Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK-PROG-CELTIQUE  |  DVD

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Tri Yann, Fleetwood Mac, Supertramp, Angelo Branduardi , Midnight Oil, Zucchero, Fairport Convention, Cécile Corbel , King Crimson, Jethro Tull, Barclay James Harvest, Ange, Pat O'may
- Style + Membre : Children In Paradise
 

 Excaliburtrilogy (1424)

Alan SIMON - Excalibur - Live à Brocéliande (2012)
Par GEGERS le 21 Janvier 2013          Consultée 3534 fois

Dans la forêt de Brocéliande, un druide s'avance. Quoi de plus normal en ce lieu enchanteur où les mythes celtiques encore vivaces donnent naissance à de surprenantes visions ? Ce mage néanmoins, vêtu d'un long manteau à cape grise, arborant une crinière grisonnante, déambule non pas entre les arbres et les lichens, mais sur une scène de spectacle. Derrière lui, pléthore de musiciens prêts à prendre les armes ; devant, une foule abondante qui l'accueille avec plaisir et bienveillance, les deux mains jointes en clappements réguliers et enthousiastes. Le druide abaisse sa capuche « Suis-je le bien, suis-je le mal ? Le bien ou le mal, on ne voit jamais l'un sans l'autre ! Myrdhin, Merzhin, Merlin... Vous m'avez donné tant de noms... ». Christian Décamps, puisque c'est lui, la tête pensante du groupe Ange, introduit, de sa voix chaude et profonde, cette adaptation live du troisième et ultime volet de la mythique saga Excalibur, « The Origins », dont la trame narrative est décrite dans la chronique qui lui est consacrée.

Sous la houlette d'un Alan SIMON dont le sourire s'écarte jusqu'aux oreilles, les musiciens prennent à leur tour le pouvoir, bien décidés à reproduire sur scène l'intégralité de cette œuvre riche et épique. Plus axé sur les ambiances et moins sur l'immédiateté rock que les deux précédents opus, ce troisième volet de la saga pouvait, de prime abord, ne pas se prêter aussi facilement à une interprétation live que ses prédécesseurs. Pourtant, pendant l'heure et demie que dure ce concert (qui a failli ne jamais avoir lieu, la faute à des intempéries tenaces durant l'été 2012), tout semble couler de source. La présence du charismatique Christian Décamps, qui intervient entre chacun des morceaux pour « raccrocher » les spectateurs à l'histoire, y est pour quelque chose, tout comme les interludes visuels apportés par un ensemble de danseurs (The Celtic Feet Dance), sans négliger l'orchestre dirigé par Petko Domitrov, qui confère une certaine solennité à l'ensemble.

Après une introduction céleste, interprétée par la délicate Moya Brennan (Clannad), le rock s'installe avec « Saman », qui voit Jeremy Spencer (Fleetwood Mac) œuvrer avec discrétion mais conviction au chant lead et à la slide guitar. Le foisonnement des musiciens se fait une véritable richesse, et l'on apprécier de voir se mêler le saxophone de John Helliwell (Supertramp), la guitare sèche de James Wood et la cornemuse de Konan Mevel. L'ensemble s'imbrique comme un jeu de Lego, et le résultat est mirifique et entraînant. La prestation live suit le cheminement de l'album, alternant moments rock (portés de main de maître par le guitariste Pat O'May, dont l'attitude apporte un surplus d'énergie et de fraîcheur parmi un parterre de musiciens aux cheveux pour la plupart grisonnants), et plages plus folk ou atmosphériques, invitant à la contemplation pure du talent des musiciens. Parmi les grands moments, retenons principalement « Evil Days », et surtout son interprétation bluffante par le chanteur Roberto Tiranti (du groupe metal prog' Labyrinth), dont les envolées vocales sont magnifiques (quelle puissance maîtrisée !) ; « Motherland », ballade folk chantée par Jimme O'Neill (The Silencers) est également d'une grande beauté, au même titre que « Beltaine », instrumental faisant la part belle au violon dansant de Chris Leslie (Fairport Convention). Du même Fairport Convention, Simon Nicol interprète avec tendresse la ballade acoustique « The Promise », en l'absence de Bruce Guthro (Runrig) interprète du morceau sur l'album. Jusqu'au final qui voit l'ensemble des musiciens reprendre le premier titre « Saman », ce concert est un délice pour les yeux et les oreilles. Si on regrette l'absence d'un petit mot d'Alan Simon, son regard empreint de bonheur et de respect pour ses comparses en dit long sur la réussite personnelle de cette entreprise. Un grand spectacle !

En sus, le DVD propose un studio-report intéressant, bien qu'il s'agisse de celui consacré à l'enregistrement du deuxième volet de la saga, The Celtic Ring, et non pas à ce dernier opus. Des extraits des meilleurs moments du « Concert mythique » (qui a pour sa part fait l'objet d'une sortie DVD en 2000) pourra rafraîchir la mémoire des nostalgiques, tandis qu'un CD live, malheureusement amputé des interventions de Christian Décamps, vient enrichir l'ensemble. Celui-ci contient néanmoins un titre inédit (« Goodbye ») de toute beauté. Une sortie qui vient boucler la boucle avec classe, et constitue un superbe point final à l'opera-rock Excalibur, qui appartient désormais lui-aussi à la légende.

A lire aussi en WORLD MUSIC par GEGERS :


Alan SIMON
Gaïa (2003)
Et pourtant, elle tourne




Alistair OGILVY
Leaves Sae Green (2012)
Ode à la tradition orale


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Alan Simon (guitaree)
- Andrea Malladone (guitare électrique)
- Chris Leslie (violon, bouzouki, choeurs)
- Dave Pegg (basse)
- Dun Aengus (chant, choeurs)
- Gerry Conway (batterie)
- Jacqui Mcshee (chant)
- James Wood (guitare, choeurs)
- Jeremy Spencer (slide guitar)
- Jimme O'neill (chant)
- John Anthony Helliwell (saxophone, clarinette)
- Konan Mevel (irish flutes, bagpipes, redpipes)
- Marco Fadda (world percussions)
- Martin Lancelot Barre (guitare électrique)
- Morgan Creac'h (chant)
- Moya Brennan (chant, choeurs)
- Pat O'may (guitare électrique)
- Simon Nicol (guitare acoustique, chant)


1. The Origins Part 1
2. Saman
3. Tamlah
4. Evil Day
5. Motherland
6. Skye
7. Beltaine
8. Fame And Glory
9. The Legend Of Oisin
10. Fir Mhor
11. Sacred Lands
12. The Origins Part Ii
13. The Promise
14. Dun Aengus



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod