Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Robert PALMER - Pressure Drop (1975)
Par ERWIN le 14 Mars 2013          Consultée 1487 fois

Un an après l’album avec Sally, nous voila face au deuxième opus de celui qui se présente comme le Dandy de la pop Music. Il est d’ailleurs fort possible que se soit Sally dont nous apercevons les jolies fesses, pensive – Pas les fesses ! Sally ! Tâchez de suivre la lecture et pas de mater la tof les djeuns ! – sur le balcon… Bob n’a pas l’air ravi ravi… Signe d’une mauvaise nuit ? Arf, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, mais le raccourci est tellement facile. Toujours est-il que Robert préfère jouer avec la télécommande de la télé plutôt que d’appuyer sur d’autres boutons. On en prend bonne note.
Cet opus est donc dans la droite lignée de son prédécesseur, les musiciens de LITTLE FEAT sont présents dans la place, et une forte identité Soul/Disco se dégage à nouveau de l’œuvre. Nous nageons dans la Blue eyed soul de grande classe.

C’est la reprise de TOOTS AND THE MAYTAL : « Pressure drop » qui est le porte étendard de ce skeud. Assurément le meilleur titre de l’album, il s’agit d’un petit Reggae du meilleur cru. Evidemment, le Bob n’est pas encore au faite de ses capacités d’écriture, il lui faut encore se poser en interprète, comme lors du premier album… Admettons toutefois que le résultat est à la hauteur. Nous retrouvons d’ailleurs une autre composition d’Allen TOUSSAINT, comme lors du premier album, il s’agit de « River boat », un titre de soul moderne et ou Robert laisse sa voix monter et descendre les octaves avec facilité. Puis c’est Lowell GEORGES qui s’y colle avec « Trouble » qui sonne « comme il se doit » quand on est natif de New Orleans. On se souviendra à cette occasion que le King Elvis PRESLEY chanta lui-même un « Trouble » dans cette même cité en 1958.

Et puis mine de rien, le talent éclot peu à peu, j’en veux pour preuve le morceau d’introduction, ce « Give me an inch » directement adressé à tous les dance floor de Marbella et de Saint-Tropez, l’anglais sera toujours un des artistes rois de tous les paradis bleutés. C’est bien calibré, bien dansant, bien réussi… Et puis penchez-vous sur les crédits de l’album, 6 chansons sur 9 sont signés de la main de Palmer… Pas si mal.
Nous avons le « Work to make it work », sa basse groovy et son rythme déjà disco. Dans le même trip, « Here with you tonight » emprunte déjà les gimmicks des futures grands tubes de l’artiste, un funk mâtiné de pop rock… Ou un rock mâtiné de Funk pop, c’est selon votre humeur du moment… « Back in my arms » est le prototype de ce qui va donner plus tard « Every kinda people », puis on appréciera la basse de « Fine time ».

En définitive, il faut regarder les choses en face et admettre que cet album, à l’inverse de l’opinion de nombres de spécialistes ne mérite pas de trôner au sommet de la discographie de PALMER. En effet, je lui préfère nettement toute la période ou l’artiste se permet de positionner dans un même album tous les genres de musique, de la soul la plus smooth au Rock le plus déjanté. C’est pour moi toute sa spécificité et le superbe legs qu’il aura donné à l’histoire de la musique populaire, ils ne sont pas si nombreux. En attendant, si vous aimez le cool et les petits rythmes discos funks un brin datés, ce skeud très agréable est clairement fait pour vous.

A lire aussi en SOUL par ERWIN :


Jimmy BARNES
Soul Searchin (2016)
A la recherche de l'âme




Barry WHITE
Can't Get Enough (1974)
Le smooth ultime


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Give Me An Inch
2. Work To Make It Work
3. Back In My Arms
4. River Boat
5. Pressure Drop
6. Here With You Tonight
7. Trouble
8. Fine Time
9. Which Of Us Is The Fool



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod