Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Oai Star
 

 Page Officielle (sur Universal Music.fr) (215)

ZEBDA - Second Tour (2012)
Par RED ONE le 13 Octobre 2012          Consultée 1999 fois

On avait quitté ZEBDA en 2003, et depuis, on était quelque peu orphelins du groupe toulousain. Fatigués des tournées incessantes et déçus d'être devenus malgré eux le groupe d'un seul tube ("Tomber la chemise", pour ne pas le citer), les membres de ZEBDA mettent leur groupe en pause prolongée peu après la sortie de leur quatrième album (l'excellent et mésestimé Utopie d'Occase, en 2002) dans le but de s'adonner à divers projets solo. Parmi ces projets, citons-en deux en particulier : les deux albums solo de Magyd Cherfi, et le groupe des frères Amokrane, MOUSS & HAKIM. Ces deux projets continuaient en quelque sorte de façon logique l'aventure ZEBDA sans en porter le nom, et laissaient augurer d'une reformation concrète du groupe occitan, tôt ou tard.

En 2008, la nouvelle tombe enfin : ZEBDA va se reformer. Néanmoins, cette reformation mettra quatre années à se concrétiser réellement, en raison des emplois du temps surchargés de ses membres. Précisons toutefois que le guitariste historique de ZEBDA, Pascal Cabero, et l'ancien batteur, Vincent Sauvage, semblent ne pas avoir voulu participer à cette reformation. Néanmoins, les trois frontmen historiques du groupe (Cherfi et les frères Amokrane) sont toujours là, fidèles au poste. Les deux musiciens Joël Saurin (basse) et Rémi Sanchez (claviers), compositeurs de la quasi-totalité du répertoire du groupe, reprennent également du service. Après une tournée des festivals en 2011 (baptisée "Premier Tour"), destinée à rôder scéniquement cette reformation, ZEBDA revient logiquement en 2012 avec un nouvel album, Second Tour.

Le titre de ce cinquième opus studio des Toulousains est on ne peut plus explicite : "Second Tour" signifie en effet qu'avec cette reformation s'ouvre le second chapitre d'une histoire entamée au début des années 1990 aux Izards, quartier populaire de la capitale occitane. Hakim Amokrane ne manque cependant pas de préciser à qui veut l'entendre qu'il n'y aura pas de "Troisième Tour", et que le prochain split du groupe sera définitif. Ce cinquième album inaugure donc une nouvelle ère en même temps qu'il annonce d'ores et déjà la future retraite musicale de ses membres. ZEBDA avait donc, on le sent bien, besoin de se réunir une ultime fois en ce début de décennie 2010, afin de faire entendre sa voix en cette époque troublée.

Justement, parlons un peu du contexte : qui dit "second tour" en 2012 pense évidemment aux élections présidentielles françaises de la même année, et le titre n'a bien sûr pas été choisi au hasard. Mais si l'on connait depuis fort longtemps l'engagement politique des membres du groupe, que pouvait-on attendre du groupe tant textuellement que musicalement après une aussi longue période d'absence ? Eh bien force est de reconnaître que ZEBDA reste fidèle à sa recette traditionnelle : des textes toujours aussi travaillés et engagés, riches en jeux de mots et en références littéraires multiples, et un son éminement fusion, mélange de rock, de funk, de variété française et de sonorités arabo-andalouses ...

L'opus est toutefois très compact et très dense : 13 titres (le même nombre que sur Essence Ordinaire et Utopie d'Occase), mais 13 titres qui ne sont pas aussi faciles d'accès et aussi "tubesques" qu'avaient pu l'être ceux d'Essence Ordinaire. Utopie d'Occase nous avait déjà laissé entrevoir un ZEBDA moins évident, plus réfléchi et plus matûre. Second Tour est, sans conteste, l'album qui confirme cette matûrité, résultat d'une mue salutaire de 10 années. Alors certes, des morceaux festifs il y en a toujours : "Le dimanche autour de l'église", morceau réellement destiné à faire la fête, ou encore "Un je ne sais quoi", titre ska rock rentre dedans ultra-efficace. Mais on pourrait citer encore "La chance", morceau ensoleillé aux ambiances délicieuses.

Second Tour est, toutefois, un album sensiblement plus désabusé que ne l'était le formidable Essence Ordinaire (1998), explosif et festif au possible. Les influences funk et chanson française des différents membres du groupe (en particulier le bassiste Joël Saurin et le chanteur Magyd Cherfi) sont ici évidentes, mais les titres emprunts de spleen urbain sont légion : "Les deux écoles", "Le théorème du châle", ou encore "Tu peux toujours courir", sont ainsi des titres aux ambiances ouvertement pessimistes. La poésie ZEBDA fait toujours mouche ("Harragas" est ainsi un titre à la beauté rare, et d'une finesse remarquable), mais on est forcé d'admettre que l'album ne dresse pas un bilan très optimiste de la société française du début des années 2010.

Cet album de la reformation est donc au final un bon album de ZEBDA, mais je ne suis pas forcément sûr que l'on puisse affirmer qu'il s'agit du meilleur opus de la formation toulousaine. ZEBDA semble avoir voulu produire avec Second Tour un disque qui synthétise en un seul album les différentes expérimentations des projets solos réalisés par ses membres entre 2003 et 2008. Néanmoins, cet éclectisme apparent, tant sur le plan musical que textuel et qui pourrait apparaitre comme une faiblesse, contribue à faire de Second Tour un album riche, très coloré, aux ambiances très variées et recelant de nombreux arrangements fort bien trouvés.

Un album de qualité donc, par un groupe de qualité, et dont le retour médiatique en 2012 était attendu de longue date. ZEBDA confirmera par ailleurs en 2012 qu'en plus d'être un très bon groupe de studio, il est aussi et surtout un groupe live de fous furieux, capable d'enflammer des foules entières avec des titres qui font mouche, et cet heureux constat sera renforcé par la publication du formidable live "Plan d'occupation du Sol" en cette même année 2012.

Un retour réussi, en tous cas.

Note finale : 3,5/5.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE :


Murray HEAD
Rien N'est Ecrit (2008)
But alors, you are french?!




Véronique SANSON
Le Maudit (1974)
Grande classe


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   TEEMO

 
   (2 chroniques)



- Magyd Cherfi (chant)
- Mustapha Amokrane (chant)
- Hakim Amokrane (chant)
- Joël Saurin (basse)
- Rémi Sanchez (claviers, accordéon)
- +
- Joseph Doherty (violons, flûte, instruments divers)
- Julien Costa (guitares, batterie)
- Yannick Tournier (guitares)
- Nicolas Liorit (guitares)
- Jean-denis Rivaleau (batterie)
- Rich Pagano (batterie)
- Frédéric Petitprez (batterie)
- +
- Nombreux Autres Musiciens De Session


1. Les Deux écoles
2. Le Dimanche Autour De L'église
3. Un Je Ne Sais Quoi
4. Le Théorème Du Châle
5. J'suis Pas
6. Harragas (les Brûlés)
7. Tu Peux Toujours Courir
8. La Promesse Faite Aux Mains
9. La Chance
10. Les Proverbes
11. Le Talent
12. La Correction



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod