Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ELECTRO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1993 1 Debut
1995 Post
1997 Homogenic
2001 Vespertine
2004 Medùlla
2007 Volta
2011 Biophilia
2015 Vulnicura
 

- Style : Bat For Lashes

BJÖRK - Vespertine (2001)
Par KID66 le 1er Janvier 2014          Consultée 1594 fois

Debut, Post, Homogenic puis Vespertine et le voyage touche à sa fin. BJÖRK achève ici sa maturation, et sacrifie une nouvelle fois une partie de son corps pour faire grandir son âme. L’électro dominait largement Homogenic mais celui-ci conservait une section rythmique carrée, à défaut d’être linéaire (« Hunter », « All Neon Like », « 5 Years »…). Ici les rythmes s’effacent, les textures s’épurent pour un ensemble aux couleurs encore synthétiques mais moins vives, comme des voiles aux nuances subtiles.

Dans cette avancée inéluctable, Vespertine a perdu quelque chose : les grandes envolées de « Hunter », les tirades noires d’une profonde intensité de « Bachelorette » ou la parenthèse bruitiste de « Pluto ». L’opus de 2000 ne regarde pas en arrière, bien qu’on puisse voir en « Undo » ou « Harm Of Will » des versions plus fouillées de titres comme « Unravel » ou « Immature ». Vespertine est assurément plus abstrait que son aîné, mais fourmille de détails électroniques divers, semblant presque aléatoires, et surtout omniprésents. Ces éléments donnent du corps au gros travail d’ambiance fait sur le disque à l’aide de sonorités plus naturelles : des chœurs glacés, un carillon qui résonne, voire même un silence éphémère judicieusement placé.

Cette œuvre se veut mature et introspective, elle l’est assurément. La voix fragile, parfois tremblante, de BJÖRK ne saurait être mieux mise en avant. Elle semble également plus posée qu’à l’accoutumée, bien que régulièrement doublée ou portée en écho. Cette homogénéité instrumentale et vocale renforce le trait de caractère principal de l’opus : sa froideur. En le regardant de loin, Vespertine est monochrome : le blanc règne en maître. Blanc comme la pureté, comme la neige, mais également comme l’angoisse ou la solitude.

A titre d’exemple, « Pagan Poetry » sonne comme le fruit des réflexions pessimistes d’une nuit d’hiver. Le résultat est superbe. Il en est de même pour l'enchaînement « Frosti »/ « Aurora », qui constitue à mon sens le sommet du disque. Un joyau d’une beauté inqualifiable.
Les magnifiques « Heirloom » et « Harm Of Will » touchent par leur simplicité, et c’est sans aucun doute l’objectif qu’avait BJÖRK en les écrivant. A l’inverse, un « It’s Not Up To You » hérité d’Homogenic se montre plus spontané, et séduit via une trame mélodique qui fait mouche.

Que puis-je finalement reprocher à Vespertine ? Il souffre à mon sens de la comparaison avec son aîné Homogenic qui affichait plus de consistance et de variété (seul le très sombre « An Echo, A Stain » se démarque vraiment). J’ajoute que la recherche mélodique y était plus évidente malgré la qualité du travail effectué sur Vespertine. L’album est de plus un peu long (l’irritant « Cocoon » surtout, me parait dispensable).

Bien qu’un cran en dessous du véritable chef d’œuvre de BJÖRK, la rêverie de Vespertine reste fascinante et montre une nouvelle fois un gain en maturité de la part de sa créatrice. Le dernier grand album de l’Islandaise.

A lire aussi en POP :


Elton JOHN
Empty Sky (1969)
Premier album d'elton




Mylene FARMER
Innamoramento (1999)
La fin de l'âge d'or


Marquez et partagez





 
   KID66

 
  N/A



Non disponible


1. Hidden Place
2. Cocoon
3. It's Not Up To You
4. Undo
5. Pagan Poetry
6. Frosti
7. Aurora
8. An Echo, A Stain
9. Sun In My Mouth
10. Heirloom
11. Harm Of Will
12. Unison



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod