Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ACID FUNK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Stevie Salas , Sly & The Family Stone, Rick James
- Style + Membre : Bootsy Collins , James Brown , Parliament

FUNKADELIC - Maggot Brain (1971)
Par TOMTOM le 4 Octobre 2012          Consultée 2001 fois

Se pourrait-il que ce soit celui-là ? Dans la quête de tout auditeur à la recherche du solo ultime, Maggot Brain tient une place de choix. Maggot Brain l’album peut-être autant que « Maggot Brain » le titre, et ce, même si le premier à tendance à être réduit au second, phagocyté par ce qui est aujourd’hui unanimement reconnu comme un foutu classique. Du reste, entre la chanson et l’album, peu de différences : les deux sont forgés du même alliage, celui qui dégouline des amplis du grand architecte en chef, Eddie Hazel.

On savait l’homme pas manchot depuis l’opus précédent du gang, Free Your Mind, And Your Ass Will Follow. Mais ici, le gamin passe à la vitesse supérieure. Enfin, façon de parler : en réduisant le tempo au maximum, Eddie Hazel livre avec « Maggot Brain » (le titre, donc) son interprétation du jam hendrixien. Faisant fi des textes, des refrains, des ponts et autre bullshits dont se parent les autres pour habiller leur manque d’inspiration, Hazel réussit le tour de force d’imposer le solo qui se suffit à lui-même, sûrement le meilleur de l’ère post-psychédélique. Toute wah-wah dehors et capable d’invoquer à lui-seul tous les sentiments qui peuvent un jour ou l’autre traverser le cerveau humain, le « Maggot Brain » est pourtant pas fluide pour deux sous, souvent déstructuré et hésitant. Mais le vers agit, vous ronge les neurones. Eddie Hazel est seul dans cette histoire, l’auditeur ne pouvant pas faire autre chose que d’écouter religieusement.

Difficile d’être moins dithyrambique quand on évoque la première piste de l’album. Et même si elle en constitue la base sonique, Maggot Brain ne saurait se résumer à ses dix premières minutes. Comment passer, par exemple, à côté de « Super Stupid » ? Sorte de métal-funk de haute volée, Hazel y remporte encore tous les honneurs avec ce riff tordu et ce solo d’une violence inouïe. A écouter au casque, sans broncher.

Mais cessons un peu de vanter les seuls mérites du guitariste prodige. Car les autres ne sont pas en reste. Sur « Hit It And Quit It », on comprend l’apport considérable des claviers de Bernie Worell à la cause Funkadelic : distillant ses notes spatiales tout au long du titre, l’homme qui n’a pas encore défini le « son » Parliament finit d’ancrer tout l’album dans un acid rock déglingué. Sur le funk urbain « You And Your Folks, Me And My Folks » (toujours ces solos infernaux en fond), le travail des chœurs nous rappelle que les influences de Funkadelic, elles viennent de là : James Brown, Isaac Hayes et Sly Stone, la trilogie des pharaons de la soul. Un petit mot sur la rythmique imparable, capable de rendre groovy le meilleur des rocks, et on finira d’en être persuadé : Funkadelic était un groupe de tueurs.

Enfin, en plus d’être un gigantesque album, Maggot Brain constitue un pas de géant dans l’épopée du groupe de George Clinton : premier véritable chef-d’œuvre, première collaboration avec le futur membre du Funk Mob, Gary Shider (au chant sur « Can You Get To That »), mais aussi premières incursions politiques, qui se généraliseront par la suite. Ainsi, sur le jam convulsif « Wars Of Armaggedon » on entend clairement la diatribe suivante : "What Do We Want ? Freedom ! When Do We Want It ? Now !" Un peu plus loin dans la même chanson, un coucou, un pet, une vache, un sacré bordel. Car Funkadelic n’est jamais véritablement sérieux, ou en tout cas l’est d’une manière trop funky pour que l’auditeur s’arrête de danser et se mette à penser. La faute à la drogue aussi, peut-être. Vous ne pensiez tout-de-même pas que le « Maggot Brain » était un asticot ?

Note : sur la réédition CD, une piste intéressante a été ajoutée à ce disque déjà indispensable : un mix de « Maggot Brain » ou le groupe tout entier joue, et non plus seulement Eddie Hazel. L’occasion d’entendre que Bernie Worell faisait, lui aussi, un travail magnifique sur ce titre définitivement légendaire et indispensable.

A lire aussi en FUNK par TOMTOM :


SLY & THE FAMILY STONE
Life (1968)
Formation serrée.




FUNKADELIC
Cosmic Slop (1973)
Le sommet affectif de funkadelic


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Eddie Hazel (guitare solo, chant)
- Tawl Ross (guitare rythmique, chant)
- Bernie Worrell (claviers, chant)
- Billy Bass Nelson (basse, chant)
- Tiki Fulwood (batterie)
- George Clinton, Fuzzy Haskins, Calvin Si (chant)


1. Maggot Brain
2. Can You Get To That
3. Hit It And Quit
4. You And Your Folks, Me And My Folks
5. Super Stupid
6. Back In Your Minds
7. Wars Of Armageddon
8. Whole Lot Of Bs (bonus Track)
9. I Miss My Baby (bonus Track)
10. Maggot Brain (mix Alternatif, Bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod