peroxydés gras et costumes de scène douteux. Beurk ...

Mais s'arrêter à sa pochette pour juger The Ultimate Sin serait une bien triste erreur ! Car ce quatrième effort solo d'Ozzy est probablement, allez, n'ayons pas peur des mots, son meilleur album. Et pourtant ! Que de critiques négatives encore de nos jours pour évoquer The Ultimate Sin ! Ozzy lui-même le déteste ouvertement et refuse toujours sa réédition (tout comme celle de Speak Of The Devil, d'ailleurs). Heureusement, l'album est encore facilement trouvable dans le commerce via la réédition CD de 1995, donc rassurez vous, vous ne devrez pas vider votre tirelire pour l'acquérir.

La section rythmique est composée de nouveaux venus : Phil Soussan (basse), qui ne restera pas très longtemps au sein du groupe, et surtout Randy Castillo (futur membre de MÖTLEY CRÜE), qui va demeurer pour quelques années le seul et unique batteur d'Ozzy. Mais Jake E. Lee est resté fidèle à Ozzy pendant ses années d'errance et a composé la plupart des titres, et grâce lui en soit rendue : l'album est véritablement bon, heavy au possible, avec de très nombreux riffs d'anthologie qui restent en mémoire. Je pense notamment à l'épique "Secret Loser", au légèrement doom "Never Know Why", au monstrueux "Thank God For The Bomb" et au titre éponyme, "The Ultimate Sin". Evoquons encore des moments d'une intensité heavy metal remarquable, comme la savoureuse "Never", ou encore "Killer Of Giants", à la structure légèrement progressive. L'album se conclut sur un "Shot In The Dark" puissant et émouvant ... De l'excellent boulot, John Michael, je suis fier de toi pour une fois !

Les égarements orchestraux de Bark At The Moon ont donc été mis au placard, The Ultimate Sin est un album heavy, résolument heavy, aux riffs acérés et aux guitares affutées. La production est en revanche bien typée années 1980, avec beaucoup d'écho et quelques claviers ça et là. Il n'y a véritablement aucun titre à jeter sur cet album presque parfait, qui mérite la note maximale et auquel on pourrait seulement reprocher d'être un peu trop linéaire par rapport aux albums précédents, mais bon que voulez vous, aucun album solo d'Ozzy n'est parfait, malheureusement. Les titres s'enchainent avec une fluidité remarquable et le plaisir ressenti à l'écoute de cet album est sincère.

The Ultimate Sin est donc, au final, une agréable surprise pour tous ceux qui avaient perdu quelque peu la fois en Ozzy OSBOURNE après le médiocre Bark At The Moon. Mais The Ultimate Sin marquera cependant la fin de l'ère "classique" de la carrière solo d'Ozzy : peu après cet album, Jake E. Lee claquera la porte et s'en ira fonder le groupe BADLANDS (en compagnie des ex-BLACK SABBATH Ray Gillen et Eric Singer, décidemment on reste en famille) et sera remplacé par un certain ... Zakk Wylde. Clairement le début d'une nouvelle période, donc, vous en conviendrez ... Affaire à suivre !

Note réelle : 4,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
98 Live Meltdown (1998)
Tim Owens, bien plus convaincant en live !




BLACK SABBATH
Neon Nights : Live At Wacken (heaven & Hell) (2010)
Le testament de Ronnie James Dio


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Ozzy Osbourne (chant)
- Jake E. Lee (guitare)
- Phil Soussan (basse)
- Randy Castillo (batterie)
- +
- Mike Moran (claviers)


1. The Ultimate Sin
2. Secret Loser
3. Never Know Why
4. Thank God For The Bomb
5. Never
6. Lightning Strikes
7. Killer Of Giants
8. Fool Like You
9. Shot In The Dark



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod