Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS/GOTHIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



FIELDS OF THE NEPHILIM - Mourning Sun (2005)
Par WATCHMAN le 12 Juillet 2016          Consultée 651 fois

La révélation, la consécration, l’apogée et la déchéance. Quatre termes qui définissent chacun et dans l’ordre les différents albums des Fields Of The Nephilim parus entre 1987 et 2002. Cependant, l’électrochoc tant attendu a bel et bien eu lieu dans le cerveau embrumé et chaotique de Carl McCoy. En effet, après le ratage semi-complet de l’album “Fallen”, il paraissait inconcevable que le groupe termine sur cette fausse note. Se décidant enfin à se sortir les doigts du c… et à se mettre pour de bon au travail, notre prêcheur british se retrousse les manches, recrute de nouveaux zicos, dont une véritable chorale et, ainsi accompagné, se retranche derrière les murs de son studio personnel : le Ice Age. Le résultat de cette introspection créative voit le jour en 2005 sous le titre de “Mourning Sun”, et pour la seconde fois sous la bannière d’SPV Records.

« Renaissance » serait le terme le plus approprié pour définir cet album, tant c’est réellement ce à quoi nous avons l’impression d’assister, et cela dès les premières minutes du titre d’ouverture où retentissent des vagissements de nouveau-né. Clin d’œil volontaire ou non, c’est en tout cas parfaitement de circonstances au vu du contexte dans lequel se trouvait la formation. Avec ses chœurs monastiques façon chant grégorien, ses notes mélodiques et vaporeuses de guitares, ses couches de claviers superposées à la façon du The Cure de la période “Disintegration”, sans oublier les murmures mystiques du chanteur, « Shroud (Exordium) » a tout du parfait titre d’ouverture et constitue toujours aujourd’hui l’une de mes entames d’album préférées. La seconde piste démarre sur une rythmique puissante qui amène le chant de Carl. Toujours teinté d’influence métallique, servi par une production claire et massive, celui-ci est sans conteste bien plus maîtrisé que sur l’opus précédent, qui voyait le côté indus prendre légèrement le pas sur le style originel du groupe. Cette fois l’expérimentation a non seulement été corrigée, mais a surtout été mieux digérée. Le sieur McCoy est un gothique dans l’âme et le fait savoir. Cela se ressent tout particulièrement à l’écoute de titres comme « New Gold Dawn » ou « She ». On retiendra également l’excellente piste centrale « Requiem XIII (Le Veilleur Silencieux), qui rappelle quelque peu par son format étiré et ses influences new wave/dream/psychédéliques la non moins mémorable « At The Gates Of The Silent Memory », présente sur “Elizium”, ainsi que la très killingjokienne « Xibiria (Seasons In The Ice Age) ». Si “Fallen” exhalait le souffre et une certaine chaleur décadente, “Mourning Sun” est son exact jumeau contraire. Tout y est glacial, mais balayé par le blizzard d’un regain artistique retrouvé. Tel le visage du Christ prisonnier d’une croûte de gel que l’on peut distinguer sur la pochette, les compos de ce nouvel album, à l’image de la complainte finale désespérée que représente le titre éponyme, vous enserrent d’un linceul de neige et de glace qui vous paralyse, vous engourdissent progressivement afin que vous vous laissiez glisser petit à petit et avec béatitude dans le grand sommeil éternel.

Nos prières ont donc été exaucées. En cet an de damnation 2005, Fields Of The Nephilim renaît de ses cendres en accouchant d’un disque de métal gothique épatant, nourri d’influences cold, indus et atmosphériques. Le groupe opère sa résurrection avec mæstria, prouvant, si cela était encore nécessaire, qu’il est et sera toujours une valeur sûre de la scène gothique. Inconstant, c’est certain, mais une valeur sûre tout de même. L’album que l’on n'espérait plus. Excellent, point.

P.S. : pour info, l’édition limitée de l’album comporte une surprenante mais assez réussie reprise d’« In The Year 2525 » de Zager and Evans, duo de pop-rock américain de la fin des années 60.

A lire aussi en HARD ROCK par WATCHMAN :


JäGER BLASTER
Introspecta (2019)
Trois amis en quête de sagesse.




REBEL DUCK
Hard Rock City (2015)
Esprits rebelles.


Marquez et partagez





 
   WATCHMAN

 
  N/A



- Carl Mccoy (chant et musique)
- The Nephilim (instruments)
- 'capachino' Carter (guitare additionnelle, basse, batterie)
- Sympathy Of Souls (chorale)
- The Siren Sisters (chœurs féminins)


1. Shroud (exordium)
2. Straight To The Light
3. New Gold Dawn
4. Requiem Xiii (le Veilleur Silencieux)
5. Xibiria (seasons In The Ice Age)
6. She
7. Mourning Sun
8. In The Year 2525 (bonus Track)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod