Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (2 / 3)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Radiohead, Sixx : A.m.

MUSE - The 2nd Law (2012)
Par MOONDREAMER le 22 Octobre 2012          Consultée 4559 fois

Chaque sortie d’un nouvel album de MUSE est un véritable évènement médiatique : The 2nd Law ne fait visiblement pas exception. Entre les nombreux teasers du groupe titillant la curiosité de tous leurs fans, la sortie de « Survival » fin juin, choisie comme chanson officielle des JO 2012 de Londres, et les rumeurs selon lesquelles Chris WOLSTENHOLME, le bassiste du groupe, allait assurer l’ensemble du chant sur l’album : le ton était donné. Puis un nouveau choc est provoqué par les multiples annonces marquant la volonté du groupe de prendre un tournant électro voire dubstep, suivies par la fuite sur internet de la vidéo du morceau incluant des éléments dubstep (« The 2nd Law : Unsustainable »), celle de la couverture représentant le réseau des neurones quittant le cerveau et enfin un premier single controversé, « Madness », consacrant le passage à un son très différent.

Ajoutez à cela une déclaration de Matthew BELLAMY annonçant The 2nd Law comme « une odyssée christiano-gangsta rap-jazz, avec du dubstep ambient rebelle, et du metal flamenco cowboy psychédélique ». Bravo, il aurait été difficile de faire plus flou tant ces appellations antithétiques laissent perplexe quant au genre de morceaux qui allaient sortir de l’album. Quand The 2nd Law sort enfin (pour une explication concernant le titre, celle-ci étant plutôt longue et scientifique, allez voir en fin de chronique si vous êtes intrigués), les fans avaient déjà eu une semaine pour l’écouter par le biais de quelques médias internet auxquels MUSE avait confié l’exclusivité du streaming afin d’éviter toute autre fuite compromettante.

Déjà, précisons quelques points importants. Non, l’album n’est pas une complète rupture avec ce à quoi le groupe nous avait habitués, loin de là. On reconnait bien l’empreinte MUSE sur presque tous les morceaux. Et non, cet album ne sera donc pas non plus une révolution ni le chef d’œuvre promis par le groupe connu pour sa mégalomanie. Enfin, après avoir été déçu par la grandiloquence pompeuse de Résistance qui se complaisait dans la gloire d’Origin Of Symmetry et d’Absolution, on ne peut que se réjouir des nombreuses innovations apportées tout au long de The 2nd Law.

Alors oui, l’influence de la théâtralité de QUEEN (« Survival ») ou des trips planants de RADIOHEAD (« Explorers ») est toujours aussi évidente, mais à celle-ci s’ajoutent celles de l’électro à la JUSTICE (« Madness »), du funk énergique de PRINCE (« Panic Station ») et même du « brostep » de SKRILLEX (« Unsustainable »), ce qui aboutit finalement à un mélange hétérogène mais pourtant cohérent, une appropriation de nouveaux genres qui ne plaira qu’aux auditeurs éclectiques.

L’arrivée à la voix de WOLSTENHOLME qui nous raconte sur deux chansons son combat contre l’alcoolisme offre une alternative intéressante aux tremolos emphatiques de BELLAMY. Moins fantaisiste mais plus calme et posée, la voix du bassiste convainc plus dans le lent crescendo de « Save Me » que sur le second morceau, « Liquid State », celui-ci faisant presque plus penser à une chanson des FOO FIGHTERS qu'à une chanson de MUSE.

Quant aux deux morceaux expérimentaux en fin d’album, pré-titrés « The 2nd Law » sur le modèle d'« Exogenis », ils sont sans hésiter une prise de risque innovante et réussie des britanniques. « Unsustainable », qui a tant défrayé la chronique, constitue pour moi un mélange entre orchestration et dissonance que je qualifierai presque de progressif dans sa démarche d’élargir les frontières de la musique du groupe. On critiquera peut être le manque d’originalité dans les arrangements dubstep, mais ceux-ci ont le mérite d’être accessibles après quelques écoutes même à un public non-initié. « Isolated System », long instrumental moins audacieux, il fait lui aussi son effet et marque le besoin de MUSE d’évoluer.

Mais enfin, calmez-vous chers fans de MUSE opposés à tous ces changements ! Ce qui fait assurément la qualité de ce nouvel opus est la présence d’excellents titres typiques du trio britannique se réappropriant ce patrimoine hétéroclite. On pourrait citer l’excellente synthèse électro-rock qu’est « Follow Me », « Supremacy » et ses faux airs de thème de James Bond, « Big Freeze » et ses riffs à la U2 ou encore « Animals », morceau dénonciateur qui se conclue avec ce qu’on pourrait prendre à tort pour une émeute dans la rue mais qui n’est qu’un enregistrement des cris des traders à l’ouverture de Wall Street.

Bref, The 2nd Law explore et étend avec brio les limites de l’univers de MUSE. On critiquera peut être l’éparpillement relatif et l’hétérogénéité apparente de l’ensemble, mais on ne peut que saluer la prise de risque énorme, que peu de groupes avec un statut comparable oseraient tenter. MUSE semble être là pour s’imposer dans la durée comme un groupe incontournable. C’est bien tout le mal qu’on peut souhaiter aux trois britanniques.

--------------------------------------------------------

*Attention, passage théorique sans rapport avec la musique*

Mais après tout, qu’est-ce que c’est que cette « 2ème loi » ? MUSE fait ici référence à la deuxième loi (ou en français au deuxième principe) de la thermodynamique, d’ailleurs citée textuellement dans « Unsustainable », que l’on peut résumer en quelques mots : dans un système isolé (« Isolated System ») - comme la Terre au niveau macroscopique - l’entropie (c’est-à-dire en simplifiant une tendance à la dispersion et au chaos des composants de ce système) ne peut qu’augmenter. Ceci implique pour l’homme que toute énergie utilisée sera de plus en plus dispersée et gâchée puisque notre système est fermé. Les ressources diminuant, le développement technologique est donc limité et une espèce basée sur la croissance perpétuelle est donc insoutenable (« Unsustainable ») écologiquement.

MUSE se place donc en dénonciateur moderne de la non-durabilité de notre mode de vie. Cela ne change évidemment pas la qualité intrinsèque des deux derniers morceaux, mais cela les replace en perspective et explique la raison de leur présence sur l’album ainsi que la thématique de celui-ci.

*C’était l’instant science de la chronique, offert gracieusement par Fred et Jamy*

A lire aussi en ROCK :


STEELY DAN
Can't Buy A Thrill (1972)
Premier album, le talent saute déjà aux yeux !




Peter HAMMILL
Chameleon In The Shadow Of The Night (1973)
Huit coups de couteau dans l'âme


Marquez et partagez







 
   MOONDREAMER

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Matthew Bellamy (chant, guitare, claviers)
- Chris Wolstenholme (chant, basse, choeurs)
- Dominic Howard (batterie, percussions)


1. Supremacy
2. Madness
3. Panic Station
4. Survival
5. Follow Me
6. Animals
7. Explorers
8. Big Freeze
9. Save Me
10. Liquid State
11. The 2nd Law: Unsustainable
12. The 2nd Law: Isolated System



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod