Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ultravox
- Membre : Siouxsie And The Banshees, Public Image Limited, Nick Cave & The Bad Seeds
- Style + Membre : Visage

MAGAZINE - Real Life (1978)
Par ARP2600 le 27 Janvier 2012          Consultée 2050 fois

Magazine est un groupe représentatif du paysage anglais de la fin des années 70. Leur musique était à la fois punk et artistique, à l'instar d'Ultravox. Si ceux-ci ont posé la plupart des grands principes de la new wave, le style plus diversifié de Magazine a beaucoup influencé ce courant auquel il est pourtant difficile de vraiment les rattacher. Disons qu'ils faisaient partie de la new wave comme on l'entendait à l'époque mais, de nos jours, on les classerait plutôt en post punk.

Le groupe a été fondé en 1977 par le guitariste John McGeoch et le chanteur Howard Devoto, ancien membre des Buzzcocks. Celui-ci est le leader manifeste, son départ en 1981 ayant signé la fin de Magazine, qui ne s'est reformé qu'en 2009. Entretemps, quatre albums assez différents enregistrés par une formation peu stable ont vu le jour. Le premier est Real Life, paru en 78, avec le bassiste Barry Adamson, le batteur Martin Jackson et le claviériste Dave Formula. Sorti entre Ha!-Ha!-Ha! et Systems of Romance d'Ultravox et ayant connu un meilleur résultat commercial que ceux-ci, cet album est certainement le premier grand succès public de la new wave et du post punk.

Ici se côtoient des passages très électroniques, des guitares hypnotiques, un chant amer, du piano... la musique est parfois proche du punk, parfois du glam rock de Bowie et Roxy Music, voire de la musique de surf, tout en préfigurant les Simple Minds et le rock alternatif. Cet éclectisme est pourtant relatif car l'ambiance est assez constante, à la fois sombre, amère, rêveuse et satirique. Même s'il n'est guère cité dans leurs influences directes, ces caractéristiques font penser à Peter Hammill, une ressemblance qui est toutefois nettement plus évidente sur leur deuxième album, Secondhand Daylight.

L'ouverture «Definitive Gaze» ne pourrait mieux résumer le contenu de l'album. Cette histoire de clairvoyance, le regard définitif montrant la vraie vie (=real life), est l'occasion d'alterner des couplets mystérieux et inquiétants avec de superbes sections instrumentales romantiques dénotant une belle maîtrise des synthés. «My Tulpa», où le narrateur parle de son alter ego idéalisé, lui fait suite. C'est un genre de punk décontracté à la texture sonore très complexe, un numéro très recherché sans en avoir l'air. Le grand single «Shot by both sides», plus ancien que le reste de l'album, ne détone pas vraiment, mais est la vraie chanson punk bien nihiliste du lot, avec toutefois un portamento de guitare rappelant le surf rock. Par exemple, on peut comparer ce morceau à «Cecilia Ann», dans sa version originale et dans celle des Pixies. La courte «Recoil» dégage encore une belle énergie avant une partie centrale plus convenue. «Burst» est très glam, avec un bel effet de saturation qui compense quand même difficilement un certain manque d'entrain.

La deuxième face débute par la laborieuse «Motorcade», qui figure une procession de voitures, probablement tragique. Elle est très axée sur la guitare, la seule véritable évolution sur les six minutes étant au niveau du tempo, plus rapide au milieu. A l'opposé, «The Great Beauticien in the Sky» est la plus folle du lot, avec ce long premier couplet façon musique de foire décadente contrastant avec les magnifiques refrains rapides qui suivent. «The light pours out of me» est un nouveau grand moment. Les Simple Minds ont été fortement influencés par Magazine et par cette chanson en particulier, ils en ont développé la recette dansante sur leurs meilleurs albums. Le côté répétitif, l'orchestration ou même le style de la mélodie ne laissent aucun doute quant à la filiation. L'album se termine par une ballade, la romantique «Parade». Elle est dominée par les claviers, le piano alternant avec le synthé de façon très habile.

Real Life est donc un témoignage essentiel de cette époque si chahutée de l'histoire du rock. S'il est un peu décousu et inégal, la musique y est globalement brillante tandis que les paroles de Devoto sont très recherchées. Un tel effort doit être salué et apprécié à sa juste valeur. Et Magazine n'allait pas s'arrêter en si bon chemin.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


MAGAZINE
Magic, Murder And The Weather (1981)
Départ en beauté.




SIOUXSIE AND THE BANSHEES
Juju (1981)
C'est du bon mojo, ça, mec !


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Howard Devoto (chant)
- John Mcgeoch (guitares, saxophone)
- Dave Formula (claviers)
- Barry Adamson (basse)
- Martin Jackson (batterie)


1. Definitive Gaze
2. My Tulpa
3. Shot By Both Sides
4. Recoil
5. Burst
6. Motorcade
7. The Great Beautician In The Sky
8. The Light Pours Out Of Me
9. Parade



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod