Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Emmylou HARRIS - Quarter Moon In A Ten Cent Town (1978)
Par LE KINGBEE le 26 Mars 2016          Consultée 1051 fois

Originaire d’Alabama, Emmylou HARRIS n’a pas eu un parcours aisé dans le monde machiste de la Country. La chanteuse s’intéresse d’abord au Folk avant de bifurquer vers la Country. En 1969, elle enregistre à Greenwich son premier album qui fait un bide monumental. Elle n’a que 22 ans. Elle tente ensuite sa chance à Nashville mais ne trouve qu’une place de serveuse en lieu et place d’un micro et d’une scène. Elle tourne quelques temps avec les Flying Burrito Brothers mais le groupe se sépare presque aussitôt. La belle retourne chez ses parents et se retrouve réduite à faire l’hôtesse d’accueil dans la vente de maisons témoins. En 1971, elle rencontre Gram Parsons avec lequel elle enregistre deux disques recommandables. Mais Parsons, grand adepte de tequila, cocaïne et autres substances illicites décède en septembre 73. En 1974, la belle Emmylou, repartie dans l’Est, monte le groupe The Angel Band et décroche un contrat avec Reprise, une filiale du groupe Warner avec à la clef l’album Pieces Of The Sky. L’année suivante son album Elite Hotel lui vaut le Grammy de la meilleure chanteuse. La vie est parfois faite d’incroyables rebondissements, un jour serveuse dans un bar, le lendemain star internationale. Elle est pas belle la vie ?

Quarter Moon In A Ten Cent Town sort en janvier 1978, cette fois sous l’étiquette de la maison mère Warner Bros. La chanteuse vient de vivre trois années fastes avec les publications de Luxury Liner et des deux disques précités. Enregistré sous la houlette de Brian Ahern (son futur ex époux), Emmylou retrouve le Hot Band. Pour la première fois, la chanteuse ne reprend aucun titre de Gram Parsons, elle a décidé de s’attaquer à de nouvelles chansons dont certaines deviendront avec le temps des classiques. Mariée depuis peu avec le producteur, Emmylou délivre un répertoire dont les paroles sont orientées sur les thèmes du bonheur, de l’amour, du bien être et de la remise en question. Sur le point de se lancer dans une carrière solo, le guitariste Rodney Crowell a apporté deux cadeaux avec l’excellent "Leaving Louisiana In The Broad Daylight", un country rock louisianais, et "I Ain’t Living Long Like This" un titre qui vient booster l’ensemble.

Emmylou axe l’essentiel du disque sur des ballades : "Easy From Now On" œuvre de Susanna Clark et Carlene Carter, "To Daddy" une compo offerte par Dolly PARTON, "My Songbird", le délicat "Defying Gravity". Delivré en acoustique, avec Emmylou à la guitare et un fond d’harmonica "One Paper Kid" permet à Willie NELSON de faire opposition au doux vocal de la chanteuse. La reprise de "Green Rolling Hills" du "folkeux" Utah Phillips est délivré sous forme de close harmony, les voix d’Harris et de Fayssoux Starling rappellent les grands moments de la country vocale, celle où les membres d’une même fratrie chantaient ensemble. Ici, on croirait avoir affaire à deux sœurs. L’album se clôt avec "Burn That Candle" un mid tempo mélancolique rehaussé par la pedal steel d’Hank De Vito et le saxophone de Garth Hudson. Ce disque bénéficie d’une production soignée, d’arrangements d’orfèvres et de la présence de musiciens aux curriculums impressionnants. Signalons que la pochette est issue d’une peinture de Susanna Clark, femme de Guy, décédée en 2012.

Histoire de ne pas paraître trop partisan, ce disque aurait mérité un titre supplémentaire de tendance rockin’, histoire de secouer le cocotier. Rappelons qu’Emmylou est l’une des rares artistes à avoir décroché un Century Award de la part du Billboard, pas mal pour une fille rejetée par Music City. Artiste discrète, elle évite les émissions télé et les promotions à rallonges où chacun se passe de la pommade. Engagée dans un programme écologique (American Forests) elle a aussi participé à une campagne contre les mines anti-personnelles. Peut –être le meilleur album studio de cette Diva de la Country qui n’a jamais hésité à casser les codes de Nashville.

PS: Chronique faite à partir du 33 t. original. Une réédition CD éditée en 2004 comporte 2 bonus.

A lire aussi en COUNTRY par LE KINGBEE :


CROOKED STILL
Shaken By A Low Sound (2006)
Du newgrass acoustique avec une superbe chanteuse




COMMANDER CODY
Lost In The Ozone (1971)
Un contre pied aux tendances du moment


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Emmylou Harris (chant, guitare)
- Albert Lee (guitare)
- Hank De Vito (pedal steel)
- Rodney Crowell (guitare acoustique)
- James Burton (guitare)
- Brian Ahern (guitare)
- Garth Hudson (accordéon, saxophone)
- Glen D Hardin (piano)
- Emory Gordy (basse)
- John Ware (batterie)
- Mickey Raphael (harmonica)
- Rick Danko (fiddle)
- Willie Nelson (chant)
- Fayssoux Starling (chant)
- Nicolette Larson (choeurs)
- Dianne Brooks (choeurs)


1. Easy From Now On.
2. Two More Bottles Of Wine.
3. To Daddy.
4. My Songbird.
5. Leaving Louisiana In The Broad Daylight.
6. Defying Gravity.
7. I Ain't Living Long Like This.
8. One Paper Kid.
9. Green Rolling Hills.
10. Burn That Candle.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod