Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK ROCK/NEW WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Porcupine Tree, David Sylvian

JAPAN - Adolescent Sex (1978)
Par ARP2600 le 9 Avril 2014          Consultée 2263 fois

Le moment est venu d'aborder dans nos lignes la très intéressante discographie de JAPAN, le plus artistique et le moins punk des groupes de new wave. En cinq albums sortis en quatre ans, leur évolution a été surprenante, allant d'un mélange décomplexé de funk rock et de glam à un art rock orientalisant, en passant par un peu de post-punk et du néo-romantisme racé. Le fait est que l'homme aux commandes du groupe, le chanteur David Sylvian, était sans doute trop subtil pour se cantonner à la new wave. Il a ensuite volé de ses propres ailes, proposant une carrière solo d'art rock à rapprocher de ses illustres prédécesseurs, mélangeant plusieurs styles ; il a d'ailleurs collaboré avec Robert FRIPP au début des années 90.

Revenons au commencement. Début 1978, Sylvian et ses quatre comparses n'avaient pas 20 ans et étaient férus de la musique de ROXY MUSIC et de David BOWIE, tout autant que de funk. Notons que ces deux genres n'empêchent pas l'utilisation d'instruments électroniques, comme en attestent tout autant «Low» de BOWIE que la disco de 77. C'est alors qu'ils ont publié leur premier album, alternant ces influences, en leur donnant un côté plus moderne, une rythmique plus régulière. On ne peut cependant pas affirmer qu'ils ont vraiment été punk, leur musique n'est décidément jamais assez agressive pour cela. Et c'est en cela qu'ils ont une importance considérable en new wave, car c'est eux qui ont ouvert cette possibilité d'une musique plus douce, qui a vite évolué en la tendance néo-romantique. Ceci étant dit, Adolescent Sex est encore un disque au style peu défini, on sent qu'il est antérieur à Systems of Romance d'Ultravox, véritable manifeste du sous-genre.

Une chose est sûre, pour un début, il est plutôt brillant. Ils étaient des jeunes culottés, se maquillant, s'habillant de manière exubérante, ne se souciant pas de coller à la mode du moment. Il était presque plus rebelle de jouer l'élégant sur une musique sensuelle que de tout casser, en 78... Les textes ne sont pas brutaux, mais abordent des thèmes osés très new wave, entre romantisme sensuel et modernisme (villes, dictatures, technologie, la routine habituelle).

Ce qu'il y a de plus étonnant ici, c'est ce funk. Il ne s'agit pas d'une ligne rythmique comme chez TALKING HEADS, non, certaines chansons sont complètement funk et très peu rock, comme la succession «The Unconventional», «Wish you were black» et «Performance», ainsi que le final «Television». Certaines comme «Lovers on Main Street» et «Suburban Love» et «Adolescent Sex» sont hybrides. Finalement, seules l'incroyable ouverture «Transmission» – qui alterne si joliment une ambiance soft rock, des lignes plus abrasives et ce solo de guitare dramatique dans le refrain –, «Don't rain on my parade» (pourtant une reprise de Barbra Streisand) et «Communist China» sont plus proches du punk, cette dernière étant sans doute leur chanson la plus nerveuse, tous albums confondus.

Il est curieux de voir ces styles si bien cohabiter mais bon, voilà, ils jouaient bien, Sylvian composait déjà très bien, il y a de l'invention, du culot, c'est une musique qui ne manque pas de charisme. Le seul problème est finalement la voix de Sylvian, dont l'agressivité détonne. A-t-il voulu se donner un air plus punk qu'il n'était ? On peut plutôt penser qu'il avait fait les mauvais choix de forcer sa voix dans l'aigu et de chanter dans le masque, en tout cas le résultat est écorché. Cela fonctionne plutôt bien sur l'ambiguë «Transmission» mais, à mesure que l'album avance, on peut s'en lasser quelque peu. Plus tard, il adoptera un registre baryton beaucoup plus lisse, qui reste une des références du style romantique de la new wave.

En conclusion, ce premier opus n'est curieusement pas loin d'être leur meilleur... il faudra attendre l'impeccable Gentleman take polaroids en 81 pour effacer la barre. Il est étrange que le groupe l'ait désavoué. Comme il s'agit en outre d'un des tout premiers albums de la new wave en dehors du punk, il occupe une place cruciale dans l'éclosion de ce style, à l'instar des premiers ULTRAVOX et de Real Life de MAGAZINE. Il ne faut pas être allergique au funk, mais on ne peut que le recommander chaudement.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


BAUHAUS
In The Flat Field (1980)
Plus sombre, tu meurs.

(+ 1 kro-express)



MAGAZINE
The Correct Use Of Soap (1980)
Excellent disque mais un peu anodin.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Richard Barbieri (claviers, chœurs)
- Rob Dean (guitare, chœurs)
- Steve Jansen (batterie, chœurs)
- Mick Karn (basse, chœurs)
- David Sylvian (chant, guitare)


1. Transmission
2. The Unconventional
3. Wish You Were Black
4. Performance
5. Lovers On Main Street
6. Don't Rain On My Parade
7. Suburban Love
8. Adolescent Sex
9. Communist China
10. Television



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod