Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK HARDCORE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Gbh, The Exploited , Bad Brains
 

 Site Officiel (441)

DISCHARGE - Never Again (1981)
Par RED ONE le 21 Août 2013          Consultée 813 fois

DISCHARGE ne verra son génie destructeur éclater au grand jour qu'en 1982, avec la sortie de l'album Hear Nothing, See Nothing, Say Nothing. En attendant ce futur moment de gloire, après une première trilogie d'EPs publiée en 1980 qui posait les bases de ses velléités à produire la bande originale de l'apocalypse, 1981 sera l'année de l'affinage en cave pour le groupe hardcore de Stoke-on-Trent.

En 1981, DISCHARGE semble en effet être passé à la vitesse supérieure, puisqu'après trois EPs, le groupe se met enfin au format long avec le mini-LP Why. Un "pseudo-premier album" (car pour rappel certains considèrent encore que Why est toujours un EP, un peu plus long que les autres il est vrai) qui voyait DISCHARGE amorcer un début de peaufinage de ses sonorités hardcore, du fait d'une production enfin digne de ce nom ... enfin si l'on veut. Mais si DISCHARGE semblait mûrir avec sa conversion au format long, les sonorités D-Beat alors naissantes n'avaient pourtant pas disparu. Et cette nouvelle parution en format EP, sortie en 1981 quelques semaines après Why, nous rassure donc sur ce point : DISCHARGE ne s'est pas encore "compromis", et vocifère toujours aussi férocement. On notera également pour la petite histoire que Dave Ellesmere, batteur du groupe lors de l'enregistrement de Why, cède ici sa place à l'ancien batteur des VARUKERS, un certain Garry Maloney. Le son DISCHARGE va considérablement y gagner en brutalité.

La chanson éponyme est incontestablement l'un des titres majeurs du répertoire de DISCHARGE. Un riff froid et répétitif, des paroles à la tonalité volontairement monotone mais néanmoins archi-agressives. Le genre de chanson qui ne plaira pas à tout le monde, mais qu'il faut écouter pour comprendre l'essence même du groupe.
"Death Dealers", second titre, apparaît cependant comme étant la piste la plus faible de ce nouvel EP, malgré des qualités intrinsèques. La piste de fin, "Two Monstrous Nuclear Stockpiles", peut en revanche être considérée comme l'archétype même de la chanson D-Beat traditionnelle, à tel point qu'il est parfois compliqué de considérer ce titre comme foncièrement réussi : la basse ronronne sans concessions, la batterie est répétitive et la guitare est très déstructurée, sans parler du chant qui est plus que minimaliste. La chanson est par ailleurs très courte : on est clairement dans les prémices du crust, voir du grind.

Bilan : trois chansons éprouvantes, mais trois chansons qui continuent de poser les bases du son dischargien et de ces nouvelles sonorités créées de toutes pièces par nos hérissons britanniques. Never Again est donc un EP plutôt important dans la discographie de DISCHARGE, et pas seulement à cause de son contenu : l'arrivée du batteur historique Garry Maloney (dont le style contribuera beaucoup aux particularismes de l'album de 1982) et la pochette, reprise d'une oeuvre du plasticien John Heartfield, imposent de façon définitive la marque de fabrique nihiliste du groupe anglais ...
Il n'est d'ailleurs pas étonnant que Clay Records ai repris la pochette et le titre de cet EP pour la compilation de remixes éponyme sortie en 1984, et avec laquelle il ne faut bien sûr pas confondre cet EP.

NE-NE-NEVER AGAIIIIIIIN !!!!

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


Les WAMPAS
Tutti Frutti (1986)
"Hey hey hey hey ! On supporte le rock'n'roll !!!"




The MISFITS
Collection I (1986)
Vieux cadavres pas chers, pas trop pourris...


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Kelvin Morris (chant)
- Tony Roberts (guitare)
- Roy Wainright (basse)
- Garry Maloney (batterie)


1. Never Again
2. Death Dealers
3. Two Monstrous Nuclear Stockpiles



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod