Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK/NEW WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Ffs

SPARKS - Angst In My Pants (1982)
Par ARP2600 le 16 Juin 2016          Consultée 846 fois

Le titre et la pochette sont plutôt bon signe. Les frères Mael ont décidément le sens de la formule et de la plaisanterie. Cette mariée à moustache indique que les Sparks ont décidé de parodier le romantisme qui faisait fureur du côté de 1982. Le titre, «De l'angoisse dans mon pantalon », est de la même veine que Whomp that sucker, tout en nous ramenant sur le terrain habituel de la sexualité. Le contenu de l'album est cependant assez varié, et même un peu fourre-tout, comme souvent chez eux.

C'est le problème quand on pratique le second degré de façon aussi systématique. En musique, si on se moque d'une seule chose pendant tout un album, cela devient vite lourd ; si on parodie plusieurs styles, cela devient vite illisible. Voilà pourquoi un groupe comme les SPARKS n'a finalement fait que bien peu de « grands » albums, malgré le talent et l'intelligence de Ron Mael. Son manque de sérieux chronique rend la plupart de son travail un peu léger. Angst in My Pants se place plutôt du bon côté : beaucoup de chansons accrocheuses, une diversité plus agréable que gênante. On pourra juste reprocher un certain caractère inégal, avec quelques longueurs injustifiables sur des chansons ne dépassant guère les trois minutes.

Le style va de la power pop à la synthpop néo-romantique en passant par du simple rock plus l'étrange « Instant Weight Loss » - un peu disco peut-être ? On peut vraiment considérer ce disque comme la suite de Whomp That Sucker : ils ne sont séparés que de huit mois et ils partagent cette nature new wave-rock américaine avant tout parce que les frères Mael s'accompagnent du même groupe : Bob Haag, Leslie Bohem et David Kendrick qui seront du reste encore présents sur les trois albums suivants. Ron Mael est également épaulé aux synthés par James Goodwin, mais ceux-ci sont encore loin de prendre toute la place. Enfin, la production est de nouveau assurée par Reinhold Mack. Quant à Russell Mael, il livre une très bonne performance au chant, comme toujours, mais il utilise moins que d'habitude sa fameuse voix de fausset.

C'est au niveau des textes que ce disque brille particulièrement. Whomp était très ironique, celui-ci est plutôt surréaliste et aussi plein de références. C'est un album fort sexuel, nous l'avons déjà dit. De cette angoisse au niveau des hanches à « Sextown U.S.A. » en passant par une excellente méthode de perte de poids ou une histoire d'expérience chimique qui donne des résultats inattendus (« Tarzan and Jane »), le sujet est abordé de façon plus ou moins directe. Même « Sherlock Holmes » semble être une histoire de fétichisme, mais aussi une gentille parodie du nouveau romantisme. « I predict » se moque par l'absurde des devins en tout genre, même la prédiction de finir en fade out étant fausse. Ajoutons-y l'histoire tragique d'une cigarette vivante et une apologie de la moustache et nous obtenons, il faut le dire, un ensemble très divertissant et habilement écrit.

Niveau musique, si j'ai une préférence pour Whomp, Angst est quand même d'un fort bon niveau. Certaines chansons comme « Mickey Mouse » et « The Decline and Fall of Me » tournent vite en rond, c'est bien dommage. Le chant est assez bizarre sur la chanson-titre et le style de « Instant Weight Loss » est assez déroutant. On pourrait encore critiquer l'outrance kitsch de « Sherlock Holmes » mais, si on entre dans leur jeu, on constate que sa composition est excellente. Les six autres sont exemptes de reproches. « I Predict », le single, aurait mérité plus de succès. « Tarzan and Jane » les voit expérimenter des tambours tribaux. « Nicotina » est une des rares occasions de les entendre dans le mode mineur, il faut en profiter. Enfin, « Sextown U.S.A » et « Moustache » sont des rock speedés hyper-efficaces, cette dernière compte certainement parmi leurs meilleures chansons.

Angst in My Pants est un bel exemple du talent des SPARKS, et il faut malheureusement annoncer qu'il n'atteindront plus guère un tel niveau par la suite. Le problème est déjà sensible sur certaines chansons d'Angst (comme « Mickey Mouse »), même s'il reste mineur. Il s'agit d'un mélange difficile à quantifier de manque d'inspiration et de chansons volontairement débiles dans un but ironique. C'était sans doute déjà le problème de Terminal Jive et nous le retrouverons pleinement dans le très électronique Sparks In Outer Space...

Note : 3,5/5

PS : L'accroche provient du Merrie Melodies « Daffy Doodles », que tous les amoureux de la moustache doivent absolument connaître !

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


SIOUXSIE AND THE BANSHEES
Once Upon A Time/the Singles (1981)
Une compilation exemplaire.




ULTRAVOX
Vienna (1980)
Un des grands albums de new wave

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Russell Mael (chant)
- Ron Mael (claviers, synthétiseurs)
- Leslie Bohem (basse, choeurs)
- Bob Haag (guitare, choeurs)
- David Kendrick (batterie)
- James Goodwin (synthétiseurs)
- Mack (programmation des synthés)


1. Angst In My Pants
2. I Predict
3. Sextown U.s.a.
4. Sherlock Holmes
5. Nicotina
6. Mickey Mouse
7. Moustache
8. Instant Weight Loss
9. Tarzan And Jane
10. The Decline And Fall Of Me
11. Eaten By The Monster Of Love



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod