Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Aerosmith
1974 Get Your Wings
1975 Toys In The Attic
1976 Rocks
1977 Draw The Line
1978 Live Bootleg
1979 Night In The Ruts
1980 Greatest Hits
1982 Rock In A Hard Place
1985 Done With Mirrors
1986 Classics Live !
1987 Permanent Vacation
  Classics Live Ii
1988 Gems
1989 Pump
1993 Get A Grip
1994 Big Ones
1997 Nine Lives
1998 A Little South Of Sanity
2001 Just Push Play
2004 Honkin' On Bobo
2005 Rockin' The Joint
2006 Devil's Got A New Disgui...
2012 Music From Another Di...
 

- Style : Alice Cooper, Guns N' Roses, Ace Frehley , The Dead Daisies , MÖtley CrÜe, Ted Nugent
- Membre : Steven Tyler , Whitford/st. Holmes
 

 Site Officiel (567)

AEROSMITH - Rocks Donington 2014 (2015)
Par LONG JOHN SILVER le 12 Octobre 2015          Consultée 2769 fois

Palsambleu ! Rock For The Rising Sun, DVD tout ce qu’il y a de plus accessoire filmé au Japon (comme tu t’en doutes bien) en 2011, juste après la catastrophe de Fukushima et avant la tournée censée défendre l’album Music From Another Dimension !, ne suffisait donc pas ? Il faut croire que non. Deux ans après parution en 2013, le concert donné à Donington en 2014 se retrouve dans les bacs. Ouaip, mais là le truc en question se décline également en double CD ainsi qu’en triple vinyle incluant également le support filmé alors on dit : « aaaaahhhhhhh !!!!!» Je rigole, je rigole mais comme le disait fort justement Joe : « Let’s the music do the talking ». Et puis accessoirement - AUSSI - ferme la. Ou alors si tu l’ouvres, c’est uniquement pour beugler les paroles des chansons comme un veau. Parce que là, on n’a pas affaire au même tonneau. Déjà, la setlist a été renouvelée pour moitié, les ballades reviennent en force, or tant qu’elles sont bonnes cela ne pose pas de problème. Mais… un instant je vous prie…

Bon Steven, faut qu’on se cause tous les deux. Alors voilà, j’avais trouvé très classe que : l’Histoire étant ce qu’elle est, et après avoir fait subir au peuple nippon deux déflagrations aussi inutiles que barbares, vous autres Américains n’ayez pas envisagé d’envoyer au public du soleil levant « I Don’t Want To Miss A Thing »… ces gens ont trop souffert. Mais est-ce une raison pour se venger sur les Anglais, hein ? Rien à péter (si je puis dire) qu’une grosse poignée de donzelles accompagnées de gugusses s’acharnent à en hurler le texte le plus idiot de votre répertoire en même temps que toi. Bon d’accord, on parle de la majeure partie d’un public qui ne vous a probablement pas découvert grâce à Rocks*… J’veux pas l’savoir ! C’est de la concurrence déloyale faite aux SCORPIONS et là vous les prenez sur leur terrain du slow cramoisi. D’ailleurs si tu tiens VRAIMENT à faire plaisir à une de tes filles, pense à « Mia »**, plutôt qu’à Liv. C’est dit. Ah oui, « Jaded », c’est pas top non plus, heureusement que vous savez vous y prendre pour mettre le bordel, sinon on frôlerait la correctionnelle !

Nan, parce que sinon, ça bute, ce Live est une bombe… gloups, pardon… ce concert enterre quasiment tous les précédents disques et autres supports du groupe en public. J’ai dit enterre ? Meeeeerde !!!! Bon je vais essayer de donner dans le festif alors : ça culbute, ça bourre, ça fornique, ça déchire et ça défonce comme aux plus beaux jours des Toxics Twins, en MIEUX ! Quoi encore ? Hein ? Mon langage n’est pas… approprié à tous les publics ? Mais AEROSMITH, c’est pas pour les mômes de toute façon. Ni pour les cul-bénis et autres saintes nitouches. Y’a qu’à voir le (grand) père Tyler débouler sur scène maquillé comme une péripatéticienne (personne respectable, comme tout un chacun) avec sa coiffe de grand chef indien pour s’en rendre compte : « Train Kept A Rollin’ » all night long ! Pour sûr ils ont encore la santé les Dupont volants ! Prenez Steven Tyler et comparez le à quelques uns de ses illustres contemporains, par exemple et au hasard : Ian Gillan, Ozzy Osbourne, Klaus Meine puis faites le constat. Il sera sans pitié, les susnommés sont tous à la ramasse quand Steven a conservé puissance vocale et présence scénique hors normes, cela en dépit du fait qu’un de ses pieds ressemble davantage à un moignon à force de prestations survoltées chaque soir. Le mec souffre comme un damné mais une fois en public il se déchaîne comme un possédé.

Surtout que nos amis aériens ont su conserver l’esprit rock’n’roll chevillé en bandoulière, de plus ils ont eu cette fois le bon goût de virer les samples sur les voix. Le coin des slows « Cryin’ »/ « Jaded » et (toutes proportions gardées) « Living On The Edge » embaume la fornication sauvage, dégouline de stupre et de luxure, on oublie les draps de soie et les images vaporeuses véhiculées via leurs versions en studio ou leurs clips formatés MTV. En fait ce live reste cradingue d’un bout à l’autre, ces désormais sexagénaires (j’y peux rien, c’est le terme exact) sont restés de sales gosses mal élevés qui te crachent leur rock’n’roll pour lupanars en pleine poire. Et puis, bon sang de bonsoir, ces mecs ont récupéré la science du riff mortel en intraveineuse, quel festival (de Donington) ! « Eat The Rich », « Same Old Song And Dance », « Toys In The Attic », « Walk This Way »… Sacré catalogue ! Qui dit mieux ? Faut chercher du côté de Led Zep ou de AC/DC pour recevoir dose équivalente. On tape du pied sur « No More, No More » ainsi que sur l’inénarrable « Dude (Looks Like A Lady) ». On fond comme d’hab sur « Dream On » d’autant que celle-ci est enchaînée au départ de « Home Tonight ».

Un petit mot sur le vénérable Brad Whitford aux cheveux d’argent (les autres se font teindre, les sacripants !) qui prend le deuxième solo sur « Train Kept A Rollin’ », car celui-ci est aussi étincelant – mais moins mobile - que son compère Perry, on l’entend plus qu’à l’accoutumée dans ce concert, sur « Last Child » of course, mais aussi « Dream On », mais encore en conclusion avec « Mama Kin », liste non exhaustive.
Bien entendu Perry étincelle jusqu’à en faire fumer son ampli sur « Sweet Emotion », il interprète « Janie’s Got A Gun » entièrement à l’électro-acoustique, fait virevolter le rock’n’roll, envoie la purée sur tous ses soli notamment sur cette reprise de « Come Together » de haute volée qui donne envie de secouer le bas-ventre comme jamais. Et puis à l’instar de Keith Richards, il bénéficie du micro sur un excellent « Freedom Fighter » où Buck Johnson le soutient tout comme Jagger le fait pour Keith sur « Happy ». Il n'empêche, ces gaillards pètent les flammes autrement plus que leurs cousins glimmer twins… Ils n’ont pas le même âge, me direz vous. Si ce n’est que pour écouter un concert des pierres qui roulent étalant pareille débauche, il faut remonter aux palpitantes 70’s. Et toc ! (1)
La section rythmique n’est pas en reste, le tandem Kramer/Hamilton met le feu (d’artifice, la guerre c’est moche, demandez aux Japonais) aux poudres. Si le premier nommé s’est affirmé comme un cogneur de première, le second reste un bassiste bien trop sous estimé, capable en plus d’écrire des classiques indémodables tel « Sweet Emotion ». Signalons enfin la présence aux claviers du dénommé Buck Johnson, sixième larron aussi discret qu’efficace surtout quand il nous balance du piano en mode boogie.

Bref, on se régale avec ce Live miraculeux qui va enfin nous permettre de ranger le foutraque – quoique sympathique – Live Bootleg au musée mais avant tout le lénifiant A Little South Of Sanity au placard dont il n’aurait pas du sortir. Et accessoirement - aussi – d’oublier Rock For The Rising Sun, lequel affichait pourtant une track list à priori plus bandante.
Ici, les vieux lions rugissent comme jamais devant une foule en rut, le moins qu’on puisse exprimer étant que ça fait du bien par où ça passe… Nom d’une pipe en bois du Japon !

1) Si tu es quinqua et que tu n’as toujours pas écouté A Brussels Affair… Il est encore temps !
*1976
** Cf Night In The Ruts 1979

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


URIAH HEEP
Uriah Heep Live (1973)
Le voyage dans le temps




AEROSMITH
Permanent Vacation (1987)
Sous les pavés, la plage


Marquez et partagez







 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Steven Tyler (chant,piano)
- Joe Perry (guitare,chant,choeurs)
- Brad Whitford (guitare)
- Tom Hamilton (basse,choeurs)
- Joey Kramer (batterie)
- Buck Johnson (claviers,choeurs)


1. Train Kept A Rollin'
2. Eat The Rich
3. Love In An Elevator
4. Cryin'
5. Jaded
6. Livin' On The Edge
7. Last Child
8. Freedom Fighter
9. Same Old Song And Dance
10. Janie's Got A Gun
11. Toys In The Attic
12. I Don't Want To Miss A Thing
13. No More No More
14. Come Together
15. Dude (looks Like A Lady)
16. Walk This Way
17. Home Tonight
18. Dream On
19. Sweet Emotion
20. Mama Kin



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod